Une pièce pour le broyeur de couleurs

Nous éloignant encore ici de notre ligne éditoriale, nous voulions plus d’information sur l’organisation spatiale d’un atelier de peinture médiéval et de la Renaissance. Nous avons pu isoler quelques rares scènes où le broyeur de couleurs opère, seul et loin du peintre.

Il serait tentant de voir dans ce nouveau lieu, une pièce entièrement dédiée au broyage des couleurs ; et pourquoi pas une pièce où serait stocké le matériel de l’atelier de peinture voire dédiée à la fabrication des couleurs, du moins leurs détrempes.

Une telle pièce n’est cependant visible qu’à la fin du XVe siècle, puis au XVIe siècle. Nous nous éloignons de la période médiévale, mais il nous semble intéressant et pertinent de poursuivre notre investigation pour mieux comprendre cet espace. Cette pièce pourrait ensuite devenir la “broyerie des couleurs” comme elle est mentionnée au XVIIIe siècle dans l’inventaire d’un marchand de couleurs1 . Ainsi, l’indépendance spatiale du broyeur de couleurs pourrait avoir donné naissance au métier de marchand de couleurs. Mais c’est sans doute faire un raccourci historique.

C’est donc vers 1470-1490 que le broyeur de couleur est dans une pièce à part. Ce lieu est éclairé par une fenêtre sous laquelle le broyeur opère. La représentation est celle de saint Luc ayant pour broyeur un ange, comme c’est souvent l’usage. La pièce est en enfilade, ouverte sur la scène du premier plan où Luc peint la Vierge. Derick Baegert est le peintre, auteur du tableau conservé à Munster en Allemagne.

Münster, WLM, Derick Baegert: Lukas malt die Madonna (um 1470 o. 1490)

L’ange partage son espace et la source de lumière venant de la fenêtre, avec un lecteur. Sa pierre à broyer rosâtre, sans doute en porphyre, repose sur une table dont les deux pieds de devant sont visibles. Doit-on penser que cette co-location est fortuite ? Ou bien ne pourrait-on pas envisager que le vieil homme lit une recette de couleur ou un tour de main, au broyeur, ici représenté sous les traits d’un ange ?

En 1565, c’est Lancelot Blondeel qui met en scène un broyeur de couleur dans un espace isolé. C’est encore dans une représentation de saint Luc que l’espace du broyeur est montré.

Saint Luc peignant le portrait de la Vierge. – Lanceloot Blondeel – Musea Brugge-Sint-Janshospitaal, 1565

L’espace est accessible par trois marches. La pièce est sombre ; à moins que le tableau ait mal vieilli. Nous trouvons là encore une fenêtre, un vitrail. Sur le rebord, semble être posé un contenant sans doute utile au broyeur. Une matière pourra décanter.

Après 1565, Giorgio Vasari peint lui aussi un saint Luc avec une pièce en enfilade montrant, à part, un broyeur de couleurs et un autre personnage dans une troisième pièce. La pièce du broyeur est ici bien éclairée. Il opère sous une fenêtre, comme l’ange précédemment.

Giorgio Vasari, Saint Luc peignant la Vierge, Oratoire de San Luca, Basilique de Santissima Annuniziata à Florence, après 1565

Sous la fenêtre semblent être suspendues, des palettes en bois. Sur la petite table, sont disposés des récipients : une fiole et une écuelle. Sous la table, il semble y avoir des contenants entreposés. Sur la pierre à broyer, on semble distinguer une amassette à manche. L’atelier est ici vivant et nous donne accès à une vision du lieu de travail de l’artiste, avec un compagnon broyant et une autre personne, peut-être dessinant.

Vasari a aussi peint en 1563, l’atelier de Zeuxis à la Casa Vasari de Florence. Dans une pièce attenante, on voit, non pas un broyeur mais deux dessinateurs éclairés par des lampes. Montrer les différentes activités dans l’atelier d’un peintre, est donc à la mode. Vasari montre donc dans deux tableaux, son broyeur et ses élèves dessinateurs.

L’Atelier de Zuxis, Giorgio Vasari, 1563, Casa Vasari, Florence.

Au XVIe siècle, une autre représentation de saint Luc, cette fois-ci représenté en copiste au premier plan, propose dans une pièce en enfilade, un broyeur. L’architecture de la porte, est tout comme les précédentes, surplombée d’un fronton. L’estampe est ici très intéressante.

Les quatre Evangélistes : saint Luc, Gravure, papier , d’Adrien Collaert, flandre, XVIe siècle, Rennes, Musée des Beaux-arts, Inv. 794.12403 ©Jean-Manuel Salingue – Musée des Beaux-arts de Rennes

La salle est spacieuse, et semble très grande au regard de son occupation. L’escabel qui sert de table pour la pierre à broyer, est bas. Il faut se pencher pour travailler. Mais cette position n’est pas inhabituelle. Le broyeur semble malaxer une denrée qui pourrait être une pastille de résine dont on purifie le lapis lazuli. Il ne semble pas broyer une couleur à proprement parler. Au fond, sur le banc, deux récipients, une cruche à anse et un pot sont posés là. Une palette ronde est accrochée à un clou. Les ustensiles semblent donc être rangés ou plutôt posés, en attendant d’être utilisés.

En 1577, Marcus Gheeraerts l’Ancien (vers 1520-1586/1604) dessine Les Soucis du peintre avec la technique de la plume et du lavis sur papier et avec des rehauts de gouache blanche sur fond rose. Le broyeur est, cette fois, dans une pièce fermant avec une porte.

Marcus Gheeraerts l’Ancien. (Bruges, vers 1520-Angleterre, 1586/1604)
Les Soucis du peintre
1577
Plume et lavis sur papier, avec des rehauts de gouache blanche, sur fond rose
Paris, BNF, Estampes, Réserve B-12-boite fol

Il a tout son attirail à portée de main. Nous pouvons distinguer une fiole sur le bahut qui lui sert à poser la pierre à broyer. Contre le volet se trouve une ampoulette suspendue à un clou. Une planche repose sur le rebord de la fenêtre, ainsi qu’un autre objet. Sur l’étagère, un coffre et deux autre objets y sont posés. Suspendue à un clou contre le mur, se trouve une tablette2.

Pour conclure, nous voyons que le broyeur de couleurs acquiert de l’autonomie spatiale pourrions-nous dire, en investissant une pièce bien à lui aux XVe et XVIe siècles. Il est intéressant de voir les outils et autres instruments qui meublent ce nouvel environnement.

  1. Inventaire de François Lehencouet, Nouvelles archives de l’art français, tome VI, Scellés et inventaires d’artistes publiés par Jules Fuiffrey, 1771-1790, Paris, 1973, p. 9 []
  2. Voir notre article sur les tablettes à dessin : https://cmcep.hypotheses.org/723 []