Glossaire du peintre

Les contenants de l’enlumineur et du peintre médiéval sont, avec ceux du copiste, le sujet de ce blog. Nous avons extrait des listes de contenants, essentiellement d’après les livres de recettes de couleurs médiévaux. Ceci nous donne une idée de la batterie d’ustensiles nécessaire à un atelier de peinture. Pour s’en convaincre, il suffit de regarder le tableau de la Confiscation des biens d’un peintre, peint par François Bunel le Jeune. Sur deux longues étagères, se trouvent moult contenants en verre, en terre, en métal … Bien que datée des années 1590 (?), ce tableau est un témoin exceptionnel du matériel nécessaire à la fabrication et à la conservation des couleurs.

Récipients du peintre, François Bunel the Younger, The Confiscation of the Contents of a Painter’s Studio, c. 1590 ? La Haye, Royal cabinet of paintings Mauritshuis inv n° 875

Alambic

Albarelle

Ampoule

Bassin / pelvis / patera

Bouteille / bouteille carénée

Boîte / boîte de massepain

Cacabo (marmite)

Cipho

Coquille / Coquillage

Cornet

Coupe

Creusequin

Dolium

Ecuelle

Float (râpe pour le bois de brésil)

Gobelet / Goddard, Goderde

Urinal / Jordan

Magdaléon / Pixyde

Mortier

Moulin à poivre

Oule

Patella

Patena

Patera

Pierre à broyer (porphyre, marbre, pierre, serpentine, silex ? – flint -, calcaire – gritstone – )

Poële / poëlon

Pot à laver les pinceaux

Pot de terre

Sac / sachet

Verre à boire

Alambic

Mot attesté en 1265, alambit. Le mot arabe ‘al ‘anbiq, emprunté au grec tardif ambix, vase, a aussi fourni l’espagnol alambique et l’italien lambisco. En latin : alambicus.

Diverses recettes recommandent d’utiliser l’alambic ; notamment pour faire du rouge vermillon, du bleu azur. Aussi, pour faire une encre d’or, une autre encre d’or pour dorer toutes les choses, une encre verte, ou encore pour effacer des lettres noires du parchemin.

L’iconographie des peintres montre rarement un alambic ; c’est chose peu courante. Souvent, il s’agit d’une scène représentant saint Luc, aussi patron des médecins. Il est alors difficile de distinguer les outils du peintre de celui du médecin. Voici un exemple du début du XVIe siècle.

Alambic (partie haute sur l’étagère), saint Luc peignant la Vierge, Atelier de Quentin Massys, vers 1520 ?, National Galery, Londres

Un manuscrit recensé par la base de données Color ConText de Liège montre une planche de dessins d’alambics.

Alambics, ca. 1465, Saint Gallen, Kantonsbibliothek Vadiana, VadSlg Ms429

Albarelle

Albarelle, albarellus « est un pot d’apothicairerie de forme cylindrique, en terre cuite ordianire glaçurée ou en faïence » nous dit Danièle Alexandre-Bidon1. Il servait souvent à mettre des onguents et est connu pour cela. Mais ce genre de pot pouvait renfermer d’autres denrées. En effet, « D’autres traces plus rares, révélatrices cette fois d’activités professionnelles, parfois même intellectuelles, peuvent être relevées sur les pots. A Bourges, un albarelle présente à l’intérieur du pot, une « très fine pellicule noire » interprétée comme étant de l’encre ». Danièle Alexandre-Bidon a signalé cette interprétation de Catherine Monnet2 . On pense à l’encre des copistes et autres auteurs mais aussi à l’encre noire utilisée par les enlumineurs et les peintres, pour dessiner.

Actuellement, nous n’avons pas trouvé d’albarelle mentionné dans les recettes de couleurs. En revanche, l’iconographie des peintres en propose mais au XVIe siècle. Comme pour l’alambic, il faut se méfier de ces images, surtout les représentations de saint Luc peignant la Vierge, car le saint étant aussi médecin, l’albarelle pouvait donc évoquer cette activité. Nous publions cependant ici deux images d’albarelle en faïence.

Albarelle sur l’étagère, Saint Luc peignant la Vierge, Maître du Livre de prières de Maximilien Ier, c. 1510, Rome, Vatican, Biblioteca Apostolica latin 3770 folio 130
Albarelle (à côté de l’almbic) (partie haute sur l’étagère), saint Luc peignant la Vierge, Atelier de Quentin Massys, vers 1520 ?, National Galery, Londres

Ampoule

L’ampoule, en latin ampulla et en ancien français ampollie, est une fiole à panse enflée, lenticulaire ou plate, munie d’un col plus ou moins long et étroit, et qui peut reposer sur un pied très bas. L’ampullarius est le fabricant de fioles. Danièle Alexandre-Bidon a précisé que le terme ampulla venait en fait du mot amolla. Sur les images qu’elle a montré au colloque de l’association Verre et histoire sur les flacons, et pour ce qui concerne l’apothicairie, certaines ampoules peuvent avoir des étiquettes accrochées à leur col.

L’ampoule est un contenant essentiellement utilisé pour la fabrication du rouge vermillon , pour faire de l’or mussif (purpurinum), pour faire un bleu azur optimal (avec du vert-de-gris), pour faire une couleur azur (avec de l’alun scarole et du vinaigre), toutes quatre couleurs avec une ampoule en verre et pour la fabrication d’un bleu de cuivre, avec une ampoule de cuivre très pur. Une autre recette de bleu d’argent, nécessite soit une ampoule, dont la nature n’est pas précisée, soit une oule. Une ampoule sert aussi de contenant pour une encre d’or, d’argent ou de cuivre.

Le Gaffiot propose une image d’ampoule à anses. Comme pour les ampoules de pèlerinage.

Gaffiot, Dictionnaire Latin-Français, 1934, au mot ‘ampulla’

Sur l’image ci-dessous, nous voyons ce qui pourrait être une ampoule dans le contexte des couleurs et précisément de la fabrication du vermillon dans un fourneau.

Ampoule (?) en verre ou pot en terre de forme semblable, pour fabriquer le vermillon dans un fourneau, XVe siècle, London, British Library, Sloane 963 folio 7v

Il s’agit d’un dessin publié par Mark Clarke dans The Craft of Lymning and the Maner of Steyning3 contenu dans un manuscrit conservé à Londres 4 et daté du XVe siècle. La recette [§A5] recommande de faire chauffer le soufre et le mercure dans une vaisselle glaçurée à l’intérieur et de la mettre dans un fourneau. L’auteur de la recette dit ensuite que si on a pas pas un tel pot glaçuré, on prend une ‘viole‘ (i.e. fiole en verre), que l’on ‘ferme’ bien avec de l’argile sur 1 inch (2,54 cm) d’épaisseur sans compter [l’épaisseur du] verre. Il doit s’agir d’enduire la fiole d’argile sur les parois extérieures.

Dessin de Claudine Brunon d’après le manuscrit du XVe siècle conservé à Londres, British Library, Sloane 963 folio 7v

Sur le dessin du fourneau, nous devinons par un trait plus épais, sans aucun doute l’épaisseur de l’argile. Nous l’avons bien mis en évidence sur le dessin ci-dessus. Il y a aussi deux anses (?) sous l’ouverture du vaisseau, sans doute pour en faciliter la préhension lorsqu’il est brûlant. Notons que le haut du contenant semble être fermé par une tuile plate.

  1. Danièle Alexandre-Bidon, Une Archéologie du goût. Céramique et consommation (Moyen âge-Temps modernes, Paris : Picard, 2005, p.262 []
  2. Voir Catherine Monnet, La Vie Quotienne dans une forteresse royale. La Grosse Tour de Bourges (fin XIIe-milieu XVIIe siècles), 1999, page 195 []
  3. Mark Clarke, The Craft of Lymning and the Maner of Steyning. Middle English Recipes for Painters, Stainers, Scribes and Illuminators, The Early English Text Society, Oxford University Press, 2016, p. 242 []
  4. London, British Library, Sloane 963 folio 7v []

Leurs instruments de travail au Moyen Âge