Une Recette d’azurite utilisée avec une plume

La recette d’azurite que nous nous proposons d’étudier est contenue dans deux traités du XIVe siècle. La couleur bleu est utilisée avec une plume. Avec cet outil, elle est généralement contenue dans un cornet 1 lorsqu’on écrit ou on trace des fils à la plume.

Voici la recette d’azurite du Liber Diversarum arcium 2 .

[1.3.17A] : Distemperacio alia. Azurum terreste molle supra petram com aqua postea colla per pnannum delicatum et mundior sit. Removendo digito et aquam apponendo ut possit per pannum transire. Quo purificato et exicato pone claram novam fortem postea accipe de vitello ovi crudi et misce cum aqua et vino equaliter et valde parum pone in colore faciet melius de penna exire quod utique ad omnes colores valet si nigrior fuerit ter vel quater aqua lavabis vel etiam amplius et sic melloraitur per duos enim vel tres dies pote in eo dimitere claram sed quam sepius mutabis tanto melior erit.

[1.3.17B] : Ut terat optime accipe quantum granum ciceris de sale duro albo clara et pone in aceto claro et quiescat parum ut solvatur et pone de eo in azurum.

Voici l’interprétation possible de la recette :

Autre détrempe [Pour détremper l’azurite]. L’azur terrestre se moult sur la pierre à broyer petra avec de l’eau 3 , ensuite on la filtre avec une étoffe propre, délicatement en remuant avec les doigts. Puis on est en mesure de transiter (passer d’un état à un autre) purifié et sec. Pour que la couleur, i.e. la peinture, soit plus fluide sous la plume, le pigment azurite est mis dans la glaire neuve et forte. On peut ensuite prendre du jaune d’oeuf cru et le mêler d’eau et de vin en quantité égale, beaucoup ou peu que l’on met dans la couleur. Cela vaut pour toutes les couleurs. La détrempe à l’oeuf intervient aussi dans le cas où la couleur azur change. Le texte appelle alors cette couleur nigrior. On lave la couleur trois à quatre fois dans l’eau ou plus et la couleur s’améliore (devient meilleure). On la laisse deux ou trois jours dans la glaire, elle se modifie et devient meilleure. Il pourrait s’agir du fait que la couleur ait séché. De ce fait, on la ramollit d’abord avec de l’eau pour la rendre molle puis avec de la glaire d’oeuf (un liant) pour pouvoir l’appliquer sur le support qui est en parchemin, c’est-à-dire pour l’enluminure. Ce travail pourrait correspondre, avec cette couleur azur, à tracer les filigranes des lettres. Le travail étant de longue haleine, la couleur a tout le temps de sécher dans son contenant. De manière générale, pour le travail à la plume, on utilise un cornet de boeuf. En effet, le nombre de lettrines d’un manuscrit pouvait dépasser le nombre de 500. Afin de broyer de manière optimale, on prend une quantité de grain de sel blanc dur clair, et on le met dans du vinaigre clair reposer et on le met dans l’azur.

Voici la même recette d’azur mais plus courte, contenue dans le manuscrit dit Sloane 17544.

Chapitre IV : Azorium mole super petram, postea cole per pannum delicatum ut mundiur sit. Quo apurato et siccato, pone glaream nouam et fortem. Postea accipe de uitello oui crudi et misce cum aqua uel cum uino aliquantum, et nimis parum pone in colore et faciet melius de penna exire. Id ipsum propter hoc ipsum ad omnes colores utile est. Quod si nigrior fuerit, bis uel ter uel quociens expedit lauabis aqua, et si meliorabitur.

La recette est ici intéressante malgré qu’elle soit présentée en résumé. Le mélange d’eau et de vin est ajouté en quantité suffisante au jaune d’oeuf.

Le pannum est à l’origine un lambeau d’étoffe de couleur pourpre brillante, sans doute un vêtement ecclésiastique. Notons que la pourpre teignait aussi celui d’un dignitaire impérial romain. On parle d’empereurs nés dans la pourpre. Certains d’entre eux étaient les seuls à avoir le droit de porter cette couleur sous peine de mort. Le pannum est généralement un morceau de lin ou de laine. Pour le lin, le LDA fait aussi mention d’un lambeau de lin avec les termes panniculo de lino, aussi d’un sac long en lin, sacullum longum lineum.

Revenons à l’usage possible de cet azurite employé avec une plume. Cet azur, si l’on se réfère à un traité spécialement dédié à l’art de l’enluminure (De Arte illuminandi), l’auteur indique que pour fleurir avec l’azur d’Allemagne, on le broie et détrempe avec de la glaire d’oeuf et dans cette glaire on le détrempe avec un peu de tournesol (fait avec la plante Chrozophora tinctoria) ou d’autres pezzettes de couleurs 5 . La recette du chapitre XXII propose également de corriger l’azur si celui-ci est laid, turpe, on le broie avec de la céruse avec la glaire d’oeuf et sans doute pour rectifier la couleur, on ajoute dans l’oeuf un morceau de pezzette bleue ou violette, peczola blavea vel violata, qui est un autre morceau de tissu imbibé de suc de plante et servant de réserve pour l’hiver.

En 1480 à Tournai, les Ordonnances de la guilde des peintres, à l’article 32 énonce de manière précise l’activité de l’enluminure dont tourner lettres d’or ou d’asur et les floreter et champier 6 . Dominique Vanwijnberghe qui a étudié ce document, indique que “Tourner” doit être entendu ici dans le sens de “dessiner”, les lettres tournées étant des lettres de forme 7 . Les lettres tourneures, puis les lombardes pouvaient être dessinées sur parchemin. Ainsi, nous trouvons la mention suivante : l’un l’enseyned, et lettra fayr en pargamin (Albéric, Alex 88) 8 . Le moyen anglais connaît d’ailleurs une catégorie spécifique d’enlumineurs spécialisés dans le dessin des initiales et des marges : ils apparaissent dans les textes au titre de turnours 9 . Les enlumineurs peuvent floreter les lettres, c’est-à-dire les agrémenter de jeux de plumes. Les littera florata se rapportent indifféremment aux lettres “à antennes” ornées de calligraphies à la plume, parfois de plusieurs couleurs, ou aux initiales décorées simplement avec des couleurs et de l’or. Le terme latin “florator“, désigne l’artisan-enlumineur qui oeuvre à l’ornementation des filigranes dans les documents du XVe et du XVIe siècles. En anglais, cette personne est nommée “florisher” . Les documents montrent qu’une distinction était faite entre “tourner” une lettre et la “floreter“. 

La consistance de la peinture, un peu plus épaisse que de l’encre, peut être la texture de notre recette. Comme le note Patricia Stirnemann dans son article sur le Fils de la Vierge, le décor filigrané est : “exécuté avec une plume finement taillée dont le tracé ne relève ni pleins ni déliés […] les filigranes articulent, entourent, encadrent et remplissent les espaces autour et à l’intérieur de la lettre”. La couleur bleu est généralement associée au rouge. Jusqu’à la fin du premier quart du XIIIe siècle à Paris, les bleus utilisés pour leur pouvoir couvrant sont des couleurs minérales, l’azurite ou le lapis-lazuli. Ensuite, dans le second quart du siècle, c’est un bleu végétal, plus facile à étendre qui est utilisé car il est aussi moins cher. Le bleu est d’après Patricia Stirnemann plus difficile à appliquer que le rouge, notamment pour des filigranes fins et dont la taille diminue. La lettre rouge peut être remplacée par la lettre dorée à filigranes bleus. Si l’on garde la lettre rouge, ses filigranes bleus peuvent être remplacés par des filigranes violets qui eux seront réalisés plus tard avec des pezzettes de Chrozophora tinctoria.

Lettrine B filigranée en bleu et en rouge Angers 7 folio 41 v

  1. Voir Claudine Brunon, “Le Cornet à encre et à couleurs”, Pecia. Le Livre et l’écrit, volume 19, 2016, Brepols, 2018, p. 125-156, [en ligne] sous licence, https://www.brepolsonline.net/doi/abs/10.1484/J.PECIA.5.114332 []
  2. Mark Clarke a identifié l’azur terrestre avec l’azurite (et similaire) en l’opposant  à l’azur céleste ou étherial  ; voir Mark Clarke, Mediaeval Painters’ Materials and Techniques. The Montpellier Liber diversarum arcium, Londres, Archetype, 2011, p. 172 []
  3. Généralement mais pour des opérations de détrempe avec un liant, la pierre petra est utilisée pour moudre le vert-de-gris, voir notre article sur les pierres à broyer https://cmcep.hypotheses.org/1137 []
  4. Daniel Thompson, Liber de Coloribus illuminatorum siue pictorum from Sloane Ms. N°1754, p. 294 []
  5. Claudine Brunon, Des Colorants en pezzettes pour l’enluminure, 2018, p.15 []
  6. Dominique Vanwijnberghe, De fin or et d’azur”. Les commanditaires de livres et le métier de l’enluminure à Tournai à la fin du Moyen Âge (XIVe-XVe siècles), Louvain 2001, p. 117 []
  7. Iibid, p. 127 []
  8. Frédéric Godeffroy, Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes du IXe au XVe siècle, 1881 []
  9. Dominique Vanwijnberghe, op. cité, p. 127 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.