La Couleur Chair et le vase de cuivre ou de fer

La couleur chair se fait avec notamment, une céruse jaunâtre (jaune de plomb) ou une céruse verte (vert de plomb) que l’on fait chauffer dans un vase de cuivre ou de fer, in vas cupreum vel ferreum 1 . Au risque de nous éloigner de notre ligne éditoriale qui concerne la Culture Matérielle, nous voulons proposer dans cet article, les différentes teintes nécessaires à l’enluminure d’un visage et du corps humain. Etudier les contenants des couleurs, les pigments qu’ils contiennent prend plus de sens si on les replace dans le contexte de l’Histoire de l’art médiéval.

La couleur chair était utilisée pour peindre les figures et les corps nus, la charnure (toutes les chairs qui composent le corps humain) ou membrane. Elle est faite avec des couleurs rouges. La gamme des rouges contient de nombreuses nuances de l’orangé au rouge bleuté. Les applications de cette couleur sont nombreuses : vêtures, visages, architectures … Une large palette de 6 rouges permet d’obtenir la couleur rose dans le Liber Diversarum Arcium. Chacun des rouges constitue la matière de base. Ils sont tous utilisés avec du blanc de plomb. Seul le cinabre s’emploie avec du blanc d’os de bovins calcinés ou d’autres bêtes (Cennino parle de blanc d’os de poulet, de mouton). Le vermillon, vermiculum, peut être le vermilium sinnabatum grece d’après le Modus agenda colores (folio 29rb). Le Liber de coloribus dit de mêler le vermillon avec du blanc pour faire une couleur appelée rose. On l’ombre avec du vermillon pur et on l’éclaircit avec du blanc de plomb.

Les couleurs roses du Liber Diversarum arcium se font avec :

  • du vermillon et du blanc de plomb,
  • du sang dragon et du blanc de plomb
  • du carminium et du blanc de plomb,
  • du minium et du blanc de plomb,
  • l’incarnature : du rouge et du blanc de plomb,
  • l’incarnature : de l’incarnature et du blanc et un peu de cinabre et de caput mortuum (ocria),
  • du blanc et de la sanguine,
  • l’incarnature : du blanc et un peu de jaune de safran, un peu de cinabre,
  • des os de boeuf brûlés ou d’autres bêtes et du cinabre.

La couleur rose est similaire à l’incarnature (un corps de chair).

La peinture du corps humain se peint avec la couleur membrane, faite de céruse chauffée rouge (i.e. minium), de blanc de plomb et de cinabre.

La peinture des visages et des parties nues du corps, les mains et les pieds est appelée carni similis.

La peinture qui sert à dessiner les principaux traits du visage s’appelle posc. C’est une couleur complexe.

La couleur simplici membrana est une couleur rose faite à partir de la couleur membrane (minium, cinabre, blanc de plomb). Elle sert à peindre le corps humain. On y ajoute un peu de cinabre et du minium. Elle sert aussi à rubriquer les rides sur les différentes parties du corps ou les surfaces du visage

La couleur lumen sert à enluminer les rouges précédents. Elle est faite de céruse chauffée (jaune ou verte) et de céruse.

Saint Luc, XIIe siècle, Champagne, Troyes, Abbaye Saint-Loup
Paris Bibliothèque Sainte Geneviève ms 10 folio 169

Sur le visage de saint Luc, datant du XIIe  siècle, le dessin est tracé en une couleur verdâtre puis repassé en rouge orangé, la peau est peinte claire avec du jaune et du blanc et un peu de vert, les pommettes sont peintes en rouge clair et rouge vif, il y a des parties plus claires et des traits de lumière.

Saint Grégoire, milieu XIIe, Douai, Bibl. mun., ms. 0315, t. II, f. 001v

Saint Grégoire, enluminé dans le milieu du XIIe siècle à l’abbaye d’Anchin par le moine Jean. Il a d’abord dessiné le visage de saint Grégoire avec une couleur rose. Il a peut être commencé par les yeux, les paupières, les sourcils et la longueur du nez, les narines, le contour du visage et les oreilles, sous le nez, la bouche et les pommettes. Puis avec un rose foncé, il a ombré les sourcils ; celui de gauche se prolonge le long du nez et sur les narines, il a aussi ombré les yeux et la bouche. Puis le fond du visage est fait de jaune clair. Les lumières blanches sont passées au dessus des sourcils, sur les paupières, dans les yeux, le long du  nez et sur les narines, autour des pommettes et peut être sur la lèvre. Le cou est aussi dessiné en rose, rempli de jaune clair et enluminé en blanc.

La couleur posc sert donc à dessiner les principaux traits du visage. Elle se compose de terre verte, de prasinus (une couleur verte et noire), de caput mortuum et d’un peu de cinabre.

Le Liber diversarum arcium (XIVe siècle, Italie) donne cette recette [§1.28.5] (p.122 du LDA) de la couleur posc. Avec cette couleur, dessine les sourcils et les yeux, les narines, la bouche, le menton, autour des narines, les tempes, les rides sur le front, et dans le cou, et les courbes du visage ; les articulations des mains et des pieds et toutes les parties du corps nu, et la barbe des jeunes et leurs différentes parties.

Pour le visage pâle, la couleur prasinus entre dans la composition de posc.

[§1.28.4A] : Si toutefois, c’est pour un visage pâle [i.e. d’une blancheur sans éclat], à la place du cinabre est mis un peu de prasinus, lequel prasinus est une couleur verte et noire ; sa nature est de la sorte qu’elle n’est pas broyée sur la pierre mais de telle manière placée dans l’eau pour que ça se sépare en particules et c’est filtré à travers un pannum.

Livre d’image de madame Maris, fin XIIIe
Paris, BnF NAF 16251 folio 97v
Détail, Jésus devant Pilate XIVe siècle
Avignon 121 folio 54

Cette sorte de visage pâle n’est pas le seul à être enluminé. Deux autres visages nécessitent une couleur de base, la chair. Pour une couleur semblable à la chair, on mélange à de la céruse jaune ou verdâtre, du cinabre ou du sinople avec de la céruse. Cette couleur sert de base à trois types de carnation : les visages rouges, blancs et pâles.

Au XIIe siècle, le moine Théophile dit ceci pour les enluminer tous trois :

Le Livre I, chapitre 1 du moine Théophile commence par la fabrication de la couleur chair qui sert à peindre le visage et les corps. On prend de la céruse sèche sans être broyée dans un vase de cuivre ou de fer sur des charbons ardents jusqu’à ce qu’elle se change en une couleur jaune ou verdâtre. On la mélange ensuite avec de la céruse blanche et du cinabre ou du sinople jusqu’à ce que ça devienne semblable à la chair. Quand on veut avoir des visages rouges, on ajoute plus de cinabre, pour des visages blancs, on ajoute plus de blanc, pour les visages pâles, on met au lieu du cinabre, un peu de vert foncé, le prasinus.

Revenons à la couleur posc. 

[§1.28.C] : De la couleur précédente [celle utilisée pour le visage pâle], ensuite, toutes parties nues et les visages sont peints : prends ladite membrana [le vermillon, le minium, le blanc] et mélange avec prasinus, et le caput mortuum et avec un peu de cinabre, et ceci devint la couleur que l’on appelle posc.

[§1.28.9] (p.123 du LDA) : La première ombre de posc. Posc est mélangé avec plus de prasinus et de rouge, suffisamment pour faire la première ombre de posc et avec lequel sont remplis les espaces entre les yeux et les sourcils et un peu dans les yeux, et à côté du nez, et entre la bouche et le menton et les cheveux et les moustaches et les barbes des adolescents, et les paumes vers les pouces, et les pieds au-dessus des articulations mineures, et les visages des garçons et des filles du menton jusqu’aux tempes.

[§1.28.10] (p.123 du LDA) : La seconde ombre de posc. Posc ci-dessus mentionnée est mêlée de plus de cinabre avec lequel sont faite de fines lignes, sur le dessus du premier rose sur le front, sur tout le visage et le cou, au milieu de la bouche,, et de la même manière que la couleur précédente apparaît ci-dessus, et avec lequel sont dessinées les articulations (les divisions, les poignets, les articulations), des paumes et des ongles, et des articulations des membres.

La couleur lumen se retrouve aussi dans le LDA.

[§1.28.7] : Avec plein de blanc de plomb calcinée qui est jaune ou verdâtre, est mélangé  du blanc de plomb broyé et ça devient la couleur lumen, la lumière avec laquelle l’enluminure est mise en évidence sur les rides du front, le bord des sourcils, le long du nez, et au-dessus des trous de narines, les ridules des deux côtés autour des yeux, les tempes basses autour des oreilles, la lèvre supérieure, le menton supérieur, un peu les rides du menton, les articulations des mains et des pieds au milieu, et les autres parties des corps nus un peu.

Au XIIIe siècle, les visages sont blancs. Le tracé est d’abord fait en rouge-brun sur les sourcils e le long du nez de chaque côté, puis les narines, les paupières, les tempes, le haut du front, sous le nez, sous la lèvre. Les joues sont peintes en rose ombrées de rouge. Les lèvres sont rouges. Puis, le blanc est posé sur le front, le nez, les paupières, sous les yeux, dans les yeux, au-dessus des lèvres et dessous.

Livre de Madame Marie, fin XIIIe siècle
Paris, BnF NAF 16251 folio 88

 Dans la première moitié du XIVe siècle, en Espagne, la couleur rose sert à marquer les valeurs des visages, des mains et des pieds. Le tracé est fait en rose foncé.

Saint Luc, Bible, Catalogne, vers 1320 (?)
Tours manuscrit 8 folio 487v

Ce même rouge-brun sert au XVe siècle à dessiner la silhouette de la Vierge. Elle  est tracée en rouge foncé puis les membres sont commencés en rose. C’est ce que l’on peut voir sur un panneau peint par saint Luc.

Saint Luc, Rome, Vatican, Latin 3770 folio 130r

A la toute fin du XVe siècle, nous avons trouvé trois enluminures faites sur le même modèle, proche d’un fait en Bourgogne (?). Vers 1470, une représentation de saint Luc le montre derrière son chevalet. Le tableau de bois qu’il peint est en grisaille. Une femme est figurée. La partie sommitale du tableau a une forme d’ogive. Il est de petite taille, à peine plus grand que la tête du saint.

Saint Luc, Bourgogne (?), vers 1470, Besançon, Ms 93 folio 18

Le Livre d’Heures d’Isabelle la Catholique propose une représentation de saint Luc derrière son chevalet. Le tableau figure aussi une femme. Le peintre applique la couleur rouge depuis sa palette en prenant appui avec son appui-main qui est une longue baguette dont le haut repose sur le tableau. La forme du cadre est en forme d’arcature simplement arrondie. Le Bréviaire de cette même reine est calqué sur le même modèle. Dans le manuscrit conservé à Poitiers, Luc peint une Annonciation de la même manière.

Ces panneaux de bois sont plus communément utilisés à la fin du XVe voire au début du XVIe siècle, en Bourgogne (?) et à Bruges. En effet, l’atelier de Guillaume Vrelant enlumine le Livre d’Heures d’Isabelle la Catholique à Bruges.

LaIa faisant son portrait (Vierge perpétuelle), BnF français 598 folio 100

Au début du XVe siècle, une artisane peint son portrait sur un panneau de bois. Le cadre est travaillé avec des outils de sculpture sur bois. Ils sont posés sur sa droite. Les mêmes sont visibles dès la fin du XIIIe siècle dans un monastère. Il y a une équerre, des gouges cuiller coudées rangées à la verticale, le bout tranchant en bas. Le cadre de la peinteresse a été creusé avec, en un rebord épais et le sommet est travaillé. 

  1. Théophile, Prêtre et moine. Essai sur Divers arts, Livre I, chapitre 1, Comte de l’Escalopier, Paris, 1977, p.11 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.