Dessin de pierreries sur les piliers d’une arcature

Cet article, quelque peu particulier, met l’accent sur une scène du XIIe siècle dont les enlumineurs sont connus : Névelon et Enguerrand. Ils auraient, selon nous, peint des pierreries rouges sur des piliers dans la scène de dédicace suivante. Nous nous proposons d’étudier cette représentation d’un point de vue technique.

Le manuscrit contenant la dédicace étudiée ici, est un martyrologe obituaire réalisé à saint Pierre de Corbie par le moine Névelon et Enguerrand, son assistant. Le colophon de la scène de dédicace dit que Névelon a écrit et copié de sa main et à ses frais le manuscrit. Névelon vivait à la fin du XIe siècle et au début du XIIe siècle. Son assistant Enguerrand oeuvrait jusque dans la seconde moitié du XIIe siècle.

L’écrin de la scène est encadrée pr des piliers qui soutiennent une arcature. L’étude de cet élément architectural a été étudié dans les scènes de présentation du livre, dans notre mémoire de maîtrise1 . Ici, la scène représente l’apôtre saint Pierre en dédicataire. Le moine Névelon remet son Martyrologe au premier pape de la Chrétienté. C’est donc entre les deux piliers de l’Eglise que la scène est symbolisée. Nous allons étudier la décoration de ces piliers ainsi que les tours qui surplombent l’arc de cercle.

Le moine Névelon, copiste et enlumineur, Martyrologe obituaire, Saint-Pierre de Corbie, XIIe siècle, Paris, BnF latin 17767 folio 11v

Les Piliers

L’arcature peut symboliser une partie d’une église. Nous émettons l’hypothèse que sur les piliers de la scène de dédicace de saint Pierre et Névelon, se trouvent des pierreries figurées par des points rouges. Il ne nous est pas impossible de penser que des gemmes pouvaient être réellement collées sur de la pierre dans l’édifice religieux. Bien que les enluminures de cette époque soient très symboliques et rarement le reflet de la réalité.

D’un point de vue technique,  il n’est pas impossible de joindre des pierreries à de la pierre. Au XVe siècle, Alcherius, dans le Recueil de Lebègue, donne une recette de colle à cet effet. En effet, enrichir la pierre de pierres précieuses n’est pas une idée saugrenue. Dans le monastère de l’abbaye bénédictine de la Cava, près de Naples, au XVIIe siècle, la chapelle près du coeur est toute recouverte de marbres. On y consacre les restes sacrés des quatre premiers abbés du monastère (Alifier, Léon, Pierre Ier, Constable). Les marbres les plus enrichis de pierres précieuses ont servi à la composition de ces tombeaux, qui renferment les saintes reliques2  .  Nous voyons ici que les tombeaux en marbre sont enrichis de pierreries. Il n’est donc pas impossible de penser, tout du moins symboliquement, que nos piliers de la dédicace, soient représentés ornés de pierres précieuses.

Saint Pierre bénit le Martyriologe obituaire que Névelon a copié et enluminé, Corbie, vers 1102-1103
Paris BnF latin 17767 folio 11v 
Détail du Martyriologe de Névelon

La scène de dédicace peinte par Névelon nous montre les protagonistes saint Pierre, le saint patron de l’abbaye saint Pierre de Corbie et le moine, sous une arcature surmontée de tours. Le miniaturiste a sans doute été formé dans la vallée de la Loire ou à Tours3 .  La scène est dessinée à l’encre, d’un trait épais, dans un style menu mais très vivant4 . Les piliers sont décorés de points rouges, que nous interprétons comme étant des pierreries symbolisées. Ces pierres sont disposées une fois tous les deux cabochons. Pour les coordonner avec le reste des éléments, Névelon a peint le socle des piliers de cette même couleur rouge. Les pierres sont disposées selon un ordre précis. Disposer les pierres précieuses selon un ordre précis est courant à l’époque. Théophile dans son traité en fait état. L’émeraude verte orne le pectoral. La hyacinthe rouge symbolise la rédemption. L’agencement des deux pierres est décrite par Théophile au XIIe siècle, au Livre II chapitre XXVIII :

“Formez-en des hyacinthes en proportion avec le nombre des places auxquelles vous les destinez. Faites en sorte qu’il y ait toujours une émeraude entre deux hyacinthes5 .

La scène de décicace parait utiliser une disposition où une hyacinthe est intercalée d’un cabochon vide (?).

D’un point de vue technique, les pierres peuvent être aussi du verre teinté et non pas une pierre précieuse. Nous trouvons une recette de verre rouge au XIIIe siècle en France : Livre III du De Coloribus et artibus romanorum / Des Couleurs et des arts romains :

[§VII]-257 : “Prends de la limaille de cuivre et brûle-la jusqu’à ce qu’elle soit en poudre et mets-la dans un petit mortier et ce sera du verre rouge que l’on appelle galienum”6 .

Quelques années plus tard, Enguerrand, l’assistant de Névelon, représente saint Grégoire et saint Pierre sous des arcatures où les piliers sont décorés7 . Il y a aussi des points rouges, groupés par deux, qui sont sous des formes en S blancs, eux-mêmes sur un fond rouge qui s’enroule en bande le long de la colonne. Une bande plus fine rappelant l’orfroi d’un vêtement liturgique est parsemée de cabochons vides. Mais nous ne retrouvons pas la même disposition que sur la dédicace de Saint Pierre.

Les Tours et l’Arcature

Tours dessinées par Névelon, XIIe siècle, Paris, BnF latin 17767 folio 11v
Dessin de Névelon
Martyriologe folio 45v

Dans le manuscrit de Névelon, des tours surplombant l’arcature sont vues en partie de face. Au folio 45v, se trouve un dessin de tour à deux étages. 

D’autres scènes de dédicace figurent des tours sur les arcatures. Ainsi, au début du XIIe siècle, saint Jérôme figuré en copiste, remet son manuscrit à sainte Marcelle et à Principia. Des motifs de tours sont dessinés sur les piliers soutenues par un arc finissant à plat8 .

Le roi d’Angleterre Aethelstan et saint Cuthbert
Lindisfarne, 934
Cambridge, Corpus Cristi ms 183 folio 1v

Pour revenir à l’arcature dessinée par Névelon au folio 11v, la forme extérieure du fronton avec un arc au-desssous se retrouve déjà à Lindisfarne en 934 dans le manuscrit de la Vie de saint Cuthbert9 . Le roi anglais est figuré devant son palais symbolisé ici par l’arcature tandis que le saint est représenté devant son église. A l’époque, c’est le scribe Aldhelm qui a peint et peut-être créé ce modèle d’arcature. Il est représenté, une plume à la main dans le De Laudibus virginitatis10 .

Aldhelm, De Laudibus Virginitatis, 1er quart du Xe siècle, Londres, British Library ms Royal 7 D XXIV, folio 85v

L’espace peint de la scène de dédicace, dans le folio du manuscrit de Névelon, est limité par deux piliers et un arc en forme de demi-cercle. C’est une partie valant pour le tout. Ce système est à considérer comme une porte, une fenêtre sur la scène donnée à voir au lecteur du manuscrit. Deux piliers peuvent soutenir une arcade plaquée au devant. Les colonnes assurent matériellement la solidité de l’édifice. Au-dessus, nous pouvons voir une galerie percée de fenêtres.

L’Outillage du copiste et de l’enlumineur au XIIe siècle

L’outillage du copiste et de l’enlumineur a été donné par Gilberte Garrigou pour les ateliers monastiques du VIIe au XIIe siècle11 . La voici :

  • Tablettes de bois enduites de cire
  • Style ou stylet
  • Couteau ou canivet
  • Calame
  • Plumes d’oiseaux
  • Pinceaux
  • Pierre ponce
  • Ciseaux
  • Eau de fontaine ou eau de pluie
  • Mortiers en porphyre
  • Règles et compas
  • Eponge, chiffons de laine et de lin
  • Agate ou dent de sanglier
  • Brosse plate faite de poils de ventre d’écureuil
  • Cornes de boeuf
  • Mie de pain
  • Coquillages divers
  • Patte de lièvre
  • Filtres en tissu
  • Diverses fioles de verre ou de terre cuite

L’encre rouge utilisée pour la scène de dédicace peinte par Névelon au XIIe siècle pouvait être faite avec la peinture dont la fabrication est décrite dans un réceptaire spécialisé dans l’art de l’enluminure lui aussi daté du XIIe siècle. La voici :

Synaprium, id est, rubeus color, similiter terimus cum glarea et poniumus in cornu, postea eicimus glaream ab eo cum serenum est, et tagidiu faciumus donec nihil remaneat. Deinde ponimus in eo glaream iterum quouisque ad octo dies manere potest in cornu et tunc eam removeamus si viderimus eam expidere12 .

Synaprium, qui est une couleur similaire au rouge se broie avec de la glaire et se met dans une corne, ensuite on enlève la glaire de dedans quand c’est clair et on fait cela jusqu’à ce que rien ne subsiste. Ensuite, on met dedans une autre fois de la glaire en la laissant huit jours dans le cornet puis on enlève s’il y a quelque chose qui obstrue.

Ici, l’auteur de la recette parle d’un rouge similaire, le cinabre (sans doute le cinabre artificiel ou vermillon).

Pour conclure, nous pouvons présumer de l’utilisation de pierreries sur les piliers mais rien n’est moins sûr. Ce qui peut nous y faire penser est le marquage de la tombe de saint Pierre sur la nécropole située sur l’actuelle basilique Saint-Pierre à Rome par une pierre rouge. Selon l’Evangile de Matthieu, le Christ aurait dit à l’apôtre Pierre : Tu es Pierre et sur cette pierre je bâtirai mon église.

  1. Voir Claudine Brunon, Les Représentations du roi lettré dans les scènes de dédicace, Mémoire de maîtrise, Université Lumière Lyon II – Faculté d’Histoire de l’art, septembre 1997 []
  2. Galerie littéraire scientifique et d’annecdotes, recueil choisi de productions diverses, éditions Edouard Teissère []
  3. Voir La France romane au temps des premiers Capétiens (987-1152), Paris, Musée du Louvre, 10 mas-6 juin 2005, p.84-85 []
  4. Ibid []
  5. Théophile, prêtre et moine, Essai sur divers arts, Comte de l’Escalopier, Paris, 1977 (1ère édition 1843 []
  6. Mary Merrifield, Medieval and Renaissance Treatises on the Arts of Painting. Original Texts with English Translations, Dover, 1999 (1967 1ère édition) (d’après l’édition de 1849), p. 213 []
  7. folio 258 et 258v des Homélies, Paris BnF latin 13392 []
  8. Dijon, BM 132 folio 6 []
  9. Cambridge, Corpus Cristi, ms 183 folio 1 []
  10. Londres, British Library ms Royal 7 D XXIV []
  11. Gilberte Garrigou, Naissance et splendeurs du manuscrit monastique du VIIe au XIIe siècle, 1994 []
  12. Mark Clarke, A Unique 12th-century illuminator’s treatise : an original composition incorporated in the Brussels Compendium artis picturae, p. 55 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.