Les Pinceaux du peintre

L’outil sans lequel le peintre ne pourrait œuvrer est le pinceau. Nous choisissons de l’étudier sous divers angles : natures des poils, usages, et aussi ses modes de fabrication.

En latin, d’après le Glossarium de Du Cange, le pinceau se nomme pincellus, pincillus, penicillus. En ancien français, le pinceau se nomme pincel ou pincelet. Dans son Dictionnaire, Godefroy les décrit ainsi : pincelet, “pinceau du peintre”, pincel : “touffe de poils liés au bout d’un bâton servant de manche, et qu’on emploie pour étaler la couleur, de la colle, etc … “La forme peincel est attestée ca.1165 dans Troie de Benoît de Sainte-Maure1. Le vocabulaire des pinceaux n’est pas très étendu ; il y a seulement une distinction faite entre les pinceaux à proprement parler et les brosses. Ainsi au XVe siècle, les Ordonnances de Tournai (à l’Article 44), distinguent les pinchiaux et les brousses 2. En ancien anglais, il y en a aussi deux sortes : pencel, pensel, pinsel, pynsell, pense, pensyll3 et brosshe, brosche, brusch (pour brush en anglais, i.e. brosse)4. Derrière ces deux entités se cachent deux sortes de pinceaux, dont la nature de poils diffère. Commençons par les brosses.

Les Brosses

Le peintre hyper-réaliste Claude Yvel, dit ceci à propos des brosses des anciens : “On utilise le terme de brosse pour les pinceaux faits de soies de porc. Ces brosses étaient faites autour d’un manche taillé en pointe et ligaturé avec un fil de lin plus ou moins fort selon la grosseur de la brosse” 5. Les pinceaux en soies de porc sont toujours utilisés. Ils sont aussi connus sous le terme de brosse mais maintenant la brosse est généralement faite avec une virole métallique plate. Yvel précise : “Les brosses utilisées par les peintres anciens étaient toujours de forme ronde. Les brosses plates ne sont apparues qu’au XIXe siècle, lorsqu’on a utilisé les viroles métalliques qu’il était possible d’aplatir par le pincement dans une presse”6. Les brosses plates ne sont pas réalisables au Moyen Âge car la virole en métal n’existe pas encore, c’est le tuyau de plume d’oiseau qui fait office de virole naturelle. Pinceaux et brosses sont avant tout des distinctions de qualité de poils : le pinceau est en poils d’écureuil et la brosse, en soies de porc. Aujourd’hui, le pinceau est rond et la brosse est plate. Il se peut que la brosse plate ait été d’un usage plus ancien que le XIXe siècle. Celui de la virole en métal date lui, de la fin du XVIe siècle. Dans les documents de l’administrateur de la peinture, Wolf Pronner (entre 1586 et 1590), pour le compte du duc William V de Bavière à la cour de Munich, nous trouvons mentionnées diverses sortes de pinceaux redistribués aux artistes. Durant cette période, un faiseur de pinceaux pour artistes d’Augsburg, Caspar Schecks, vend différents pinceaux à Pronner pour les artistes qu’il emploie. Ces pinceaux d’artistes (en poils d’écureuil ou de putois) sont dans de petits tubes en métal, “pensel in plechin rorlin”7. Il faudra sans doute attendre un long cheminement (?) pour que le tube en métal passe du pinceau à la brosse et devienne ensuite une brosse plate avec virole métallique. Ceci finit la parenthèse sur la virole plate métallique des soies de porc.

Les pinceaux médiévaux en soies de porc sont d’usage courant. Leur fabrication est décrite au chapitre LXV du Libro dell’Arte de Cennini8. L’auteur italien nous confie sa manière de faire ce genre de pinceaux. Il faut les soies d’un porc blanc, domestique. On fait un très gros pinceau qui sera assoupli en badigeonnant les murs. On défait ensuite ce pinceau et on le divise en autant d’espèces de pinceaux nécessaires : pinceaux émoussés dont les pointes sont bien égales, pinceaux pointus de toutes les grosseurs. On attache ensuite chaque petit bouquet de poils avec du fil double enduit de cire et l’on fait entrer la pointe de la baguette de bois qui sert de manche dans le paquet. Claude Yvel qui a consulté divers auteurs qui décrivent la fabrication des brosses, a refait ce type de pinceaux. Il nous livre quelques dessins pour l’illustrer ; nous avons re-dessiné ses planches.

1. Soies de porc regroupées sur un rectangle (qui sera en parchemin ou en papier à l’époque médiévale) (Dessin copié par Claudine Brunon d’après celui de Claude Yvel).
2. Ici un moule (on utilisait sans doute un dé à coudre au Moyen Âge) sert à mettre les soies de porc enroulées dans le rectangle précédent. Puis, on enlève le rectangle roulé pour ne laisser que les soies de porc. On prendra soin de bien tasser les soies en tapant le moule sur un plan horizontal (Dessins copiés par Claudine Brunon d’après ceux de Claude Yvel).
3. On lie les soies les soies de porcs avec un fil en prenant soin de les garder alignées sur un côté. On prend ensuite une hampe en bois taillée en pointe comme un pieux. On enduit de colle le morceau de bois avant de l’emmancher sur les soies (Dessins copiés par Claudine Brunon d’après ceux de Claude Yvel).
4. Finition : enroulement d’un fil autour de la partie basse des soies de porc en formant d’abord une boucle puis en enroulant autour le fil. Puis, on passe le fil dans la boucle et on tire sur l’autre bout du fil coincé en haut (Dessins copiés par Claudine Brunon d’après ceux de Claude Yvel).

Avant d’insérer le manche en bois, il convient de mettre debout la touffe de poils, droite dans un moule ou dans un dé à coudre que l’on tape pour un bon alignement à la racine. Puis il faut peigner les poils avec un peigne à grosses dents pour enlever les poils tordus ou avec des défauts. Une fois la première ligature faite, on introduit le manche taillé en pointe sur lequel on aura mis un peu de colle pour ne pas que les poils se détachent. On fait ensuite une sur-liure en laissant une boucle pour emprisonner les deux bouts du fil sous la ligature. Pour finir, Yvel écrit : “encoller le fil et le peindre d’une couche à l’huile : c’est ainsi que sont faites les brosses florentines pour la fresque”9. Cennini dit ceci : “Fais entrer la pointe de cette baguette dans le paquet et attache bien également ce paquet de soies, à la moitié de sa longueur et plus haut sur la baguette”10. Certains de ces composants pour la fabrication des brosses en soies de porc se retrouvent dans un paiement du duc de Bourgogne pour le chantier de Champmol où œuvre le peintre Malouel. Ainsi, ont été acheté le 1er avril 1399 au marchand et échevin de Dijon, Perrenot Berbisey11 pour peindre les retables de Champmol (Du portail de l’église au petit cloître) : des soyes de porc “pour faire broisses”, du fil “pour loyler lesdits broisses” de la cire “pour cirer les fil desdites broisses”, ¼ lb au prix de 14 deniers12.

Les Pinceaux en poils d’écureuil

Pour la fabrication du pinceau en poils d’écureuil, il suffit de lire le traité de Cennino Cennini. Le chapitre LXIV concerne la fabrication de pinceaux petit-gris comme on les appelle maintenant. Les poils d’écureuil sont issus de la queue ; ils doivent être cuits et non crus. Et le peintre italien précise : “Réunis les pointes de plusieurs queues, car avec six ou huit pointes tu feras un pinceau souple, bon pour dorer sur panneau, c’est-à-dire pour humecter, comme je te le montrerai plus loin”13. On fait rentrer les pointes dont les poils sont de même longueur et qui sont attachés par du fil ou de la soie cirée dans un tuyau de plume ouvert, de vautour, d’oie, de poule ou de pigeon et dont l’extrémité est coupée :“Fais sortir un certain nombre de ces pointes aussi loin que tu peux les pousser vers l’extérieur, afin que le pinceau soit plutôt ferme, car plus il est ferme et court, plus il est bon et délicat”14. On prend ensuite une baguette d’érable ou de châtaignier ou d’un autre bois de bonne qualité. Elle doit être lisse, propre, taillée en forme de fuseau, d’une grosseur lui permettant de rentrer tout juste dans le tuyau de la plume et de la longueur d’un empan (environ 23 cm). En Bourgogne, les pinceaux des peintres oeuvrant à Champmol sont faits de tuyaux de plumes de cigne dont la centaine coûte 90 deniers. Ils sont chetés à Perrenot Berbisey, le marchand échevin de Dijon qui a déjà fourni du matériel pour les pinceaux en soies de porc15.

Différentes sortes de ces pinceaux d’écureuil sont nécessaires au peintre :

  • certains sont utilisés pour dorer, d’autres pour travailler avec le plat du pinceau (ils doivent être un peu coupés avec des petits ciseaux et affilés légèrement sur la pierre de porphyre jusqu’à ce qu’ils s’assouplissent un peu) ;
  • certains doivent être pointus avec une pointe parfaite pour marquer les contours ;
  • d’autres doivent être tout petits pour certains travaux et pour les très petites figures16.

Voici la manière de fabriquer des pinceaux en poils d’écureuil d’après les dessins de Claude Yvel :

1. Poils d’écureuil liés entre eux par un fil puis par deux autres (Dessins copiés par Claudine Brunon d’après ceux de Claude Yvel).
2. Poils d’écureuil liés avec un fil (Dessin copié par Claudine Brunon d’après celui de Claude Yvel).
3. Poils d’écureuil liés entrant dans une plume d’oiseau coupée (Dessin copié par Claudine Brunon d’après celui de Claude Yvel).
4. Hampe de bois entrant dans la plume d’oiseau pour finaliser le pinceau (Dessins copiés par Claudine Brunon d’après ceux de Claude Yvel).

Les Autres poils

Il existe aussi des pinceaux en poils d’âne et de blaireau, les textes en sont les témoins. A la fin du XIIIe-début XIVe siècle, Pierre de Saint-Omer se sert d’un pinceau en poils d’âne, cum pincello asinino, pour appliquer la colle de boeuf ou de vache lorsque l’on veut dorer ou argenter des fleurs ou des images sur parchemin ou sur tissu17. La recette suivante qui concerne la fabrication de cette colle, est plus explicite quant à l’utilisation du pinceau18. Avec un très petit pinceau, pincellum minimum, prêt à être tremper dans le petit vase de terre chauffé et rempli de colle, on prend de cette colle chaude et on trace sur le parchemin, super pergamenum, et sur le tissu, super pannum, ou on trace où bon nous semble (sous-entendu sur tout autre support). Et dès que ces lignes sont tracées sur certains endroits avec le pinceau, et que la colle se fige, avec rapidité et sans tarder pour que l’étain puisse tenir et avant que ce soit sec, on a de l’étain pulvérisé (qui sert à dorer) que l’on répand abondamment afin que ce que le pinceau a enduit en colle demeure couvert d’étain en poudre. On procède petit à petit jusqu’à ce que l’ouvrage de dorure à l’étain sur la colle soit complet et que l’on ait recouvert tous le tracé fait au pinceau au fur et à mesure. La poudre d’étain répandue abondamment et qui n’adhère pas à l’ouvrage se collecte et se garde. Celui qui a réalisé cet ouvrage peut le laisser sécher jusqu’au lendemain.

Heraclius quant à lui, se servait aussi au XIIIe siècle, d’un pinceau en poils d’âne pour enduire en couches successives de plus en plus épaisses, un panneau de bois, d’un mélange de blanc de plomb finement broyé avec de l’huile de lin. Le pinceau de poils d’âne est adapté à ce travail, cum pincello asinino, sic aptato19. Le livre III d’Heraclius, qui inclus cette recette, passe pour avoir été écrit en France, tout comme le manuscrit de Pierre de Saint-Omer. Ainsi, nous pouvons dire que les pinceaux en poils d’âne sont utilisés par les peintres médiévaux français.

Le pinceau en poils de blaireau est utilisé au XVIIe siècle par le peintre Pierre Lebrun pour appliquer l’or en feuille20.

Notons ici que dans un manuscrit anglais du XVe siècle, l’auteur d’une recette pour faire des peaux rouges de parchemin ou de velin, utilise une brosse faite de cheveux, an heren brosshe21. Etait-ce des cheveux humains ? Ou appelait-on cheveux, les poils d’animaux ?

Julia Valiere, dans sa fiche sur le pinceau du peintre (voir ci-dessous), mentionne le Livre de Théophile qui précise la nature des poils du pinceau du peintre verrier : “fac tibi pincellos duos vel tres ex pilo, videlicet de cauda mardi, sive grisii, vel spiroli, aut catti, sive de coma asini”22 que L’Escalopier traduit ainsi : “faites-vous deux ou trois pinceaux de poil, savoir de queue de martre ou de vair [i.e une variété d’écureuil nordique], ou d’écureuil, ou de chat, ou de crinière d’âne”23. Nous voyons donc que différents poils d’animaux étaient utilisés et que pour l’âne, ce sont les poils de la crinière.

Voici un dessin de pinceau fait par l’auteur du Liber diversarum arcium de Montpellier au XIVe siècle :

Montpellier H277, LDA, f. 92 r24

Travailler au pinceau

Le pinceau est mentionné par les auteurs des traités techniques (ou réceptaires) dans le cas où le lecteur veuille oeuvrer à la plume ou au pinceau, pour peindre et pour dorer notamment. L’art de la peinture et de l’écriture sont clairement associés aux instruments plume et pinceau, la plume étant pour écrire et le pinceau pour peindre. Ces outils ne sont parfois pas interchangeables facilement. Ainsi, à la fin du Moyen A-Âge, à Gand, leur utilisation pouvait faire référence au statut de “scribes travaillant au point d’intersection des métiers de l’écriture et de la peinture : des rubricateurs réalisant des lettres de formes ou “floretant” des initiales sur des documents”25 (c’est-à-dire tracer les filigranes des lettrines). Ainsi, dans cette ville de Flandre, plumes et pinceaux étaient réservés à deux métiers dont la limite est difficile à cerner. S’agissait-il d’écrivains ou de peintres ou d’une spécialisation des enlumineurs ? Lorsque Johannes Van Herpe veut utiliser un autre instrument que la plume, c’est-à-dire le pinceau, il doit payer aux peintres un quart des droits d’admission à la gilde26. Les termes relatifs aux arts de la plume peuvent renvoyer à une branche de l’enluminure. Une recette de détrempe du cinabre (rouge), précise qu’après avoir fait décanter le pigment dans de l’eau et l’avoir broyé avec de la glaire d’œuf et un peu de jaune d’œuf, la couleur est bonne pour “miniaturer” à la plume , hoc enim valde bonum est ad miniandum cum penna27. La formule écrite en Italie au XIVe siècle, fait référence à la couleur rouge minium qui a donné son nom au verbe miniare, puis en français, à la miniature, synonyme d’enluminure. Les lettrines puis les rubriques, étaient réalisées au minium, puis avec un mélange de minium et de vermillon, puis ici, par du cinabre seulement, sans doute le cinabre artificiel ou vermillon. Le verbe miniare pourrait faire ici référence au travail du rubricateur évoqué ci-dessus et travaillant à la plume tandis qu’ailleurs, le verbe illuminare pourrait faire référence à l’enluminure à proprement parler.

Un exemple de mention du verbe œuvrer dans les traités techniques, comporte cette jolie expression : “ouvrez de vostre pincel”28. Le titre de la recette concerne l’écriture au laiton, en or et en argent ; on s’attend donc à la fabrication d’une encre et à l’utilisation d’une plume. Or, la recette recommande de peindre au pinceau, sans doute des lettres ou tout du moins des surfaces et de les brunir avec une pierre nommée améthyste. A la fin de la formule, il est cependant dit que l’on peut, sous entendu que l’on peut aussi, écrire d’or et d’argent. Un peu plus loin dans le traité, une autre recette portant le titre Pour escrire dor, précise : “et quant vous vouldrez paindre ou escrire, […] et en ouvrez a la penne [la plume] ou au pincel”29. Là, on peut utiliser les deux outils et les activités de peinture ou d’écriture sont bien précisées et distinctes.

On pouvait aussi faire un glacis avec le pinceau, notamment en posant par transparence une couleur végétale sur un minéral. Un manuscrit anglais de la seconde moitié du XVe siècle propose de rendre plus éclatant (ici plus chaud) un bleu azur avec du bois de brésil (dont on fait une couleur rouge ou rose). Voici la recette :

[§10] : To make asure schyne bryzt. Take b[razil] and grynde hit with gleyere, and glase abouen with a pencel30.

[§10] Pour faire un azur éclatant brillant. Prends du brésil et broie-le avec de la glaire et glace (i.e fais un glacis) dessus (l’azur avec le brésil) avec un pinceau.

Pour conclure, lorsque les pinceaux sont plusieurs à être utilisés en même temps, ils peuvent être posés côte à côte sur un repose-pinceaux, un simple morceau de bois ou un morceau de bois échancré. On voit bien les deux types de pinceaux que nous venons d’étudier.

Détail des pinceaux liés avec un fil et une plume d’oiseau reposant sur une baguette de bois, Laïa peignant son portrait, début du XVe siècle, Paris, BnF français 12420 folio 101v.

Détail des pinceaux, Saint Luc peignant la Vierge, début XVIe siècle, Musée des Beaux-arts de Berne

Nous renvoyons à la fiche technique de Julia Valiere sur Factura qui a étudié aussi les pinceaux du peintre ICI.

  1. Benoît de Ste-Maure, Troie, 22411 ds T.-L, voir ORTOLANG, Outils et ressources pour un traitement optimisé de la langue du CNRTL (Centre national de ressources textuelles et lexicales), [en ligne] : http://www.cnrtl.fr/etymologie/pinceau []
  2. Dominique Vanwijnsberghe, “De fin or et d’azur”. Les commanditaires de livres et le métier de l’enluminure à Tournai à la fin du Moyen Âge (XIVe -XVe siècles), Louvain, 2001, p. 262 []
  3. Voir le Glossaire de Mark Clarke, The Craft of Lymnyng and the Maner of Steyyng. Middle English Recipes for Painters, Stainers, Scribes, and Illuminators, Oxford University Press, 2006, p. 432. []
  4. Ibid., p. 417. []
  5. Claude Yvel, Le Métier retrouvé des maîtres. La peinture à l’huile, Paris :Flammarion, 1991, p. 118 []
  6. Ibid., p. 117. []
  7. Voir le Tableau 5 : Local manufacturers, porcessors and craftsmen, Ursulla Haller, « ‘Administrator of Painting’ : The Purchase and Distribution Book of Wol Pronner (1586-1590) as a Source for the History of Painting Materials », dans Trade in Artists’ Materials. Market and Commerce in Europe to 1700, Jo Kirby, Susie Nash et Joanna Cannon (éd.), 2010, London :Archetype, p. 332. []
  8. Colette Déroche, Cennino Cennini, Il Libro dell’Arte, p. 138-139. []
  9. Claude Yvel, op. cité., p. 122 []
  10. Colette Déroche, op. cité, p. 139. []
  11. Il fonde une chapelle funéraire à l’église Notre-Dame de Dijon, décorée de peintures, dont un beau tableau de Saint-Pierre et Saint-Paul, aujourd’hui perdu. Voir Susie Nash, « ‘Pour couleurs et autres choses prise de lui …’ : The Supply, Acquisition, Cost and Employment of Painters’ Materials at teh Burgundian Court, c.1375-149 », dans Trade in Artists’ Materials. Market and Commerce in Europe to 1700, Jo Kirby, Susie Nash et Joanna Cannon (éd.), 2010, London :Archetype, p. 168 []
  12. Ibid., p. 162-165. []
  13. Colette Déroche, op. cité, p. 136-137. []
  14. Ibid., p. 137. []
  15. Susie Nash, op. cité, p. 163. []
  16. Ibid. []
  17. §185, Mary Merrifield, Medieval and Renaissance Treatises on the Art of Painting. Original textes with english translations, New York, Dover publications, 1999, p. 147-149 []
  18. §186, Ibid, p. 149-151 []
  19. §XXIV.[268], Ibid., p. 229. []
  20. Ibid., p. 787. []
  21. [§6.i], Cambridge, Trinity College, MS R14-45 folio 46v, publiée par Mark Clarke, op. cité, p. 123. []
  22. Livre II, Chapitre XVII, Théophile. Prêtre et moine. Essai sur divers arts. Charles de l’Escalopier, Paris, 1977, p. 97 []
  23. Ibid. []
  24. Nous remercions Mark Clarke de nous avoir fourni cette image. []
  25. Dominique Vanwijnsberghe, op.cité, p. 107. []
  26. Dominique Vanwijnsberghe, op.cité, p. 105 et note 332. []
  27. §1.7.5, Mark Clarke, Mediaeval painters’ materials and techniques: the Montpellier Liber diversarum arcium, London, Archetype, 2011, p.107. []
  28. §312, Merrifield, op. cité, p.299. []
  29. §336, Ibid., p. 316-318. []
  30. New Haven, Yale Center for British Art, Ms R486.M43 1450 folio 143v (publié par MarkClarke, op. cité, p. 89 []

2 réflexions sur « Les Pinceaux du peintre »

  1. Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses (sur fr.hypotheses.org et hypotheses.org).
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypothèses

    1. Bonjour,
      Je vous remercie infiniment pour ce coup de projecteur !
      Bien cordialement,
      Claudine Brunon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.