La Cuculle italienne

Nous tentons de faire la lumière sur un objet utilisé par le broyeur de couleur : la cuculle. L’auteur du Liber diversarum arcium (LDA) de Montpellier l’utilise à plusieurs reprises pour contenir des couleurs1. L’iconographie d’un saint Luc nous le montre aussi. Ces deux sources sont italiennes et datent du XIVe siècle pour la première et du XVe siècle pour la seconde. Associer ces deux sources pour établir avec un certain aplomb que l’on est en présence de cuculles tombait sous le sens. En effet, cucullus en latin, n’est pas seulement le capuchon des moines, il est aussi, d’après le Dictionnaire Gaffiot, une enveloppe de papier, un cornet d’après le poète romain Martial2. Et le Dictionnaire français-latin de Quicherat, donne le sens de papier roulé, toujours pour Martial3. Le papier n’étant pas encore introduit en Occident à l’époque romaine, le cornet devait être en papyrus ou en peau fine.

Ce sens nous est bien utile pour connaître la forme de cucullus. Ce cornet ou cette enveloppe de papier était encore utilisée au Moyen Âge dans le domaine de l’apothicairerie4. Avant de voir l’usage fait en peinture, attardons-nous d’abord à voir le cornet dans un contexte médical.

L’Iconographie des cuculles

C’est encore en Italie, que l’on trouve ces cornets d’apothicaires dans la première moitié du XVe siècle. Le livre d’Albucasis, Observations sur la nature et les propriétés de divers produits alimentaires et hygiéniques, sur des phénomènes météorologiques, sur divers actes de la vie humaine, etc. contient quatre représentations de ces cornets5. Ce sont généralement dans ces traités appelés Tacuinum sanitatis que l’on trouve des cuculles d’apothicaire.

Cornet d’ail (« aunlum »), BnF NAL f. 49v
Cornet de sucre candi (« candi »), BnF NAL f. 81v.
Cornet de sucre (« zucharum ») BnF NAL 1673 f. 81r
Cornet de câpres (« capari »), BnF NAL 1673 f. 39r

Nous remarquons sur la seconde et troisième image, que le cornet est fermé par un noeud en bas. Il faut donc que la matière dans laquelle il est fait soit assez souple, comme le sont le parchemin ou le tissu. En outre, nous observons également que leurs tailles sont différentes. Le cornet de câpres semble être tout petit et de faible contenance.

Voyons maintenant l’iconographie de cuculles de peintres. Tout d’abord, allons en Italie, avec cette représentation de saint Luc peinte par Bonifacio Bembo au XVe siècle, à Crémone, sur le mur de la chapelle Cavalcado de l’église de saint Augustin6. Le broyeur de couleurs a à sa disposition une pierre à broyer et au dessus d’un petit portique, des couleurs en godets et une coquille, ainsi qu’un pannum (filtre) et deux cuculles très reconnaissables.

Deux cuculles en tissu, outils du broyeur de couleurs, Saint Luc peint par Bonifacio Bembo, fresque, église de saint Augustin, Crémone, Italie, XVe siècle

Nous remarquons que les cuculles semblent être enroulées d’un lac. Nous pensons que la matière est du parchemin si l’on en juge le retour du haut de celle de droite, et la fin recourbée de celle de gauche sans doute nouée comme celles vues précédemment avec les apothicaires.

Une autre source iconographique, elle aussi du XVe siècle mais flamande, montre ce qui nous semble être des cuculles plutôt que des plumes d’oiseau ou des pinceaux. Ils ne sont généralement pas représentés de cette manière. Et pour ce qui est des plumes d’oiseau de copistes elles ne sont pas figurées ainsi. En revanche la couleur noire de l’ouverture laisse perplexe quant au contenu. On pourrait penser au pigment noir de fumée, que Cennini recommande de récupérer sur une feuille. Il s’agit d’un tableau de saint Luc dessinant la Vierge conservé désormais au Bowes museum en Angleterre. 

Cuculles (?), détail de saint Luc dessinant la Vierge, Deric Bouts, XVe siècle, The Bowes museum, Durham UK

Le Contenu des cuculles

Après avoir vu à quoi ressemblent ces cuculles, il est maintenant bon de découvrir leurs mentions dans les textes. Si nous ne disposions que de l’iconographie, nous appellerions cornets ces contenants. Mais à la lumière des recettes, nous pouvons les nommer autrement.

Le mot cucullus se retrouve employé dans une recette [§1.18.2] de préparation d’orpiment dans le LDA. La recette dit ceci, après avoir broyé l’orpiment dans un moulin à poivre : 

« Ensuite, mouds à l’eau sur le marbre et recueille dans une cuculle sans l’affaisser et ensuite jète l’eau et détrempe avec la glaire … / et postea in marmore aqua molendum et colige in cucula et sine sedere postea prohice aquam et cum claro distempera …  »

On ressent ici, dans la description de l’auteur, que la cuculle n’est pas rigide et qu’elle peut s’affaisser. Ce qui correspond à une matière un peu souple, éventuelle de la peau. Un parchemin risque d’être trop fin et trop souple, au regard de l’eau avec laquelle il est en contacte ici (voir le commentaire de cet article de Paul Werner).

Le chapitre suivant du réceptaire propose d’utiliser la cuculle avec un autre jaune. Il s’agit  d’infuser du safran dans de la glaire d’œuf le tout dans une cuculle [§1.19.1.B] :

« Mets [du safran] dans une cuculle, couche dessus la glaire propre et laisse jusqu’à ce que la glaire devienne bonne et jaune et si elle devient trop forte applique de l’eau / eius distemperacio talis est. Mitte illum in cucula desuper iace claram et mundam et dine donec clara efficiatur bene glauca et si nimis fortis esset adhibe aquam ».

Ici, le contenu est aussi liquide puisque c’est de la glaire d’oeuf (du blanc d’oeuf préparé) qui est mêlée au pigment végétal.

Cucullus est aussi décrit comme étant en alliage cuivreux, cuculla enea dans la recette [§1.16.14] du LDA. Le vert-de-gris y est conservé avec du safran. Nous retrouvons encore ici la cuculle associée à la couleur jaune. La cuculle métallique pourrait être une feuille mince d’alliage cuivreux suffisamment fine pour qu’on puisse la rouler et en faire un cornet. Cela est possible car on faisait de fines feuilles d’or, d’argent ou d’étain pour la dorure. 

Edit : Nous pensons avoir trouvé un autre type de contenu de la cuculle dans un manuscrit allemand du XVe siècle. Il s’agit d’une substance utilisée pour enlever le gras du parchemin et permettre à l’encre d’adhérer. Elle est à base de lait de vache (ou de brebis ou de chèvre), de blanc d’oeuf et de craie. On met le tout dans un sac en forme de corne, ouvert aux deux extrémités, is so duet man die in eyn seckelgyn mit eyme horngyn dat an beyden enden uffen7. Il est claire que nous sommes en présence d’une cuculle. Il est dit qu’elle se remplit comme une saucisse (nous la remplirions aujourd’hui avec un petit entonnoir). On frotte ensuite le parchemin ou le papier avec pour éviter que l’encre ne fuse.

Voilà donc tout ce que nous pouvons dire à propos de ces cornets utilisés par les apothicaires et par les peintres. Le terme cuculle en français semble être approprié.

Nous apprenons ici, que la cuculle du peintre pouvait être en métal ou bien dans une matière blanche, sans doute de la peau ou du cuir. Dans ce cas, elle pouvait être cintrée par un lacet ou un fil. Quant au contenu, nous avons vu dans le LDA que deux couleurs jaunes étaient spécifiquement utilisées avec ce contenant ; que ce soit le jaune orpiment, minéral ou le jaune de safran, végétal. Dans un manuscrit écrit en allemand, un sac en forme de corne contient un mélange à base de craie.

Pour citer cet article : Claudine Brunon, "La Cuculle italienne," publié dans Culture matérielle du copiste, enlumineur, peintre, 28/02/2020, https://cmcep.hypotheses.org/2707.
  1. Mark Clarke, Mediaeval Painter’s Materials and Techniques : The Montpellier Liber Diversarum Arcium, London : Archetype Editions, 2011 []
  2. Dictionnaire Gaffiot  latin-français, 1934, [en ligne] : https://www.lexilogos.com/latin/gaffiot.php?q=cucullus []
  3. Dictionnaire latin-français de Quicherat, 1858, p.342, [en ligne] : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6489945v/f368.item.r=cornet []
  4. Nous remercions Perrine Mane de nous avoir donné accès aux images de cornets dans ce contexte []
  5. Conservé à Paris, BnF NAL 1673, [en ligne] : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b105380445 []
  6. Nous remercions le professeur Marco Tenzi pour la transmission de cette image en haute définition []
  7. Nous remercions Irmgard Fuchs de sa traduction de la recette du manuscrit Trier, Stadtbibliothek 1957/1491 8° folio 41r []

2 réflexions sur « La Cuculle italienne »

  1. Bonjour,
    Je vous remercie de votre commentaire. Oui c’est vrai que lorsqu’on mouille le parchemin en le plongeant dans l’eau il est devient tout souple. Peut-être que le parchemin de mouton qui peut être très épais ferai l’affaire. Mais le cuir ou le cuir bouilli ne sont peut-être pas de cette couleur comme celle du parchemin ?
    Sinon, on pourrait penser à du papier mais ça risque d’être le même problème.
    (Je veux ien recevoir votre plaquette sur la préparation du parchemin merci d’avance)
    Bien à vous,
    Claudine Brunon

  2. Je suis l’auteur d’une plaquette sur la préparation du parchemin—que je me ferais d’ailleurs un plaisir de vous envoyer. Malheureusement, ce serait un désastre que d’emplir un cornet de parchemin avec une mixture encore humide, comme l’indiquent quelques-unes de vos recettes. En plus, le parchemin n’est pas assez flexible pour faire des tortillons comme l’indique votre iconographie. Il faudrait, je crois, regarder plutôt du coté du cuir, ou même du cuir bouilli…
    Amitiés,

    Vienne et New York

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.