La « Ménagerie » des peintres et des copistes médiévaux

Après avoir commencé une première étude sur le Vaisselier du peintre, voici un nouveau centre d’intérêt : La « Ménagerie »1 des peintres et des copistes médiévaux. Michel Pastoureau dans son livre sur les Bestiaires du Moyen Âge 2 a été notre première source d’inspiration. En effet, il a énuméré les animaux utilisés par les peintres : les poils de celui-ci pour faire les pinceaux, la peau de celui-là pour faire le parchemin, etc … Une approche toute tournée vers la culture matérielle du vivant.

Ayant moult traités techniques sous la main, nous avons donc commencé à rechercher les noms d’animaux, en latin, en anglais et en français. Bien vite, la moisson fut conséquente et en quelques jours, les pages contenant les références des recettes, étaient noircies. Nous ne soupçonnions pas l’engouement qu’allaient susciter en nous nos amis les animaux. Nous avons pu identifier un peu plus d’une soixantaine de bêtes, allant du mammifère à l’insecte en passant par le poisson. A l’heure du synthétique et du plastique, nous sommes loin d’imaginer la quantité d’êtres vivants que les peintres et les copistes médiévaux utilisaient. Nous pouvons nous questionner sur la part possédée de ces animaux. Se fournissaient-ils chez le boucher pour récupérer dent, bile, vessie et os ? Élevaient-ils porcs, oies, insectes ? Utilisaient-ils les chevaux de l’étable pour enfouir leurs pots dans le crottin ? Toutes ces questions nous amènent à penser ou à repenser l’organisation d’un atelier de peinture : achats auprès d’autres artisans, élevage, multi-usages des animaux, … Ceci en envisageant que le peintre fabriquait lui-même ses pigments et couleurs et qu’il ne se fournissait pas entièrement chez l’apothicaire.

Une soixantaine d’animaux disions-nous donc. Les voici, accompagnés de la ou les partie.s prélevée.s pour l’art de la peinture et pour l’écriture des textes :

Les Bovinés

  • Bœuf : bile, corne, dent, graisse, intestins, os, peau, poils du fanon et de l’oreille, sang, vessie
  • Taureau : bile, peau
  • Vache : dent, corne, graisse, lait, peau, sang, vessie
  • Veau : bile, dent, peau, sang

Les Canidés

  • Chien (et chien de chasse) : bile, dent, excréments
  • Loup : dent
  • Renard : bile

Les Caprinés et les ovins

  • Agneau : laine, peau
  • Bouc : bile, corne
  • Brebis : lait
  • Chamois : peau, vessie
  • Cabri : peau
  • Chèvre : bile, lait, peau, poils
  • Chevreau : os, peau
  • Chevrette : museau, pieds, nerfs, peaux
  • Mouton (brebis ou bélier) : excréments, graisse, laine, os, peau, vessie

Les Castoridés

  • Castor : dent, poils

Les Cervidés

  • Cerf : bois, graisse, os, peau

Les Eléphantidés

  • Eléphant : ivoire

Les Equidés

  • Ane : excréments, poils, urine
  • Cheval : excréments, dent, peau, poils, sabot
  • Mulet : dent, poils

Les Félidés

  • Chat : dent, poils
  • Léopard : dent
  • Lion : dent

Les Gallinacés

  • Coq : plume
  • Poule : oeuf, graisse, os, plume
  • Poulet : os
  • Chapon : os

Les Insectes

  • Coléoptère : vers luisant
  • Homoptères : kermès, cochenille
  • Hyménoptères : abeilles, cynips
  • Lépidoptère : vers à soie

Les Léporidés

  • Lapin : queue
  • Lièvre : os, patte, peau, queue

Les Métazoaires

  • L’Eponge marine ou spongiaire

Les Mollusques

  • Bivalves : coque, huître, moule, Saint-Jacques
  • Céphalopode : seiche
  • Gastéropode : murex

Les Mustélidés

  • Blaireau : poils
  • Martre : poils

Les Oiseaux

  • Aigle : plume
  • Bécasse : plume
  • Canard : plume
  • Corbeau : plume
  • Cygne : plume
  • Héron : plume
  • Oie et oison : plume
  • Pigeon : plume
  • Vautour : plume

Les Poissons

  • Esturgeon : vessie
  • Loup : os
  • Anguille : vessie
  • Baleine : bile
  • Carpe : bile
  • Brochet ; os
  • Morue : vessie
  • Poisson-chien : foie

Les Porcins

  • Porc : dent, graisse, os, poils, sang, vessie
  • Sanglier : dent, poils

Les Rodentia

  • Souris : bile

Les Reptiles

  • Tortue : bile, carapace

Les Sciuridés

  • Ecureuil : queue
  • Menu vair : queue

Les Ursidés

  • Ours : dent

Il y a une à plusieurs recettes pour chacune des parties de ces animaux. Nous aimerions pouvoir éditer ces recettes de couleurs en français moderne traduites essentiellement depuis le latin mais aussi en ancien allemand. Les recettes en ancien anglais proviennent de l’édition de Mark Clarke3 . Nous sommes à l’écoute de toute collaboration pour mener à bien ce projet. Il pourrait voir le jour sous différentes formes : Blog scientifique, publication papier et numérique, communication, etc …

Nous souhaitons aussi accompagner ce projet, en plus des recettes écrites, d’images pour les illustrer. Nous utilisons des données archéozoologiques et, avec leur autorisation, les Fun Fact de Tout un Bestiaire en classe de l’université de Zurich.

Si ce projet vous intéresse, contactez Claudine Brunon : chlodyne@zoho.com

Pour citer cet article : Claudine Brunon, "La « Ménagerie » des peintres et des copistes médiévaux," publié dans Culture matérielle du copiste, enlumineur, peintre, 30/07/2020, https://cmcep.hypotheses.org/3105.
  1. Nous entendons ici par « ménagerie », non seulement les animaux rares mais aussi ceux plus communs car le mot est séduisant. []
  2. Michel Pastoureau, Bestiaire du Moyen Âge, Paris, Seuil, 2011, voir p. 34-37 []
  3. Mark Clarke, The Craft of Lymmyng and The Maner of Steynyng: Middle English Recipes for Painters, Stainers, Scribes, and Illuminators, Oxford University Press (Early English Text Society O.S. 347), 2016. Nous remercions l’auteur de nous avoir transmis les références de recettes de couleurs en ancien anglais, notamment celles à partir de morue []

Une réflexion sur « La « Ménagerie » des peintres et des copistes médiévaux »

  1. Chère collègue,
    Merci pour cet article très intéressant et pour le lien vers la page Facebook de Larissa Birrer, que je n’avais pas encore visitée.
    Vos recherches m’intéressent beaucoup, car je travaille sur le bestiaire médiéval, mais d’un point de vue poétique. J’ai soutenu en 2016 une thèse sur le bestiaire de Merlin, accessible en ligne si cela vous intéresse (adresse ci-dessous, dans la zone « site web »). J’enseigne aussi la fabrication et la réception du livre médiéval à des étudiants de 2e année de lettres modernes à l’Université de Dijon. Dans ce cadre, il m’arrive de préparer des documents pédagogiques sur le Bestiaire d’amour de Fournival dont nous possédons un exemplaire à la BM de Dijon.
    J’espère que votre projet aboutira.

    Bien cordialement
    Lise Fuertes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.