LA Boîte de Colle de poisson

Au Moyen Âge, il n’y a pas une, comme aujourd’hui, mais des colles de poissons. Dans les traités techniques, les poissons sont principalement utilisés pour produire l’ichtycolle et l’isinglass, entrant notamment, dans la composition d’assiettes à dorer. Ces animaux sont assez nombreux. Ils donnent leurs os (le brochet et le loup), leurs peaux (anguille, brochet, carpe, congre, “esox“), leurs vessies (anguille, “esox“, esturgeon, morrue) pour fabriquer les colles.

La différence entre ichtycolle et isinglass pourrait être, pour la première, une colle à base de vessies de poissons et l’autre à partir de peaux et d’os.

Les recettes d’assiettes à dorer nécessitant de la colle de poisson sont largement répandues dans les réceptaires. D’autres usages de cette colle ont cependant été relevés. Par exemple, on utilisait la colle de vessie de morue pour réparer et consolider le parchemin déchiré ou troué. Ces “coleures” sont bien décrites par Inès Villela-Petit1. La colle de “stockfish” (vessie de morue), était très utilisée à la fin du Moyen Âge, en particulier en Angleterre. En italie, dans le Libro dell’Arte (chapitre XXV) de Cennino Cennini, on trouve une recette d’application de la colle de poisson pour fabriquer un calque.

Conserver la colle de poisson dans une boîte

Tournons-nous vers l’apothicairerie pour voir comment on conservait la colle de poisson. La silène ou laie, laye au Moyen Âge, était une boîte d’apothicaire en bois (tilleul, buis, châtaignier) dont le dessus était peint. A l’hôpital Saint-Roch d’Issoudun, 31 d’entre elles furent données par l’un des apothicaires de l’établissement en 1646. Hautes de 20,5 cm, longues de 27,5 cm et larges de 20,5 cm, le graphisme apposé dessus avait une fonction : « Les dessins extérieurs rappellent l’origine, l’aspect ou les propriétés de la drogue. […] Sur la boîte qui contient de l’ichtyocolle est peint un poisson-scie appartenant à l’espèce des squales qui fournit la colle de poisson »2. Cette pratique était déjà en vogue à l’époque de François Rabelais (en 1534). Pour avoir une idée de ces silènes, le musée de l’apothicairerie de l’Hotel-Dieu-le-Comte à Troyes en conserve un certain nombre3 .

Cennino Cennini achetait la plupart de ses pigments déjà fait à l’apothicaire et il recommande de faire ainsi à ses lecteurs. Les pigments n’étaient pas les seules denrées à être achetées chez ce marchand. La colle qui servait de liant aux couleurs étaient diluée avant d’amalgamer le pigment. Au chapitre XVI de son livre, Cennini expliquait : Comment on obtient la teinte verte sur du papier à dessiner et comment on la détrempe : “[…] Détrempe ensuite ces éléments avec de la colle, diluée ainsi et de cette force. Prends un morceau de colle4 chez les apothicaires ; <mais> pas de la colle de poisson ; mets-la dans une petite marmite […] ”5.

Toujours à propos de la colle, Cennini la recommande au chapitre XXV : Seconde manière de faire du papier à décalquer avec de la colle : “Si tu veux faire ce papier à décalquer d’une autre manière, prends une pierre de marbre ou de porphyre, bien polie, puis de la colle de poisson et de la colle en morceaux que vendent les apothicaires. […]”6.


Les peintres devaient sans doute découvrir chez l’apothicaire, ces sortes de boîtes peintes de poisson lorsqu’ils achetaient leur ichtycolle, tout du moins à la Renaissance, si ce n’est au Moyen Âge.

Pour obtenir des fiches ou dossiers sur
La Dorure : assiettes à dorer (ingrédients d’origine animale et minérale), outils de doreur, feuilles métalliques, vernis ;
Les Poissons qui produisent des colles ;
Les Usages des colles et particulièrement des colles animales et des colles de poissons ;
contactez-moi et consultez mon site claudinebrunon.fr.

  1. Inès Villela-Petit, L’Atelier de Christine de Pizan, Paris, BnF, 2020, p. 57-60 []
  2. Bernard Fiévet, « Deux exemples de conditionnement pour conservation des drogues aux XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles : silènes et tiroirs », Revue d’histoire de la pharmacie, 1998, n° 318, 86è année, p. 155. []
  3. Voir https://www.lamesure.org/article-apothicairerie-de-l-hotel-dieu-le-comte-a-troyes-121847349.html []
  4. Lara Broecke pense que cette colle en morceau est celle du chapitre CIX (Lara Broecke, Cennino Cennini’s Il Libro dell’Arte. A new english translation and commentary with italian transcription, Londres, 2015, p. 38 note 7) : “Comment on fait la colle de chevrette et comment on la dilue et à quoi elle sert. Elle se fait de museaux de chevrette, des pieds, des nerfs et beaucoup de fragments de peaux”, Colette Déroche, Il Libro dell’Arte, Paris, 1991, p. 207. []
  5. Colette Déroche, op. cité, p. 59. []
  6. Colette Déroche, op. cité, p. 71. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.