Dessiner sur une tablette effaçable

Le dessin s’enseignait au Moyen Âge au même titre que la peinture et la préparation des couleurs. Cependant, les traités techniques en font peu état. Le Libro dell’Arte de l’italien Cennino Cennini, daté du XIVe siècle est en ce sens exemplaire. En effet, il consacre de nombreux chapitres au dessin. Sur la maîtrise du dessin au Moyen Âge, on consultera >>le Blog de Fabula et la fiche d’Anne Leturque.

Dessiner sur une tablette, tabula en latin, était courant ; les artistes et leurs apprentis préparaient de diverses manières le bois pour cette activité artistique. Au premier plan, se trouvent les tablettes d’argile, puis de cire, encore d’ardoise puis pour finir, celles blanchies.

La tablette d’argile, tout comme celle de cire, permettait de créer des images incisées et surtout effaçables. 

Les images incisées sont en usage depuis le IVe millénaire avant JC. En effet, à Sumer et en Assyrie, on peut voir sur la pierre, des figures humaines et animales1. Ce genre de dessin ne supporte aucun repentir, l’incision étant définitive.

Dessin d’un animal à longues cornes, sur pierre incisée, Orient.

Les Tablettes d’argile

Pour les tablettes d’argile, l’homme a su dessiner dessus avant d’y écrire. La pictographie était alors un système d’écriture. Le musée du Louvre la décrit ainsi : ” […] A ses débuts, le système d’écriture est logographique ou idéographique : les signes représentent un mot ou une idée. Ils ne permettent pas d’identifier la langue écrite mais notent, vraisemblablement, la langue sumérienne”2. Apparues au IVe millénaire avant notre ère, le Louvre précise : “C’est à Uruk IV, vers 3300 av. J.-C., qu’apparaissent les premières tablettes d’argile qui sont pour la plupart des pièces de comptabilité ou d’inventaire”3. Le site du musée du Louvre décrit bien ces  tablettes archaïques : “Ainsi la ration d’orge, salaire journalier des ouvriers, est figurée par la représentation d’un épi devant une tête stylisée symbolisant un individu ; à côté est tracée l’image d’une écuelle semblable à celles, en terre grossière, qui ont été retrouvées sur le site d’Uruk et qui servaient à contenir la quantité de nourriture allouée à chacun (environ 0,8 litre d’orge)”4.

Tablette administrative de la période d’Uruk III (v. 3200 av. J.-C.), en signe pictographique Musée du Louvre

Quelques siècles plus tard, dessiner sur de l’argile n’est pas étranger aux hommes du VIe siècle avant JC. En effet, dans le Livre d’Ezéchiel (chapitre 4, verset 1), Dieu s’adressant au prophète Ezéchiel lui dit : “Et toi, fils d’homme, prends une brique, place-la devant toi et y dessine une ville, Jérusalem”5Et tu, fili hominis, sume tibi laterum et pones eum coram te et describes in eo civitatem Ierusalem” 6. Ezéchiel était un exilé de Babylonie. Son livre date du VIe siècle avant JC. Voici ce que les auteurs de la Biblia Universalis écrivaient sur cette technique : “Ezéchiel doit dessiner sur une brique l’image de Jérusalem investie. Les briques, communément employées en Palestine et en Babylonie pour bâtir, servaient aussi de tableau pour dessiner ou pour écrire. Les fouilles faites en Assyrie et en Babylonie ont mis au jour de véritables bibliothèques composées de briques couvertes de signes d’écriture. On traçait les caractères ou les dessins sur la brique molle qu’on faisait ensuite sécher au feu ou au soleil, et l’image devenait pour ainsi dire indestructible”7. Dans ce passage du Livre d’Ezéchiel, Scheller souligne l’emploi du verbe describere pour dessiner, qui se rapporterait ici plus à une carte ou un plan au sol.

Le dessin des tablettes d’argile servait, à la période médiévale, tout comme la tablette de cire, à dessiner au brouillon. Elles sont idéales pour l’apprentissage des tracés. Ainsi, l’orfèvre, qui dans sa formation doit s’entraîner à dessiner, a, nous dit Alexanddre Neckham, : “une tablette de cire et une tablette d’argile pour tracer les petits fleurons et les représenter de diverses manières”8.

Les Tablettes de cire

Les tablettes de cire sont connues pour les textes qu’elles conservent mais le sont moins pour leurs dessins. Or, dès le début du Ve siècle on pouvait les utiliser pour représenter un dessin. Prudence, dans son Peristephanon, (Carmen 10, 1124-25) relate dans un poème le martyr de saint Romain d’Antioche, diacre de l’Eglise de Césarée, subit le 18 novembre 303 : “Excepit adstans angelus coram deo et quae locutus martyr et quae pertulit, nec uerba solum disserentis condidit, sed ipsa pingens uulnera expressit stilo laterum, genarum pectorisque et faucium (( En ligne http://www.thelatinlibrary.com/prudentius/prud10.shtml consulté le 11 novembre 2017)) / Un ange debout en présence de dieu a transmis tout ce que le martyr a dit et tout ce qu’il a enduré, et rédige seulement les mots de son discours, mais avec son stylet a représenté un tableau des blessures sur ses côtés et les joues et la poitrine et la gorge”9. Ici le verbe exprissere est à traduire par représenter, reproduire ; pingens est traduit par Scheller par dessin. En effet, nous voyons mal le stylet former une peinture au sens où nous l’entendons, avec des couleurs. Le stylet fait référence à la tablette de cire, comme l’interprète Scheller, mais il pourrait aussi se référer à une tablette d’argile (?).

Un autre exemple du VIIe siècle est plus précis quant à la nature de la tablette. L’abbé d’Iona, Adamnan, demande à l’évêque de Gaule, Arculfe, de faire un croquis sur une tablette de cire des lieux saints de Jérusalem avant de les copier dans un codex. En effet, Arculfe, aurait passé neuf mois à Jérusalem. Les termes latins employés par Adamnan dans son De Locis Sanctis (Livre Ier, chapitre II) sont les suivants : “De quibus diligentius sanctum interrogavimus Arculfum praecipue de sepulcro Domini et ecclesia super illud constructa, cujus mihi formam in tabula cerata ipse depinxit ((http://www.remacle.org/bloodwolf/historiens/adamnan/lieuxsaints.htm consulté le 11 novembre 2017)) / J’ai plus spécialement interrogé Arculfe sur ces lieux saints, et surtout sur le sépulcre du Seigneur et sur l’église construite au-dessus qu’il a lui-même représentée sur une tablette de cire”. Ici le mot depingere, que l’on peut traduire par dépeindre ou représenter, est associé à une tablette de cire.

Aux Xe-XIe siècles, Notker III l’Allemand (ca. 950-1022) mentionne le dessin d’un animal sur une tablette de cire dans son commentaire de la Consolation philosophique de Boèce : “Où, avec mon greffe, j’ai dessiné la forme d’un animal sur de la cire [une tablette de cire]”10.

Le dernier exemple cité par Scheller est le dessin de Dante d’un ange sur une tablette de cire, certe tavolette, dans sa Vita nuova (chapitre 35)11 : “Le jour qui complétait l’année où cette femme était devenue citoyenne de la vie éternelle, je me trouvais assis dans un endroit où, en mémoire d’elle, je dessinais un ange sur une tablette. Pendant que je dessinais, comme je tournai les yeux, je vis près de moi plusieurs personnages qu’il convenait que je saluasse. Ils regardaient ce que je faisais et, d’après ce qui m’a été dit plus tard, ils étaient là depuis quelque temps avant que je ne les eusse aperçus. Quand je les vis, je me levai et je leur dis en les saluant: «Il y avait là quelqu’un avec moi, et c’est pour cela que j’étais tout à ma pensée.» Et, quand ils furent partis, je me remis à mon oeuvre, c’est-à-dire à dessiner des figures d’anges. Et, tout en le faisant, il me vint à l’idée d’écrire quelques vers comme pour son anniversaire, et de les adresser à ceux qui étaient venus là près de moi”12.

L’iconographie des tablettes de cire à l’usage de l’écriture montre des couleurs de cire variées : noire, rouge, verte, jaune (la couleur naturelle de la cire) et bleue.

Les Tablettes d’ardoise

Nous sortons ici du cadre des tablettes au dessin incisé. Et bien que le dessin artistique ne soit pas attesté pour ce qui concerne les tablettes d’ardoise, nous connaissons néanmoins deux représentations de figures géométriques.

Dessiner et écrire du texte à côté l’un de l’autre ne se faisait pas seulement sur tablette de cire. Un tableau représentant Luca Pacioli le dépeint montrant une figure géométrique sur un tableau d’ardoise, tandis que juste dessous, se trouvent des mots inscrits.

Timbre italien reproduisant un tableau de Luca Pacioli

Un autre tableau de Pacioli, plus célèbre, le montre devant une tablette d’ardoise sur laquelle figure une autre forme géométrique.

Luca Pacioli peint par Jaccopo de Barbari vers 1500, Musée Capodimonte de Naples

Cette forme d’ardoise encadrée permettait, selon sa taille, de tenir le tableau droit ou de le laisser sur la table à la manière d’une tablette.

Nous n’avons pas résisté à l’envie de faire reproduire une tablette d’ardoise médiévale d’après l’enluminure d’un petit démon datée de 1562.

Petit démon écrivant, Manfred Barbarini Lupus, St. Gall, 1562
St. Gallen, Stiftsbibliothek, Cod. Sang. 542 folio 60613
Dame Chlodyne dessinant au pinceau et à la peinture blanche sur une tablette d’ardoise
(Fête médiévale de Pérouges, Juin 2018)
Forme géométrique dessinée à la craie blanche de couturière

Les Tablettes blanchies

Les tablettes de bois blanchies sont attestées comme nous le disions en introduction. Elles s’utilisent avec un stylet et sont de petite taille. Celles qui nous intéressent sont aussi blanchies mais sont de taille supérieure. On peut y dessiner à la plume et à l’encre noire. Ceci est attesté par l’iconographie.

Lévi frappant Jésus, pseudo-Mathieu, artiste romain, 4ème quart du XIIIe siècle
Paris, BnF Latin 2688, fol. 36v

Sur cette enluminure, nous voyons les camarades d’un Jésus qui se fait frapper par Lévi, qui tiennent des tablettes avec des traces, des formes qui contrastent avec le plus et le moins (l’alpha et l’omega) de la tablette du fils de Dieu. Le fait de choisir des tablettes blanchies pour illustrer cet épisode d’apprentissage s’inspire sans doute et nous pouvons le penser, d’une pratique qui fut réelle. Quant aux formes noires sommairement tracées sur les tablettes, elles peuvent s’apparenter aux premiers exercices du peintre qui doit d’abord s’entraîner à tracer une ligne droite, une véritable ligne courbe, un carré …14.

Ce qui nous conforte dans cette pratique du dessin sur des tablettes blanchies est le passage de Neckham à propos de l’apprentissage de l’orfèvre. Un manuscrit plus tardif, lui aussi du XIIIe siècle, fait état de tablette blanchie, à côté de tablettes de cire et d’argile. Ce qui nous laisse entrevoir une tablette blanchie à ranger parmi les tablettes effaçables (?). Voici la phrase du manuscrit : “Que le disciple ait une tablette brute : cirée ou reliée, enduite (glose : oint) de ceroma (glose : englu) [qui est un mélange de cire et d’huile, i.e l’onguent des lutteurs] , ou cérusée (glose : blanchet), ou d’argile (glose : acril) pour tracer les petits fleurons et les représenter” ((Oxford, Saint John’s College, ms 178 folio 403v)). Cérusée veut dire qu’on a enduit de blanc de plomb la tablette ; la céruse étant l’autre nom de ce pigment blanc.

Oxford, Saint John’s College, ms 178 folio 403v

EDIT (30/03/2019) : Une enluminure de saint Luc dessinant derrière son pupitre le montre tenant une tablette blanchie.

Saint Luc dessinant sur une tablette blanchie, Amiens, Bibl. mun., ms. 200, folio 15

Un autre exemple iconographique célèbre nous montre au XIIe siècle, l’apprenti Everwinus assis sur ce qui pourrait être un repose-pied. Il tient sur ses genoux, une grande tablette sur laquelle il dessine au pinceau (voir >>le site Lettrines-enluminure.fr pour plus de détail). L’image, bien qu’étant un dessin à l’encre noire et rouge, laisse supposer que le fond de la tablette est clair, peut-être blanc (?). C’est en tout cas ce que l’on peut supposer au regard de l’exemple romain ci-dessus.

Everwinus, Prague, Archives du Château A 21/1 folio 153v

Un autre exemple iconographique permet de voir ce type de tablette blanchie, proche des tablettes de cire dans sa forme et attachée à la ceinture d’un enfant qui va à l’école. Elle devait plus servir à écrire qu’à dessiner et à peindre.

Valère Maxime, Livre des Vices et des Vertus , XVe siècle
Paris, BnF, département des Manuscrits, Français 20320, fol. 177v.

Pour conclure, nous ouvrons le champ des possibles pour le dessin sur tablettes effaçables. À la plus connue des tablettes, celle de cire, nous devons ajouter celle d’argile, celle d’ardoise et celle blanchie à la céruse. Se pose encore le problème de l’outil traceur : stylet, plume d’oie, calame ou bien encore pinceau car les textes et l’iconographie ne sont pas toujours clairs à ce propos.

  1. Voir Megiddo II, Saison 1935-1939, University of Chicago, Oriental Institute Publications, 1948, vol.62, planches 271 à 282 []
  2. Tablettes archaïques, Musée du Louvre [en ligne] : http://www.louvre.fr/oeuvre-notices/tablettes-archaiques, consulté le 11 novembre 2017 []
  3. Ibid. []
  4. Ibid. []
  5. Ce passage d’Ezéchiel est mis en lumière par Robert W. Scheller, Exemplum. Model-Book Drawings and the Practice of Artistic Transmission in the Middle Ages (ca. 900-ca. 1470), Amsterdam, 1995, p. 2. Passage traduit par Biblia Universalis http://bibliauniversalis3.com/chapitre_commentaire.php?version=BAN&commentaire=BAN&livre=EZK&chapitre=4&filtre=111111111&affichage=1 []
  6. Scheller, op.cité, p. 2 note 4 []
  7. Ibid. []
  8. Alexandre Neckham, De Nominibus utensilium, manuscrit 536 conservé à Bruges, publié par Scheler, Lexicogrpahie latine du XIIe et du XIIIe siècle. Trois traités de Jean de Garlande, Alexandre Neckam et Adam du Petit-Pont. Publiés avec les gloses française, Leipzig, 1867, p. 116 []
  9. Cité par Scheller, op. cité, p.3, note 7 []
  10. Textes allemand et anglais mentionnés dans Scheller, op.cité, p. 4 note 9 []
  11. Scheller, op.cité, p. 4 note 11 []
  12. Vita nuova, chapitre 35, http://maxencecaron.fr/wp-content/uploads/2010/07/LA-VITA-NUOVA.pdf consulté le 11 novembre 2017 []
  13. Nous remercions Perrine Mane – GAM-CRH-EHESS – de nous avoir fourni cette image []
  14. Voir le Liber diversarum arcium de Montpellier, XIVe siècle ; Mark Clarke, Mediaeval Painters’ Materials and Techniques : The Montpellier Liber diversarum arcium. London: Archetype Publications Ltd, 2011 []

Une réflexion sur « Dessiner sur une tablette effaçable »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.