Archives de catégorie : Copiste

De la chaise à bras du copiste au chevalet du peintre

En comparant notre corpus de copistes à celui des peintres médiévaux, il nous a semblé opportun de comparer deux chaises à bras de copistes avec deux chevalets de peintres. La ressemblance est frappante et l’on  peut deviner dans les premiers, l’origine des seconds. Ainsi, nous sommes en mesure de contempler via les enluminures, le cheminement des artisans du bois pour créer un nouveau type de chevalet. Celui considéré ici est à montants parallèles et ne ressemble pas au chevalet antique oriental.

La chaise à bras, dont la plus ancienne enluminure la représentant date du début du XIIe siècle, appartient à la sphère cistercienne1. Ainsi, c’est sous l’abbatiat d’Etienne Harding à Cîteaux que serait née la chaise à bras. On imagine que c’est pour l’usage d’écriture et d’enluminure de cet abbé qu’elle a été créée puisqu’il a écrit et a sans doute enluminé la Bible qui porte son nom2 . C’est saint Luc qui est assis dans la chaise à bras représentée dans cette Bible.

L’anglais Harding a pu s’inspirer de modèles en usage chez lui (?) et faire créer ce meuble pour ses propres travaux d’écriture et d’enluminure. Ce meuble pourrait donc être, dès l’origine, aussi bien destiné à l’écriture qu’à la peinture sur parchemin.

Saint Luc, Bible d’Etienne Harding, Abbaye de Cîteaux, 1109-1111, Dijon, BM 15 folio 68

Toujours en lien avec l’Angleterre, nous voyons quelques années plus tard, le moine Laurent représenté lui aussi dans une chaise à bras ; elle a la particularité d’avoir de très longs bras rendant presque impossible l’acte d’écriture. D’ailleurs pour rendre plausible la scène, le moine a un gros corps au regard du siège. Est-ce une manière malhabile de l’enlumineur ? Ou bien la longueur de ces bras correspond-elle à une réalité ? Nous sommes en droit de nous poser la question compte-tenu des images qui vont suivre.

Laurent, moine de Durham Durham, University Library, MS. V.III.1, milieu XIIe Cathédrale de Durham

Un autre exemple de bras longs se trouve cette fois-ci sur le continent, en Hainaut. Il s’agit d’une représentation de l’évangéliste Marc. Là, le corps du saint est dans une position inconfortable, les jambes de face et le haut du corps de trois-quart. Marc est assis non pas dans une chaise mais sur un banc-trône, comme c’est souvent le cas. Afin d’adapter de longs bras destinés jusqu’à lors à une chaise, un montant indépendant qui semble mobile, est utilisé pour maintenir le bras visible au premier plan. Cette image dont l’élément que nous venons de voir, est sans doute une composition d’un agencement de bribes d’une réalité insoupçonnable.

Saint Marc, Evangiles de Liesses, 1146, Hainaut, Avesne-sur-Herpe, Musée de la société archéologique

Déterminer avec précision les formes originelles d’un meuble n’est pas aisé. Grâce à la documentation rassemblée, nous pouvons cependant tenter de faire des rapprochements formels de différents meubles, ici la chaise à bras et le chevalet, telles que les images nous les montrent.

Le chevalet aux pieds verticaux parallèles mais  sans pied arrière nous a tout d’abord interpellé. En effet, nous sommes de nos jours, habitués à voir des chevalets à trois pieds. Comment serait-ce possible autrement ? Quelle stabilité aurait un chevalet à deux pieds ? Nous avons donc tout d’abord pensé à un oubli de l’enlumineur de dessiner ce troisième pied. Puis, en comparant nos corpus, nous avons émis l’hypothèse  que nous étions en présence des premiers chevalets. En effet, nous pouvons supposer que la forme archaïque du chevalet est sans troisième pied arrière. Notons que dans les deux exemples suivants,  les deux pieds ne reposent pas encore de manière flagrante, au sol. Ils sont associés au siège du peintre, un peu à la manière des chaises à bras mobiles des copistes. C’est sans doute ces dernières qui ont inspiré les ébénistes pour fabriquer des chevalets tels que nous pouvons l’entendre. Au XIIIe siècle, l’activité de peinture sur une chaise à bras est déjà dépeinte dans une enluminure allemande.

Peintre sur parchemin, Bible d’Hambourg, Bibliothèque royale du Danemark, GKS 4 2°, vol. III folio 208r

Pour revenir à l’origine du chevalet, une image de saint Luc le montre peignant la Vierge tandis que le meuble n’a que deux pieds. Ils semblent être attachés au banc où est assis le peintre mais aucune forme d’attache n’est représentée. Les pieds ne reposent pas au sol. Là encore, la position du peintre ne facilite pas le travail de la peinture car il doit lever et étirer le bras droit.

 

Saint Luc, XVe siècle, Lyon, BM ms 5995 folio 35r

Un autre saint Luc, antérieur au précédent, le montre assis sur un siège tandis qu’il peint sur un chevalet dont le montant visible repose dans le vide ou au sol. Le tableau est ici plus à portée de main du peintre, la Vierge semble d’ailleurs soutenir son portrait.

Saint Luc, Livre d’Heures, 1445, Bruxelles, Bibliothèque royale Albert Ier, Ms IV.1113  folio ?

L’idée que la chaise à bras,inventée au XIIe siècle, soit devenue un chevalet trois siècles plus tard est séduisante. Le fait qu’un meuble de copiste soit utilisé pour peindre n’est pas étranger au XVe siècle. En effet, deux représentations de saint Luc le montrent travaillant sur le mobilier de l’une ou  l’autre de ses activités. Ce saint est au coeur du problème car il est à la fois copiste et peintre. Ce n’est donc pas inapproprié , qu’il puisse peindre sur un pupitre et écrire sur un chevalet, comme le montrent les images ci-dessous.

 

Saint Luc, Rouen, 1420-1425, New York, Pierpont Morgan Library M 105 folio 35r
Saint Luc, Avignon 1485-1490, New York, Pierpont Morgan Library M 348 folio 29r

Il est aussi parfois amusant de voir saint Luc affairé à la peinture tandis qu’à côté, un pupitre est vide. C’est ce que l’on observe  au XVe et au début du XVIe siècle dans trois représentations.

Saint Luc, Heures de Courtanvaux, 1460-1464, Collection Thomas et Sabine Haythe, Charleston SC, folio 19
Saint Luc, Flandres, début XVIe siècle, Oxford, Bodleian Library, Douce 256 folio 15r
Saint Luc, Londres, début XVIe siècle, Londres, British Library, 1 E V folio 3r

A l’inverse, quand le saint copiste écrit, il peut avoir un chevalet avec le portrait de Marie à proximité, pour rappeler ses deux activités d’écriture et de peinture.

Saint Luc, Légende dorée, Maître de Jacques de Besançon, vers 1480, Paris, BnF français 245 folio 141r

Nous terminons avec le premier modèle complet du chevalet à deux pieds parallèles. Ici, il y a un pied arrière. L’enluminure se trouve dans un manuscrit peint par Jean Tavernier en 1458.  Les deux pieds parallèles dépassent en haut de la barre horizontale. Une autre barre horizontale est juste sous le tableau de la Vierge. On ne distingue pas les tenons. Une autre barre horizontale est un peu plus bas, venant consolider le chevalet car le tableau est massif (et donc lourd) si l’on en juge son encadrement. Il est de format quasiment carré, légèrement rectangulaire. Le troisième pied arrière part du milieu de la barre horizontale du haut. L’inclinaison du chevalet est importante.

Saint Luc peignant la vierge, Heures Tavernier, Jean le Tavernier, 1458, Bruxelles, Bibliothèque royale, ms. IV 1290 folio 18r

A titre de comparaison, nous publions ici deux images de chevalets antiques orientaux. Nous voyons bien les différences formelles. A l’époque romaine, au Ier siècle ap. J.C., le sarcophage de Panticapée représente un peintre utilisant sans doute la technique de la peinture à l’encaustique (à la cire). Le chevalet du peintre est figuré. C’est un trépied rejoint en haut par un système d’attaches. Sur les deux montants de devant, on voit déjà un système de réglage ou tout du moins de maintien du tableau. Panticapée était une cité grecque avant d’être romaine, et se situe dans l’actuelle Ukraine/Russie (en Crimée) sur la mer Noire, aux portes de l’Orient. Cette cité fut byzantine et l’autre image de ce type de chevalet est byzantine.

Musée de l’Ermitage à Saint-Pétersbourg

Au début de l’ère chrétienne, au VIe siècle (aux alentours de 515) à Byzance, le manuscrit dit « Dioscoride de Vienne » car il s’agit du livre De la matière médicale, propose une représentation de l’auteur entrain d’écrire son livre. Devant lui, se trouve une allégorie de la mandragore qu’un peintre représente sur une feuille fixée sur un panneau de bois lui-même posé à la verticale sur un chevalet. Celui-ci est de facture antiquisante puisque si on le compare au précédent, nous voyons le même trépied qui est uni au sommet. Ce livre luxueux a été réalisé pour la très pieuse princesse byzantine Anicia Juliana. Pour l’Occident médiéval, il faut attendre le XVe siècle pour voir un peintre utiliser un chevalet pour peindre. 

Vienne, Österreichische Nationalbibliothek, Cod. Med. Gr. 1, folio 5v

Ainsi, le chevalet à trois pieds, dont les deux montants principaux sont parallèles, tire sont origine et son parallélisme, des bras de la chaise du copiste. Il sera encore transformé à l’époque contemporaine en chevalet d’atelier en H. 

Pour citer cet article : Claudine Brunon, "De la chaise à bras du copiste au chevalet du peintre," publié dans Culture matérielle du copiste, enlumineur, peintre, 06/08/2019, https://cmcep.hypotheses.org/2581.
  1. Voir Jean Vezin, “Reconstitution d’un fauteuil de scribe à bras mobiles aux Musées d’Art et d’Histoire de la ville d’Auxerre (note d’information)”, Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 149e année, N. 2, 2005, p. 695, [en ligne] : https://www.persee.fr/doc/crai_0065-0536_2005_num_149_2_22888, consulté le 6 août 2019. Voir notre article sur le Blog Enluminure, La Chaise à bras, https://arhpee.typepad.com/enluminure/2018/09/la-chaise-a-bras.html []
  2. Voir Alessia Trivellone,Images et exégèse monastiquedans la Bible d’Étienne Harding”, L’exégèse monastique au Moyen Âge (XIe-XIVe siècle), Paris 2014, p. 86, note 6 et note 7 , [en ligne] : https://www.academia.edu/10069232/Images_et_ex%C3%A9g%C3%A8se_monastique_dans_la_Bible_d_%C3%89tienne_Harding, consulté le 6 août 2019. []

Les Contenants en métal des copistes, enlumineurs et peintres médiévaux

Nous pouvons établir avec certitude l’utilisation de contenants en métal pour la fabrication des encres et des peintures des copistes, enlumineurs et peintres médiévaux. Voici notre premier recensement de recettes qui les utilisent aux XIe, XIIe, XIIIe-XIVe, et XIVe siècles.

Les métaux dans lesquels sont faits les contenants de fabrication (ou de détrempe) des encres, des pigments et des couleurs sont, avant le XIVe siècle : le fer, le cuivre, l’airain ; puis après le XIVe siècle : l’argent, l’étain, le bronze, le cuivre, dans les manuscrits pris en compte1.

Nous avons pu identifier plusieurs récipients en métal parmi les vases métalliques mentionnés par les auteurs : une coquille en fer (XIe siècle), une casserole en fer, une marmite en fer (XIIe siècle), une ampoule de cuivre très pur, un petit mortier fait d’un métal très dur (fin XIIIe-début XIVe siècle), un cornet d’argent, un cornet d’étain, une ampoule de cuivre très pur (XIVe siècle).

Les contenants en métal servent à fabriquer des encres d’or, d’étain (pour écrire et pour peindre), de vert de cuivre. Pour les pigments et couleurs : des vert-de-gris (dont le vert d’Espagne et des verts de cuivre), un vert végétal (dont la plante n’a pas été identifié), du bleu azur (fabriqué à partir du contenant en cuivre pur). Pour les couleurs : un bleu d’argent (que l’on fait sécher), un bon bleu azur (que l’on détrempe). Dans le cas du bleu d’argent, le contenant est un petit vase, vasculo, en argent car le bleu est fait à partir de lames d’argent. Il sert à faire sécher le pigment. L’auteur qui mentionne ce contenant, en utilise aussi un autre, en cuivre, pour une encre de vert-de-gris. Le petit vase est ici utilisé pour épaissir l’encre verte, éventuellement sur le feu. Il pourrait s’agir d’un encrier de copiste pour le vert et d’une sorte de godet en métal à l’usage du peintre pour le bleu.

Manuscrit du XIe siècle, conservé à Leiden, Bibliothek der Rijksuniversiteit, Voss. lat. quarto 54 folio 98v Contenant en métal
Recette de préparation de l’or pour
écrire
Entre autres récipients, une coquille en fer, inposito conculae ferreae

Manuscrit d’Heraclius daté du XIe siècle, New York, Eastman school of music, Ms 1, ACC. 149667 p. 50-55 Contenants en métal
Recette de fabrication d’une couleur verte Entre autres récipients, un vase de cuivre, vas cupreum (2 occurrences)
Recette d’encre verte (vert de cuivre) Un seul récipient mentionné : un vase d’airain, in vase aereo

Manuscrit Codex Matritensis, écrit en Catalogne au XIIe siècle et conservé à Madrid, Biblioteca nacional Ms A.16, ff. 199-203 Contenants en métal
Recette I de chrysographie Entre autres récipients, une casserole en fer, in caza ferrea (2 occurrences)
Recette VI de confection de l’or Un seul récipient mentionné : une marmite en fer, fac caccabellum ferreum

Manuscrit Compendium artis picturae daté du XIIe siècle et conservé à Bruxelles, bibliothèque Albert 1er, Ms 10152 ff. 24r-26v Contenant en métal
Recette de vert d’Espagne (vert-de-gris) Entre autres
récipients, un vase d’airain, in vase eris                     

Manuscrit De Coloribus faciendis daté de la fin du XIIIe-début XIVe siècle rédigé par Pierre de Saint-Omer, conservé dans le Recueil de Lebè- gue, Paris, BnF latin 6749 Contenants en métal
Recette §151 pour faire le vinaigre (pour faire du vert-de-gris) Sont mentionnés des bacins et des patelles, ut de bacinis vel patellis incisis, que l’on découpe pour faire des bandes de cuivre servant à la confection du vert-de-gris
Recette §157 pour faire du vert de cuivre pour écrire Entre autres récipients, un vase de cuivre ou d’airain, in vase aero vel cupro (2 occurrences)
Recette §160 pour faire un vert de cuivre Entre autres récipients, un vase d’airain ou de cuivre, in vaso aero vel cupro et un vase d’airain, in vase aereo
Recette §170 pour faire un bleu azur Entre autres récipients, une ampoule de cuivre très pur, ampullam purissimi cupri, couverte et scellée, et ita cooperi et sigilla            
Recette §185 pour faire de l’étain pour écrire ou pour peindre Entre autres récipients, un petit mortier fait d’un métal très dur comme celui dont on fait les cloches, qui sera fait spécialement pour cet-te oeuvre (cette recette) et fixé sur du bois, in mortariolo pone quod de metallo durissimo sit, quo scilicet campanae fiunt ad hoc opus parato ; il faut aussi un pilon, molam seu pistillam
Recette §201 pour faire un vert des normands avec une plante nommée gremispect Sont mentionnés deux récipients : un bacin et en remplacement, un vase de cuivre, in baccino vel cupreo vase

Manuscrit Liber de Coloribus illuminatorum siue pictorum daté du XIVe siècle et conservé à Londres, British Library, Sloane 1754 Contenants en métal
Chapitre 1 pour faire un bon azur Sont mentionnés deux cornets en métal ; l’auteur recommande celui en argent mais si on n’en a pas, on en prend un en étain, in cornu argenteo ; si non habeas argenteum, quere stagneum
Chapitre 1 pour faire du vert Sont mentionnés deux vases : un en bronze, l’autre, en remplacement, en cuivre, in vase eneo vel cuprino
Chapitre 4 pour faire un bleu azur Un seul récipient est mentionné, un petit vase en argent, in vasculo argenti
Chapitre 4 pour faire un bleuazur Entre autres autres récipients, une ampoule de cuivre très pur, ampullam de purrissimo cupro
Chapitre 6 pour faire une encre de vert-de-gris Un seul récipient mentionné, un vase de cuivre, in vase cupreo
Chapitre 15 pour détremper une encre vert-de-gris Entre autre récipient, un petit vase en cuivre, in vasculo cupreo
  1. La lecture d’autres textes amènerait peut-être à revoir cette répartition []

Les Recettes d’une Encre verte

L’encre verte dont nous faisons ici le focus, a ceci de particulier : elle nécessite l’utilisation d’un récipient en métal comme principal agent de fabrication. En effet, la matière du contenant, le cuivre (ou un alliage cuivreux), est directement mis en contact avec un acide. Généralement, les recettes du pigment vert-de-gris décrivent une oxydation des lames de cuivre avec les vapeurs de vinaigre, mais sans que ce dernier soit en contact avec le métal. Ici, c’est tout l’inverse, le vinaigre dans lequel on ajoute du miel, est déposé dans le récipient en cuivre.

Nous avons recensé ces recettes d’encre verte du XIe au XVe siècle. Elles sont sensiblement les mêmes, avec quelques variantes. Les voici …

Au XIe siècle, en Allemagne, le plus ancien manuscrit d’Heraclius conservé à Rochester (USA) propose au chapitre c.13a la première recette de notre encre verte1 . C’est l’idée de Daniel Thompson qu’elle apparaisse pour la première fois dans ce manuscrit2 .

C.13a : « Colorem viridem qui vult ad usum scribendi sibi facere, in vase aereo mel cum aceto valde mixtum aequo pondere infundat, ac deinde in sterquilinio ubi plus calet illud abscondat »3 .

Cette recette d’Heraclius est reprise de manière quasiment identique par Théophile (dans le manuscrit de Londres4, daté de 1150-1200 et écrit en Allemagne, publié par Robert Hendrie en 18475 ) :

Chapitre C : « Colorem viridem qui vult ad usum scribendi sibi facere, in vase ereo mel cum aceto valdè immuxtum aequo pondere infundat, ac deinde in sterquilinio, ubi calet plus, illud abscondat »6 .

Les deux seules différences sont visibles : « inmixtum / incorporé » (chez Theophile) à la place de « mixtum / amalgamé, mêlangé » (chez Heraclius) et « vase ereo » (chez Theophile) à la place de « vase aereo » (chez Heraclius) pour vase d’airain7.

Nous pouvons traduire ainsi ces recettes :

« Qui veut faire une couleur verte pour l’usage de l’écriture, verse du miel avec du vinaigre [en poids] égal, bien incorporé, dans un vase d’airain, puis dans un tas de fumier où il est le plus chaud, cache cela [le vase] ».

Notons ici que la recette §11 de l’exemplaire d’Heraclius recopié par Jean Lebègue (1431) est tout à fait différente. La voici :

§11 : « De viridi colore ad scribendum
Si quaeris viridi scriptura colore notari
Acri commissum melli miscebis acetum
Hinc valde calido vas ipsum contege fimo
Sic et bissenis hoc extrahe solibus actis »8 .

§11 : « De la couleur verte pour écrire.
Si tu cherches à te procurer l’écriture de couleur verte d’un clerc / Incorpore fortement le miel mélangé au vinaigre / Cache le vase lui-même couvert, dans du fumier très chaud / Après 12 jours passés, sors [le vase] ».

Ici, le vase métallique n’est pas mentionné. En revanche, il est dit que le vase est lui-même couvert, ce qui n’est pas toujours dit ailleurs. Mary Merrifield précise en note que la couleur produite, un vert-de-gris, est un acétate de cuivre.

Au XIIIe siècle, le De Coloribus faciendis de Pierre de Saint-Omer propose aussi une recette de notre encre verte.

§157 : « Item de viridi eris quo modofit pro scribendo. Colorem viridem qui vult ad suum usum scribendi facere mel cum aceto valde mixtum equo pondere infundat ac deinde in sterquilinio equorum ubi plus calet in vase cuprea vel aereo cooperto posi tum sepeliat. Postea bis senis diebus transactis illud recipiet de vase ipsum colorem radendo et ad solum siccet et reservet pro usu »9 .

§157 : De même un vert-de-gris, de la manière dont on le fait pour écrire. Qui veut faire pour son usage d’écriture une couleur verte, mélange bien du miel à du vinaigre en égale quantité de poids, verse ensuite dans un vase de cuivre ou d’airain couvert, dispose en enterrant dans un tas de fumier de cheval où il est le plus chaud. Après douze jours passés, retire du vase cette couleur en raclant et sèche au soleil et conserve pour l’usage [de l’écriture].

Aux XIIIe-XIVe siècle, le manuscrit d’Erfurt, propose notre recette d’encre verte.

§19 : « Item de viridi. Sic fit color viridis.
Accipe mel cum aceto mixtum, et pone in vase eneo equali pondere, ac deinde in sterquilinio sive fimo, ubi plus calet, absconde ; et xii diebus tansactis, inde recipe »10 .

§19 : De même du vert. Ainsi se faire la couleur verte.
Prends du miel mêlé à du vinaigre en poids égal et mets dans un vase de cuivre [ou de bronze], et alors cache dans un tas de fumier ou dans des fientes, là où c’est le plus chaud ; et douze jours passés, et retire [ce vase].

Le manuscrit dit Sloane 1754 daté du XIVe siècle.

Ch. VI : « Item de viridi. Colorem viridem qui uult ad usum facere scribendi, in uase cupreo mel cum aceto ualde mixtum equo pondere infundat, ac inde in sterquilinio equorum, ubi plus ualet, illud abscondat, et bis senis diebus transactis illud recipiat »11 .

Ch. VI : “Qui veut faire une couleur verte pour l’usage de l’écriture, verse dans un vase de cuivre du miel avec du vinaigre bien mélangé, et ensuite, le cache dans un tas de fumier de cheval là où il est le plus chaud, et douze jours passés, il retire [ce vase]”.

Thompson précise bien que l’usage de la chaleur générée par la fermentation du fumier pour maintenir une température modérée et stable était une ressource courante de l’artisan médiéval.

Toujours au XIVe siècle, mais en Italie, la recette §1.16.23 du Liber diversarum arcium propose une autre version de notre recette.

§1.16.23 : « Distemperacio. Viridem colorem ad scribendum si vis temperare vas eneum vel cupreum vel vitreum accipe et ponatur intus viridis deistemperatus cum melle et aceto equo pondere et in sterquilino ponatur per duas septimanas poste tollatur et de lucido qui supernatat scribatur et fecis abiciantur »12 .

§1.16.23 : “Détrempe. Si tu veux tempérer la couleur verte pour écrire, prends un vase de bronze ou de cuivre ou de verre, et mets dedans le vert tempéré avec du miel et du vinaigre de poids égal et mets dans un tas de fumier pendant deux semaines, après enlève et écris avec le [liquide] clair qui surnage et la lie est jetée”.

Nous avons vu, à travers ces huit recettes, les variantes des auteurs. Parfois il est précisé de couvrir le récipient, parfois il est dit de prendre du miel et du vinaigre à poids égal, et dans la dernière recette, d’écrire avec le liquide clair qui surnage. L’écriture verte produite est celle qu’utilisent les clercs.

  1. John Richards, “A New Manuscript of Heraclius”, Speculum, 1940, Vol.15, N°3, p. 266 []
  2. Daniel Thompson, “De Coloribus, naturalia excripta et collecta, from Erfurt, Stadtbücherei, Ms. Amplonius Quarto 189 (XIII-XIV Century)”, Technical Studies in the Field of Fine Arts, III, 1935, p. 135 []
  3. John Richards, “A New Manuscript of Heraclius”, Speculum, 1940, Vol.15, N°3, p. 266 []
  4. British Library, Harley 3915 ff.2r-109v, [en ligne] : http://www.bl.uk/manuscripts/FullDisplay.aspx?ref=Harley_MS_3915, consulté le 30 juin 2018 []
  5. Robert Hendrie, An Essay upon Varius Arts, Londres, 1847, Chapitre C, p. 396 [en ligne] : https://archive.org/details/anessayuponvari00theogoog , consulté le 30 juin 2018 []
  6. Robert Hendrie, An Essay upon Varius Arts, Londres, 1847, Chapitre C, p. 396 [en ligne] : https://archive.org/details/anessayuponvari00theogoog , consulté le 30 juin 2018 []
  7. Un alliage cuivreux : du bronze ou du laiton []
  8. Mary Merrifield, Original treatises on painting…, 1849, p. 195 []
  9. Ibid, p. 127 []
  10. Daniel Thompson, op.cité, 1935, p. 135 []
  11. Daniel Thompson, “Liber de Coloribus illuminatorum Sive Pictorum from Sloane N°1754”, Speculum, 1926, Vol.1, p. 295-296 []
  12. Mark Clarke, Mediaeval Painters’ Materials and Techniques. The Montpellier Liber Diversarum Arcium, Londres, 2011, p. 258 []

Un type de canivet à lame enroulée

Canivet à lame enroulée reconstitué par un artisan russe

Le canivet est le canif, le couteau que le copiste médiéval tient de sa main gauche. Il s’en sert bien sûr pour tailler la plume d’oie mais aussi et surtout pour prendre appui. En effet, sa main droite ne repose pas sur le pupitre lorsqu’il écrit. Ceci pour ne pas graisser de sa peau, le parchemin préparé pour l’écriture. Ce couteau sert aussi à couper le parchemin, et à maintenir le support d’écriture pour ne pas qu’il glisse du pupitre.

Les canivets ont des lames différentes que l’on peut observer sur les diverses enluminures les figurant. Celle qui nous intéresse ici est la lame enroulée. Nous avons choisi de la nommer ainsi car ce qui la caractérise est un enroulement sur elle-même dans son extrémité, en guise de pointe. Il s’agit d’un type très esthétique, qui requiert un tour de main savant de la part du forgeron. Nous avons la chance de posséder un canivet de ce type, reconstitué par un artisan russe.  L’iconographie n’en livre que quelques exemples, somme toute bien rares. Cette lame si particulière a été associée à un type dit “lame en pointe arrondie”. C’est ainsi qu’Albert d’Haenens associait notre type de canivet à deux autres lames1.

Dessins d’Albert D’haenens, d’après :
A.7 Berlin, Deutsche staatsbibliothek, ms theol. Lat Quart 11 folio 144 (Xe siècle)

A.8 Heligenkreuz, Cod 186 (vers 1140)
A.9 Bamberg, staatliche bibliothek ms Patr. 5 folio 1v (XIIe siècle)

La forme de la lame décrite dans la vignette A7 est simplement recourbée2, la forme A8 est en crochet. La forme A9 est celle qui nous intéresse, enroulée ; celle A7 sera aussi considérée.

La forme courbe de la lame a fait dire à David Harris3 qu’elle pouvait avoir l’usage de marquer les lignes de réglure.  Dans ce sens, la page serait incisée non pas par une pointe mais par une courbe. L’inconvénient est cependant que l’on ne peut pas arrêter précisément son geste et cela est ennuyeux car les lignes horizontales sont justifiées et alignées à droite comme à gauche. Il faudrait observer sur les manuscrits romans, quelques dépassements de ces lignes4 . Voyons trois vignettes qui mettent en scène notre canivet. Elles sont issues d’un manuscrit du XIIe siècle, conservé à la bibliothèque de Bamberg.

Moine regardant sa plume taillée
Bamberg, Staatsbibliothek Msc. Patr.5 folio 1v

Cette image montre le taillage de la plume. Le moine vérifie son travail.

Moine rognant le parchemin ? Ou faisant une pliure sur la couverture ? Bamberg, Staatsbibliothek Msc. Patr.5 folio 1v

Cette image, plus ambigüe, montre sans doute la rognure faite dans les marges, notamment pour enlever les trous de piqûres et les notes pour l’enlumineur. En effet, dans l’ordre des étapes de réalisation de ces vignettes, celle-ci apparaît après la reliure. Si on admet que l’ordre n’est pas vraiment respecté il peut s’agir de la pliure de la page en bi-feuillet. Nous voyons un trait rouge sous la lame qui semble indiquer et symboliser cette action. Or nous pourrions bien être ici en présence d’un bi-feuillet ouvert plutôt que d’une marge à rogner. Mais à la vue de ce trait, on peut aussi penser, si l’on tient compte d’une suite logique, que le moine marque la pliure du dos du livre de la couverture. Le livre serait alors ouvert montrant sa reliure extérieure.

Le canivet à lame enroulée servirait donc tant au copiste qu’au relieur, du moins lorsqu’il est un moine polyvalent.

Une autre vignette de ce manuscrit, montre notre moine en train de tenir deux livres ouverts tandis qu’il tient le canivet dans la main droite. Il relit et corrige les fautes de l’exemplaire qui vient d’être manuscrit. Corriger les fautes avec un canivet veut dire gratter les erreurs. Ainsi les mots ou les lettres formés à l’encre à la plume sont grattés sur le parchemin. Et ensuite, afin d’aplanir la bourre qui résulte de l’opération, on utilise une dent de sanglier pour polir la surface et la rendre de nouveau bonne pour une nouvelle écriture. L’exemplaire corrigé pourrait être celui du haut dont le grattage serait symbolisé par la trace jaunâtre sur le feuillet.


Moine corrigeant le texte
Bamberg, Staatsbibliothek Msc. Patr.5 folio 1v

Ce genre de canivet, serait donc aussi celui du relecteur ou tout du moins celui du gratteur de fautes.

Voyons maintenant d’autres exemples iconographiques des XIe et XIIe siècles. Dans l’unique exemple du XIe siècle de notre corpus, nous voyons saint Marc inspiré par son attribut le lion. Tandis qu’il trempe sa plume dans l’encrier, il tient de la main gauche le canivet à lame enroulée. Cette scène est symbolique car l’enlumineur a omis de glisser un feuillet de parchemin sous le canivet. Là seul le bois du pupitre est visible. Sur quoi le saint va-t-il bien pouvoir écrire ? Néanmoins malgré cet oubli, car l’inspiration et le geste de l’encrage de la plume sont ici primordiaux, le peintre aura tout de même représenté un canivet dont la lame est travaillée de manière assez exceptionnelle. Nous pouvons supposer que ce couteau était à l’usage des moines-copistes de Reichenau au XIe siècle.


Saint Marc, Reichenau, Milieu du XIe siècle
Baltimore, Walters Art Museum, Ms. W.7,  folio f67v

 

La seconde enluminure intéressante est celle de saint Matthieu peinte en Alsace au XIIe siècle. Si l’on analyse la position du saint, elle semble bien inconfortable pour écrire. Elle est plus conventionnelle que réaliste. Néanmoins le pupitre est fort intéressant. Une boîte verte enserre la moitié d’un bi-feuillet et ce au millimètre près. Le fait de présenter la double page ainsi et la manière dont est tenu le canivet, pourrait laisser à penser que celui-ci a servi à plier le feuillet juste avant. Notons que seulement quelques lettres ont été tracées sur le verso.


Saint Matthieu, Evangéliaire des Augustins de Marbach-Schwarzenthann (Alsace) XIIe siècle, Laon, BM 550 folio 1v

 

Sur l’exemple de saint Luc de Passau, réalisé au XIIe siècle, l’évangéliste trempe son outil scripteur dans le cornet à encre tandis que le canivet est posé sur le feuillet. Il sert ici d’appui pour écrire. Notons les encoches sur la droite du plateau du pupitre, avec à côté des ronds ou des 0, qui pourraient être relatives au travail de réglure.


Saint Luc, Passau, XIIe siècle
Munich, Bayerische staatsbibliothek Clm 16003 folio 143

 

Une autre lame, plus longue et moins trapue est observable dans deux manuscrits dont le premier a été réalisé en France, à Saint-Amand. Cette forme allongée de la lame n’est pas sans rappeler celles des canivets enroulés trouvés en fouille dans le nord de l’Europe. Ici, Beaudemont a sa figure inversée, il est faussement gaucher. Une autre enluminure lui a servi de modèle ; elle aura été simplement décalquée sans se soucier de la droite ou la gauche du copiste. Là encore, la plume est trempée dans l’encrier alors que le livre est à moitié ouvert. Le canivet repose sur la pliure.


Beaudemont écrivant, Saint Amand, XIIe siècle (après 1150)
Valenciennes, BM 501 folio 5v

 

Dans ce dernier exemple du XIIe siècle, saint Marc taille sa plume avec le canivet à lame enroulée.


Saint Marc, (Lieu de production inconnu), XIIe siècle
Vatican, Biblioteca Apostolica Pal.lat.48 folio 35v

 

Voici une carte qui localise cinq exemples sur six, essentiellement en Allemagne ou vers ses frontières.

Carte des canivets de copistes à lames enroulées d’après 5 sources iconographiques.

Deux couteaux de ce type ont été trouvé en fouille dans le nord de l’Europe (en Norvège) et en Angleterre. Sans doute le plus ancien, celui d’Ytre Moa (Norvège) trouvé dans un contexte médiéval.

Photograph by Svein Skare
©copyright- The University Museum of Bergen, Norway

 

L’autre exemple est anglais ; il a été trouvé à York (46-54 Fishergate, incluant un cloître) et est daté du XIIIe siècle5.

Dessin de Patrick Ottaway, d’après la fouille de York

Pour conclure, nous pouvons dire que le canivet du copiste à lame enroulée est en usage en Allemagne dès le XIe siècle. Au XIIe siècle, son utilisation s’étend à la France du Nord-Est. Les exemples archéologiques permettent aussi d’attester ce travail de la lame plus au nord, en Angleterre et en Norvège. Quant à ses usages, outre ceux communs à tous les canivets, notons-en peut-être un de plus, la pliure d’une reliure extérieure et/ou celle d’un bi-feuillet. Concernant les activités les plus représentatives, notons : la taille de la plume, la reliure avec le rognage des marges, la correction du manuscrit avec le grattage des erreurs.

Pour citer cet article : Claudine Brunon, "Un type de canivet à lame enroulée," publié dans Culture matérielle du copiste, enlumineur, peintre, 04/07/2018, https://cmcep.hypotheses.org/169.

 

  1. Albert D’Haenens, « Ecrire un couteau dans la main gauche. Un aspect de la physiologie de l’écriture occidentale aux XIe et XIIe siècles », Clio et son regard. Mélanges d’histoire, d’histoire de l’art et d’archéologie offerts à Jacques Stiennon à l’occasion de ses 25 ans d’enseignement à l’université de Liège, 1982, p. 129-141 []
  2. mais diffère peu de la forme qui nous intéresse ; si ce n’est par une lame qui finit plus en diagonal droite qu’en courbe, visible juste avant l’arrondi de la pointe []
  3. Davis Harris, L’ABC du calligraphe, 1995, p. 9 []
  4. Si vous avez quelques exemples, vous pouvez partager leur référence dans les commentaires. []
  5. voir Patrick Ottaway, Nicola Rogers, The Archaeology of York. The small finds 17/15. Crafts, industry and everyday life : finds from medieval York, 2002, p. 2755 []