Archives de catégorie : Outils du copiste

La bougie : outil du copiste et du peintre pour fabriquer un pigment

Les copistes et les peintres utilisaient au Moyen Âge plusieurs pigments. J’ai commencé à les étudier et à vous les présenter sur ce Carnet. Je vous renvoie au Billet que j’ai écrit “Une Palette médiévale de couleurs noires”. Je m’intéresse aujourd’hui au noir de lampe. L’appellation générique doit être précisée. En effet, le noir de lampe est le nom qui désigne l’outil avec lequel on fait du noir de fumée. Ce pigment est encore vendu dans le commerce au rayon Beaux-arts.

Je vais vous présenter ici le noir de chandelle. Pour rappel, voici les noms des couleurs qui sont produites avec cet outil de cire :

  • Atrament comme dit Lebègue dans sa Table des synonymes au XVe siècle :

Atrament” est une couleur noire avec laquelle on écrit, autrement appelée “incaustum” et voir à (l’article de la Table …) “incausto” ; et à partir de cela, c’est aussi utilisé pour peindre, tant que c’est fait à partir de la suie, d’une chandelle ardente ou d’une lampe ou d’un charbon tendre de bois ou de vigne.

  • Fumée comme dit plus loin Lebègue dans sa Table des synonymes :

Fumus” (la fumée) est une couleur noire, si, lorsqu’elle sort du feu d’une chandelle de suif ou de cire, ou de la lumière d’une lampe, on la recueille ; elle est autrement nommée “fuscus” et autrement “fuligo“.

On a donc ici un usage de la peinture qui est relatée à l’entrée Atrament de la Table de Lebègue dans les Libri colorum. Ceci semble relever d’une pratique si l’on tient compte du fait que le compilateur a copié des recettes qui ont été transmises par des artistes. Pour le noir de chandelle nommé atrament, il est écrit que pour peindre en noir, on utilise de la suie. Tandis que pour le noir de chandelle nommé fumée, il est écrit que la fumée sort du feu de celle-ci. Il y a des subtilités à découvrir.

Ce qui est intéressant est la distinction de plusieurs outils : la chandelle allumée, la chandelle de suif, la chandelle de cire et une lampe. Nous sommes d’accord que ce sont bien des objets différents qui méritent une attention particulière. La chandelle est faite de cire animale provenant de l’élevage d’abeilles, la chandelle de suif est faite à partir de graisse animale comme le mouton 1 et la lampe contient de l’huile végétale (huile de lin ou huile de chanvre, de colza ou huile d’olive). Comme les savants du Moyen Âge distinguaient bien dans leurs encyclopédies tous les règnes : minéraux, végétaux et animaux, il est pas anodin que les artistes distinguaient aussi les animaux des plantes en notant l’usage qu’il faisait des objets fabriqués avec des êtres vivants et respirants (plantes).

Notons aussi que vers 1300, dans le Secretum philosphorum, une recette d’encre noire est donnée et comme étant fabriquée avec de la fumée de chandelle :

§I.9.b Recipe nigrum faciendum de carbone vitis sive de fumo candele et distempera cum albumine ovi clarificato id est Glayr, et scribe cum eo.

§1.9.b Prends du noir fait de charbon de vigne ou de la fumée de chandelle et détrempe avec l’albumine d’oeuf clarifié qui est la glaire et écris avec.


Encre et couleur à peindre noires étaient faites en utilisant une chandelle. Il y a 3 types de chandelles mentionnées dans les recettes :

  • la chandelle de cire pure
  • la chandelle de suif
  • la chandelle de cire dans laquelle on a ajouté dedans de l’encens ou de la résine dont la cire des cordonniers est faite2.

Godefroy dans son Dictionnaire (Complément) donne la définition de la chandelle : “petit flambeau de suif, de cire ou de résine”.

Les marchands de chandelles étaient regroupés en confrérie. Les marchandises vendues par le craissier (graissier) sont : marchand de graisse, d’huile, de chandelles3. Par exemple, à Douai, où il y avait des craissiers en 1436-7, deux noms  nous sont restés : l’un de femme : Catherine le Flamenghe et l’autre, un homme, Jacquemard le Grumelier. Ils étaient marchands de chandelles mais rien ne dit qu’ils les fabriquaient, ils les importaient peut être. La Picardie est un pays où les mentions de craissiers sont étudiées dans des sources du Nord au détriment de celles du Sud et du Sud-Ouest de la France. Les mentions de craissiers du nord sont plus nombreuses. Il me reste à rechercher les mentions de craissiers dans le sud de la France et de l’Europe. Ainsi que l’éventuel commerce de cire depuis l’Algérie médiévale vers l’Europe car c’était un pays qui a une ville dont le nom a donné le mot bougie.

Il existe aussi des qualités de cire relatives aux chandelles. Ainsi, on disait chandelle de bougie (dès 1316, Godefroy), la bougie étant alors synonyme de cire. Il est à noter que le Dictionnaire historique de la langue française donne la définition suivante de la bougie :

“Bougie, n. f. est l’emploi comme nom commun (1300) de Bougie, nom d’une ville d’Algérie (en arabe Bugaya) qui fournissait au Moyen Âge de grandes quantités de cire pour la fabrication des chandelles.
Le mot a désigné la cire fine de bougie dont on faisait des chandelles, des cierges. […] il a pris un sens moderne (1493), sans se confondre avec cierge (spécialisé dans l’usage religieux) ni avec chandelle. […] bougie désignait le mode d’éclairage aristocratique et royal à la cire fine et non au suif”.
Quant au bougeoir nous dit Rey, il renvoie au rôle de “porte-bougie” que le roi faisait tenir à l’un de ses courtisans à son coucher.
En 1577, le roi Henri III possède un bougeoir, c’est le mot employé dans l’Inventaire de Saint Hilaire de Poitiers. Ce boujouer où l’on met les bougies sert la chapelle.

Susie Nash qui a étudié la comptabilité des ducs de Bourgogne à la fin du XIVe siècle a étudié le matériel des peintres utilisés sur les chantiers ducaux. Ainsi, une dizaine de chandelles de bougie sont utilisées par Malouel, peintre officiel et valet de chambre du duc Philippe II le Hardi de Bourgogne (Malouel fut précédemment au service de la reine Isabeau de Bavière) , pour travailler de nuit achetées à Perrenot Berbisey le 01.04.1399. Elle coûte 60 deniers pièce4.  Toujours pour Jean Malouel travaillant à la Grande Croix, une ystoire sur le portail du parloir et d’autres images du portail du parloir et autres choses, quatre chandelles de bougie aussi pour travailler la nuit achetées au même, le 24.08.1402 pour le même prix que les autres56

La future nécropole des ducs de Valois, est doté d’un scriptorium et d’une bibliothèque pour les moines chartreux. Il semblerait que le principal enlumineur qui était aussi écrivain de forme fut Jean du Moulin, un clerc actif à Dijon et à Champmol pendant 10 ans jusqu’en 1398. Parmi le matériel de copie et d’enluminure, se trouvent des chandelles pour travailler de nuit. Etaient-ce des chandelles de cire ?
On notera la présence sur le même chantier d’un peintre sur bois, Jean Malouel et de plusieurs enlumineurs dont Jean du Moulin. Peintres et enlumineurs-écrivains pouvaient se côtoyer, ce qui est je pense bien connu des historiens de l’art. Il est à souligner ici le travail de nuit de ces artistes. A n’en point douter, la chandelle servait aussi à fabriquer un pigment.


J’ai utilisé une chandelle de cire pure fabriquée par des artisans suisse de la Reconstitution historique que j’ai rencontré brièvement lorsque j’étais au château de Chillon pour une prestation. Je me suis inspirée d’une représentation de saint Luc, à la fois copiste-évangéliste et peintre dans une petite pièce attenante. On voit ici ce que pouvait être la demeure d’un prince qui employait un écrivain et un peintre à demeure. Cette image est unique à ma connaissance mais en cherchant bien on en trouvera peut-être une ou deux autres.

Dame Chlodyne et Saint Luc, évangéliste enluminé par Simon Bening (Flemish, 1483-1561). St. Luke Writing in Crown, 1521. Painting on parchment, 5 3_16 x 3 11_16 in. (13.2 x 9.3 cm). Brooklyn Museum, Bequest of A. Augustus Healy, 11.504 (Photo- Brooklyn Museum)

Le copiste sous les traits de saint Luc peint au début du XVIe siècle tient une bougie pour écrire alors qu’il fait jour. L’obscurité des pièces fait qu’il a besoin d’un éclairage. Cela veut dire, tout du moins à cette époque, que l’artisan du livre pouvait avoir jour et nuit à disposition une chandelle éclairée et qu’il lui était alors facile de fabriquer ce pigment s’il en avait besoin.

J’ai essayé de reconstituer les conditions de travail du copiste lors d’un festival à la cité médiévale de Pérouges dans l’Ain. Et écrire avec les deux mains prises est tout à fait possible. Généralement, c’est un canivet qui est tenu de la main droite. Mais là, ce n’est pas le cas. L’écriture du texte, soit la calligraphie, est un travail qui demande de voir ce que l’on écrit. D’où l’usage d’un moyen d’éclairage.

Usage possible : poncif : technique de dessin au poncif qui consiste à saupoudré un dessin sur parchemin ou papier piqué de trous par une aiguille ou un poinçon avec du noir de fumée. Les points sont ensuite reliés à main levée par le dessinateur. Voir mon site claudinebrunon.com.

Si cet article vous a plu, je vous propose un approfondissement sur ce sujet avec d’autres recettes et d’autres images. Contactez-moi sur chlodyne.brunon@gmail.com. J’aimerai aussi développer la technique de récolte de la cire médiévale et la fabrication, à partir de celle-ci, de chandelles. Je suis à l’écoute de toute information allant dans ce sens. Vous pouvez laisser un commentaire. Je vous lirais attentivement.

  1. Il y a une recette en anglais dont le manuscrit est daté du XVe siècle et qui propose de fabriquer de la cire fine avec de la cire de pollen, du suif de mouton et de la farine de haricots. Voir [§97] dans Mark Clarke, The crafte of lymmyng and The maner of steynyng: Middle English recipes for painters, stainers, scribes, and illuminators, Oxford University Press (2016), p. 180,
    Early English Text Society O.S. 347 []
  2. La résine pouvait être de la colophane. Ces techniques de noir de chandelle ainsi faites sont relatées dans la littérature technique anglaise []
  3. Saussus, L., Lier par le métier. Les professionnels du métal à Douai à la fin du Moyen Age, p. 276 []
  4. Susie Nash, « ‘Pour couleurs et autres choses prise de lui …’ : The Supply, Acquisition, Cost and Employment of Painters’ Materials at the Burgundian Court, c.1375-149 », dans Trade in Artists’ Materials. Market and Commerce in Europe to 1700, Jo Kirby, Susie Nash et Joanna Cannon (éd.), 2010, London :Archetype, n°53 tableau 1, p. 120 []
  5. Ibid []
  6. Jean Malouel travaille au chantier de la Chartreuse de Champmol en Bourgogne. À partir de 1398, il peint cinq retables destinés à la chapelle de la chartreuse, mesurant chacun 1,5 mètre sur plus de 2 m de large, ce qui lui demande plus de trois années de travail. Il réalise aussi la polychromie de plusieurs œuvres sculptées destinées au couvent. Le peintre, qui réside à Dijon pendant toute cette période, travaille aussi quotidiennement à la réalisation de décors pour le duc et sa famille. Par exemple, en 1401, il est payé avec Melchior Broederlam et Hugo de Boulogne pour la décoration des armures du duc et de son fils Antoine de Brabant, destinées au tournoi organisé pour le mariage de ce dernier à Arras. Il joue aussi le rôle de contrôleur des travaux des autres artistes du duc : il se rend ainsi dans les ateliers de Jacques de Baerze à Termonde en Flandre puis dans celui de Melchior Broederlam à Ypres pour vérifier la bonne réalisation de retables destinés à la chartreuse de Champmol. []

Le Stylet en os

Stylet en os, période médiévale, fouille de Marisia, Roumanie

Le stylet ci-dessus est un exemple qui nous permet d’illustrer l’usage des stylets en os. Daté de l’époque médiévale, le stylet se termine en pointe pour écrire, notamment sur une tablette de cire. Notons qu’il n’est pas muni d’une pointe sèche pointe (utilisée par exemple pour la technique de réglure à la pointe sèche, ou pour graver la cire). Le bout en os sert directement à écrire sur la cire. Et bien que son extrémité sommitale soit petite, il a des ressemblances avec d’autres stylets, eux aussi en os. Ses décorations en filet sont proches d’autres bien connus par ailleurs des archéologues. Ces stylets médiévaux trouvés en fouille, ont généralement une partie sommitale plus prononcée. Ils sont aussi munis d’une pointe sèche, parfois présente, parfois absente de l’objet. Nous en publions un exemple ci-dessous, extrait de fouilles à Londres.

Continuer la lecture de Le Stylet en os