Archives de catégorie : Meubles

Le Coquillier du peintre

Le coquillier du peintre est un meuble sur lequel mon attention s’est portée grâce aux recherches de Richard Rouse et Mary Rouse. En effet, ils ont publié un article en 2013 sur des inventaires en lien avec les acteurs de la production des manuscrits1.

Le meuble qui nous intéresse est décrit plus loin. Avant cela, nous avons passé en revue quelques meubles à layettes (qui sont des tiroirs),2 , à l’usage du peintre mais aussi de l’apothicaire.

Les Layettes

Le coquillier est un meuble à layettes, c’est-à-dire à tiroirs3 . Les meubles à layettes sont bien connus du métier d’apothicaire mais aussi des peintres d’une époque post-médiévale.

Attardons-nous sur les layettes de l’apothicaire. Dans le manuscrit du livre Des Propriétés des choses de Barthélemy l’Anglais (Livre VII, Des Maladies, chapitre II, Remèdes de la douleur duchief), traduit par Jean Corbechon et réalisé à Poitiers dans le quatrième quart du XVe siècle, nous voyons un meuble à tiroirs contenant des matières colorées qui servent sans doute de remèdes contre la douleur, comme l’indique la rubrique. Nous pouvons peut-être envisager de voir dans certains, des pigments, sachant que l’apothicaire utilisait aussi des pigments pour soigner. Bien sûr, il en vendait aussi aux peintres.

Meuble à layettes d’apothicaire, Livre VII (Des Maladies, chapitre II, Remèdes de la douleur duchief) du Livre des Propriétés des choses de Barthélemy l’Anglais traduit par Jean Corbechon, Paris, BnF, français 218 folio 111r, Poitiers, quatrième quart du XVe siècle.
Layettes d’apothicaire, Livre VII (Des Maladies, chapitre II, Remèdes de la douleur duchief) du Livre des Propriétés des choses de Barthélemy l’Anglais traduit par Jean Corbechon, Paris, BnF, français 218 folio 111r, Poitiers, quatrième quart du XVe siècle.

Il n’était pas rare que les apothicaires aient dans leurs officines, ce type de meuble. L’inventaire de feu Guillaume Leforge en 1439, apothicaire demerant à Dijon rue du change, mentionne 14 layettes, qui sont des tiroirs ou des caissettes de bois nous dit Danièle Alexandre-Bidon4 .

Pour les peintres post-médiévaux, les inventaires après-décès permettent également de juger de la présence de ce mobilier à layettes. 

En 1543, dans l’inventaire du duc de Lorraine au château de Nancy, il est fait mention d’ « une layette de bois en laquelle est le patron des douze sibilles ».  On pouvait donc garder des patrons, dessinés ou peints et servant de modèle à un ouvrage, dans une layette. Au XVIIe siècle, l’inventaire après décès du peintre Alphonse de Louvain contient parmi la « marchandise de peinture » « Une layette où sont plusieurs tiroirs pleins de couleurs, 6 l. »5 .

L’iconographie quant à elle, permet de voir des meubles à tiroirs dans l’atelier du peintre des XVIIIe et XIXe siècles :

Der in sich selbst verliebte Mahler. Christoph Heinrich Carl Keller, Verlagsort/ Nürnberg, 1751/1800, Wolfenbüttel, Herzog August Bibliothek, Inv.-Nr. Graph. A1/ 1258 — 2
Autoportrait avec le portrait de Maurice-Quentin de La Tour à l’index (1770), Marie Suzanne Giroust Roslin, Collection particulière
Portrait de Johann Christian Clausen Dahl, (1788-1857), par le peintre Siegwald Johannes Dahl, le 24/02/1857, Dresde, Staatliche Kunstsammlungen Dresden, Print Room, Inv Sax 7, no. FD 158 237.

On remarquera que le meuble à layettes du peintre semble avoir une constante de trois tiroirs. 

Le Coquillier

Si l’on suppose que la layette est un meuble muni de tiroirs, et qu’il est commun aux apothicaires et aux peintres, il est un autre meuble à tiroirs dont nous pouvons maintenant envisager une image. Il s’agit du coquillier du peintre-enlumineur. Tout du moins d’un certain type de coquillier, si tant est qu’il y en ait existé plusieurs.

Ce sont les historiens Richard Rouse et Mary Rouse qui ont supposé qu’un meuble spécifique au rangement des coquillages de couleurs fût employé par un enlumineur6 . Ce meuble figure parmi le mobilier d’un enlumineur du XVIe siècle. Le vendredi 23 mai 1544, l’inventaire après décès de Jehan Leclerc, enlumineur et relieur de livres (maison rue de la Voirrerie, faisant le coin de la rue du Coq), mentionne « un coquillier à 5 layettes » dans l’ouvroir de l’hôtel7 .

De ce fait, les cinq tiroirs du meuble de Leclerc, appelé coquillier, contiendraient des coquilles de couleurs. C’est un meuble qui a ici cinq tiroirs, une layette étant un tiroir8. Ce coquillier à cinq tiroirs est donc à différencier du meuble à layettes de trois tiroirs que nous venons de voir dans un contexte pictural. L’inventaire de Leclerc regroupe plusieurs autres objets avec ce coquillier :

“Ung coquillier à cinq layettes, trois autres layettes, trois règles de bouys, et une petite règle de fer, un petit calemart de cuir ……. 7 s. 6 d”. Inventaire de Jehan Leclerc9

Afin de chercher ce meuble dans une éventuelle image, nous avons interrogé notre corpus de peintres médiévaux, et nous avons trouvé un meuble, le pupitre, qui a quatre ou cinq tiroirs, selon les deux représentations de saint Luc qui le dépeignent.

Les deux représentations de pupitre-coquillier datent du XVe siècle et font partie d’un modèle iconographique qui est largement diffusé à la fin du siècle dans les Livres d’heures. Jean Colombe est l’enlumineur à qui sont attribués les manuscrits où figure ce type de mobilier. Nous pouvons supposer que c’est le meuble lui-même qui a fait la prospérité de ces images. En effet, les composantes de l’image ont été reprises de nombreuses fois. Un certain nombre de ces manuscrits nous est parvenu.

La plus parlante est celle du Livre d’heures de Jacques Coeur. Elle a été peinte en France, à Bourges par Jean Colombe et est conservée à Munich10 .

Saint Luc peignant la Vierge, Livre d’heures de Jacques Coeur, Bourges, fin du XVe siècle, Munich, Staatsbibliothek, Clm 10103 folio 26
Pupitre-coquillier, Saint Luc peignant la Vierge, Livre d’heures de Jacques Coeur, Bourges, Jean Colombe, fin du XVe siècle, Munich, Staatsbibliothek, Clm 10103 folio 26

L’autre représentation, cette fois-ci avec quatre tiroirs, mais sans coquilles de couleurs, est conservée à la Vaticane. Elle a aussi été peinte par Jean Colombe.

Pupitre-coquillier, Saint Luc peignant la Vierge, Livre d’heures, Jean Colombe, XVe siècle, Vatican, Biblioteca vatinana apostolica rossiano 198 folio 14r

Pour conclure, nous pouvons dire que le meuble à tiroirs, dit layettes, faisait partie du mobilier du peintre et ce, au moins depuis la fin du Moyen Âge. L’iconographie permet de voir à quoi il ressemblait. Le pupitre-coquillier semble être un meuble utilisé par Jean Colombe si l’on admet que le peintre se représente sous les traits de saint Luc. Un coquillier est mentionné dans l’inventaire d’un enlumineur comme ayant cinq layettes. A quoi ressemblait-il ? Peut-être au pupitre de Colombe … Ensuite les meubles à trois tiroirs sont utilisés aux XVIIIe-XIXe siècles par les peintres. Il faudrait étudier un corpus plus important de représentations de peintres à travers les siècles pour juger de l’évolution de l’utilisation des layettes dans un contexte pictural.

  1. Richard Rouse, Mary Rouse, Post-mortem inventories as a source for the production of manuscript and printed books of hours, in Books of Hours reconsidered, ed. Sandra Hidman and James H. Marrow, 2013, p. 473. []
  2. Dictionnaire de Godefroy, au mot laiete pour le sens de tiroir, p. 700. []
  3. Victor Gay, Glossaire archéologique …, p. 212 au mot patron []
  4. Danièle Alexandre-Bidon, « Ampoules, flacons, verres, bouteilles et bocaux. Le verre dans l’apothicairerie, XIIIe-XVIe siècles », Colloque Fioles, fiasques et flacons, Rouen, 2013 []
  5. Documents du minutier central concernant les peintres, les sculpteurs et les graveurs au XVIIe siècle (1600-1650), Imprimerie nationale, 1969, p. 456 []
  6. Richard Rouse, Mary Rouse, op. cité, p. 473. []
  7. Jérôme Pichon (Baron), Georges Vicaire, Documents pour servir à l’histoire des libraires de Paris, 1895, p. 228. []
  8. Dictionnaire de Godefroy, au mot laiete pour le sens de tiroir, p. 700. []
  9. Jérôme Pichon (Baron), Georges Vicaire, Documents pour servir à l’histoire des libraires de Paris, 1895, p. 228. []
  10. Munich, Staatsbibliothek, Clm 10103 folio 26 []

De la chaise à bras du copiste au chevalet du peintre

En comparant notre corpus de copistes à celui des peintres médiévaux, il nous a semblé opportun de comparer deux chaises à bras de copistes avec deux chevalets de peintres. La ressemblance est frappante et l’on  peut deviner dans les premiers, l’origine des seconds. Ainsi, nous sommes en mesure de contempler via les enluminures, le cheminement des artisans du bois pour créer un nouveau type de chevalet. Celui considéré ici est à montants parallèles et ne ressemble pas au chevalet antique oriental.

La chaise à bras, dont la plus ancienne enluminure la représentant date du début du XIIe siècle, appartient à la sphère cistercienne1. Ainsi, c’est sous l’abbatiat d’Etienne Harding à Cîteaux que serait née la chaise à bras. On imagine que c’est pour l’usage d’écriture et d’enluminure de cet abbé qu’elle a été créée puisqu’il a écrit et a sans doute enluminé la Bible qui porte son nom2 . C’est saint Luc qui est assis dans la chaise à bras représentée dans cette Bible.

L’anglais Harding a pu s’inspirer de modèles en usage chez lui (?) et faire créer ce meuble pour ses propres travaux d’écriture et d’enluminure. Ce meuble pourrait donc être, dès l’origine, aussi bien destiné à l’écriture qu’à la peinture sur parchemin.

Saint Luc, Bible d’Etienne Harding, Abbaye de Cîteaux, 1109-1111, Dijon, BM 15 folio 68

Toujours en lien avec l’Angleterre, nous voyons quelques années plus tard, le moine Laurent représenté lui aussi dans une chaise à bras ; elle a la particularité d’avoir de très longs bras rendant presque impossible l’acte d’écriture. D’ailleurs pour rendre plausible la scène, le moine a un gros corps au regard du siège. Est-ce une manière malhabile de l’enlumineur ? Ou bien la longueur de ces bras correspond-elle à une réalité ? Nous sommes en droit de nous poser la question compte-tenu des images qui vont suivre.

Laurent, moine de Durham Durham, University Library, MS. V.III.1, milieu XIIe Cathédrale de Durham

Un autre exemple de bras longs se trouve cette fois-ci sur le continent, en Hainaut. Il s’agit d’une représentation de l’évangéliste Marc. Là, le corps du saint est dans une position inconfortable, les jambes de face et le haut du corps de trois-quart. Marc est assis non pas dans une chaise mais sur un banc-trône, comme c’est souvent le cas. Afin d’adapter de longs bras destinés jusqu’à lors à une chaise, un montant indépendant qui semble mobile, est utilisé pour maintenir le bras visible au premier plan. Cette image dont l’élément que nous venons de voir, est sans doute une composition d’un agencement de bribes d’une réalité insoupçonnable.

Saint Marc, Evangiles de Liesses, 1146, Hainaut, Avesne-sur-Herpe, Musée de la société archéologique

Déterminer avec précision les formes originelles d’un meuble n’est pas aisé. Grâce à la documentation rassemblée, nous pouvons cependant tenter de faire des rapprochements formels de différents meubles, ici la chaise à bras et le chevalet, telles que les images nous les montrent.

Le chevalet aux pieds verticaux parallèles mais  sans pied arrière nous a tout d’abord interpellé. En effet, nous sommes de nos jours, habitués à voir des chevalets à trois pieds. Comment serait-ce possible autrement ? Quelle stabilité aurait un chevalet à deux pieds ? Nous avons donc tout d’abord pensé à un oubli de l’enlumineur de dessiner ce troisième pied. Puis, en comparant nos corpus, nous avons émis l’hypothèse  que nous étions en présence des premiers chevalets. En effet, nous pouvons supposer que la forme archaïque du chevalet est sans troisième pied arrière. Notons que dans les deux exemples suivants,  les deux pieds ne reposent pas encore de manière flagrante, au sol. Ils sont associés au siège du peintre, un peu à la manière des chaises à bras mobiles des copistes. C’est sans doute ces dernières qui ont inspiré les ébénistes pour fabriquer des chevalets tels que nous pouvons l’entendre. Au XIIIe siècle, l’activité de peinture sur une chaise à bras est déjà dépeinte dans une enluminure allemande.

Peintre sur parchemin, Bible d’Hambourg, Bibliothèque royale du Danemark, GKS 4 2°, vol. III folio 208r

Pour revenir à l’origine du chevalet, une image de saint Luc le montre peignant la Vierge tandis que le meuble n’a que deux pieds. Ils semblent être attachés au banc où est assis le peintre mais aucune forme d’attache n’est représentée. Les pieds ne reposent pas au sol. Là encore, la position du peintre ne facilite pas le travail de la peinture car il doit lever et étirer le bras droit.

 

Saint Luc, XVe siècle, Lyon, BM ms 5995 folio 35r

Un autre saint Luc, antérieur au précédent, le montre assis sur un siège tandis qu’il peint sur un chevalet dont le montant visible repose dans le vide ou au sol. Le tableau est ici plus à portée de main du peintre, la Vierge semble d’ailleurs soutenir son portrait.

Saint Luc, Livre d’Heures, 1445, Bruxelles, Bibliothèque royale Albert Ier, Ms IV.1113  folio ?

L’idée que la chaise à bras,inventée au XIIe siècle, soit devenue un chevalet trois siècles plus tard est séduisante. Le fait qu’un meuble de copiste soit utilisé pour peindre n’est pas étranger au XVe siècle. En effet, deux représentations de saint Luc le montrent travaillant sur le mobilier de l’une ou  l’autre de ses activités. Ce saint est au coeur du problème car il est à la fois copiste et peintre. Ce n’est donc pas inapproprié , qu’il puisse peindre sur un pupitre et écrire sur un chevalet, comme le montrent les images ci-dessous.

 

Saint Luc, Rouen, 1420-1425, New York, Pierpont Morgan Library M 105 folio 35r
Saint Luc, Avignon 1485-1490, New York, Pierpont Morgan Library M 348 folio 29r

Il est aussi parfois amusant de voir saint Luc affairé à la peinture tandis qu’à côté, un pupitre est vide. C’est ce que l’on observe  au XVe et au début du XVIe siècle dans trois représentations.

Saint Luc, Heures de Courtanvaux, 1460-1464, Collection Thomas et Sabine Haythe, Charleston SC, folio 19
Saint Luc, Flandres, début XVIe siècle, Oxford, Bodleian Library, Douce 256 folio 15r
Saint Luc, Londres, début XVIe siècle, Londres, British Library, 1 E V folio 3r

A l’inverse, quand le saint copiste écrit, il peut avoir un chevalet avec le portrait de Marie à proximité, pour rappeler ses deux activités d’écriture et de peinture.

Saint Luc, Légende dorée, Maître de Jacques de Besançon, vers 1480, Paris, BnF français 245 folio 141r

Nous terminons avec le premier modèle complet du chevalet à deux pieds parallèles. Ici, il y a un pied arrière. L’enluminure se trouve dans un manuscrit peint par Jean Tavernier en 1458.  Les deux pieds parallèles dépassent en haut de la barre horizontale. Une autre barre horizontale est juste sous le tableau de la Vierge. On ne distingue pas les tenons. Une autre barre horizontale est un peu plus bas, venant consolider le chevalet car le tableau est massif (et donc lourd) si l’on en juge son encadrement. Il est de format quasiment carré, légèrement rectangulaire. Le troisième pied arrière part du milieu de la barre horizontale du haut. L’inclinaison du chevalet est importante.

Saint Luc peignant la vierge, Heures Tavernier, Jean le Tavernier, 1458, Bruxelles, Bibliothèque royale, ms. IV 1290 folio 18r

A titre de comparaison, nous publions ici deux images de chevalets antiques orientaux. Nous voyons bien les différences formelles. A l’époque romaine, au Ier siècle ap. J.C., le sarcophage de Panticapée représente un peintre utilisant sans doute la technique de la peinture à l’encaustique (à la cire). Le chevalet du peintre est figuré. C’est un trépied rejoint en haut par un système d’attaches. Sur les deux montants de devant, on voit déjà un système de réglage ou tout du moins de maintien du tableau. Panticapée était une cité grecque avant d’être romaine, et se situe dans l’actuelle Ukraine/Russie (en Crimée) sur la mer Noire, aux portes de l’Orient. Cette cité fut byzantine et l’autre image de ce type de chevalet est byzantine.

Musée de l’Ermitage à Saint-Pétersbourg

Au début de l’ère chrétienne, au VIe siècle (aux alentours de 515) à Byzance, le manuscrit dit « Dioscoride de Vienne » car il s’agit du livre De la matière médicale, propose une représentation de l’auteur entrain d’écrire son livre. Devant lui, se trouve une allégorie de la mandragore qu’un peintre représente sur une feuille fixée sur un panneau de bois lui-même posé à la verticale sur un chevalet. Celui-ci est de facture antiquisante puisque si on le compare au précédent, nous voyons le même trépied qui est uni au sommet. Ce livre luxueux a été réalisé pour la très pieuse princesse byzantine Anicia Juliana. Pour l’Occident médiéval, il faut attendre le XVe siècle pour voir un peintre utiliser un chevalet pour peindre. 

Vienne, Österreichische Nationalbibliothek, Cod. Med. Gr. 1, folio 5v

Ainsi, le chevalet à trois pieds, dont les deux montants principaux sont parallèles, tire sont origine et son parallélisme, des bras de la chaise du copiste. Il sera encore transformé à l’époque contemporaine en chevalet d’atelier en H. 

Pour citer cet article : Claudine Brunon, "De la chaise à bras du copiste au chevalet du peintre," publié dans Culture matérielle du copiste, enlumineur, peintre, 06/08/2019, https://cmcep.hypotheses.org/2581.
  1. Voir Jean Vezin, “Reconstitution d’un fauteuil de scribe à bras mobiles aux Musées d’Art et d’Histoire de la ville d’Auxerre (note d’information)”, Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 149e année, N. 2, 2005, p. 695, [en ligne] : https://www.persee.fr/doc/crai_0065-0536_2005_num_149_2_22888, consulté le 6 août 2019. Voir notre article sur le Blog Enluminure, La Chaise à bras, https://arhpee.typepad.com/enluminure/2018/09/la-chaise-a-bras.html []
  2. Voir Alessia Trivellone,Images et exégèse monastiquedans la Bible d’Étienne Harding”, L’exégèse monastique au Moyen Âge (XIe-XIVe siècle), Paris 2014, p. 86, note 6 et note 7 , [en ligne] : https://www.academia.edu/10069232/Images_et_ex%C3%A9g%C3%A8se_monastique_dans_la_Bible_d_%C3%89tienne_Harding, consulté le 6 août 2019. []