Archives de catégorie : couleurs

La Cuculle italienne

Nous tentons de faire la lumière sur un objet utilisé par le broyeur de couleur : la cuculle. L’auteur du Liber diversarum arcium (LDA) de Montpellier l’utilise à plusieurs reprises pour contenir des couleurs1. L’iconographie d’un saint Luc nous le montre aussi. Ces deux sources sont italiennes et datent du XIVe siècle pour la première et du XVe siècle pour la seconde. Associer ces deux sources pour établir avec un certain aplomb que l’on est en présence de cuculles tombait sous le sens. En effet, cucullus en latin, n’est pas seulement le capuchon des moines, il est aussi, d’après le Dictionnaire Gaffiot, une enveloppe de papier, un cornet d’après le poète romain Martial2. Et le Dictionnaire français-latin de Quicherat, donne le sens de papier roulé, toujours pour Martial3. Le papier n’étant pas encore introduit en Occident à l’époque romaine, le cornet devait être en papyrus ou en peau fine.

Ce sens nous est bien utile pour connaître la forme de cucullus. Ce cornet ou cette enveloppe de papier était encore utilisée au Moyen Âge dans le domaine de l’apothicairerie4. Avant de voir l’usage fait en peinture, attardons-nous d’abord à voir le cornet dans un contexte médical.

Continuer la lecture de La Cuculle italienne
  1. Mark Clarke, Mediaeval Painter’s Materials and Techniques : The Montpellier Liber Diversarum Arcium, London : Archetype Editions, 2011 []
  2. Dictionnaire Gaffiot  latin-français, 1934, [en ligne] : https://www.lexilogos.com/latin/gaffiot.php?q=cucullus []
  3. Dictionnaire latin-français de Quicherat, 1858, p.342, [en ligne] : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6489945v/f368.item.r=cornet []
  4. Nous remercions Perrine Mane de nous avoir donné accès aux images de cornets dans ce contexte []

Les Pezzettes de l’enlumineur

Les pezzettes sont des morceaux d’étoffe imbibées de colorants (le suc de plantes). Elles servent de réserve durant l’hiver au peintre de manuscrit. Les textes les décrivent assez bien. Nous avons édité et traduit plusieurs de ces recettes dans un petit livret1

Le colorant, ou plutôt les trois colorants issus d’une même plante (la Chrozophora tinctoria) que le latin appelle folium, sont les plus emblématiques de cette technique. En effet, le mot même folium, qui désigne soit du bleu, du rouge ou du pourpre, doit sans doute son nom au fait que l’on conservait la pezzette dans les pages d’un livre. L’autre nom de la Chrozophoria tinctoria dans les textes est tournesol (tourné vers le soleil). Une recette anglaise du XVe siècle utilise le mot tournesol pour signifier la technique des pezzettes. Même si ce n’est pas cette plante qui est pour autant utilisée. Son nom est vraiment la référence en matière de pezzette.

Plusieurs utilisations sont lisibles dans les traités techniques. Nous en avons dénombré cinq : investir le champier, fleurir les lettrines (tracer les filigranes) et les vêtures, ombrer un dessin réalisé au stylet d’argent ou à la mine de plomb, ombrer une couleur, faire des feuillages.

Dans notre étude, nous donnons les recettes de colorants extraits de :

  • fleurs d’iris
  • fleurs de violettes
  • fleurs de coquelicots
  • baies de sureau ou de mûres
  • myrtilles2.
  • baies de nerprun
  • chou
  • amarante.

En toute fin de livret, nous indiquons une recette type pour qui veut fabriquer ses pezzettes.

 

  1. Voir sur notre boutique en ligne La Source des Arts []
  2. L’auteur de la recette emploie un produit toxique []

Les Contenants en métal des copistes, enlumineurs et peintres médiévaux

Nous pouvons établir avec certitude l’utilisation de contenants en métal pour la fabrication des encres et des peintures des copistes, enlumineurs et peintres médiévaux. Voici notre premier recensement de recettes qui les utilisent aux XIe, XIIe, XIIIe-XIVe, et XIVe siècles.

Les métaux dans lesquels sont faits les contenants de fabrication (ou de détrempe) des encres, des pigments et des couleurs sont, avant le XIVe siècle : le fer, le cuivre, l’airain ; puis après le XIVe siècle : l’argent, l’étain, le bronze, le cuivre, dans les manuscrits pris en compte1.

Continuer la lecture de Les Contenants en métal des copistes, enlumineurs et peintres médiévaux
  1. La lecture d’autres textes amènerait peut-être à revoir cette répartition []

La Couleur Chair et le vase de cuivre ou de fer

La couleur chair se fait avec notamment, une céruse jaunâtre (jaune de plomb) ou une céruse verte (vert de plomb) que l’on fait chauffer dans un vase de cuivre ou de fer, in vas cupreum vel ferreum 1 . Au risque de nous éloigner de notre ligne éditoriale qui concerne la Culture Matérielle, nous voulons proposer dans cet article, les différentes teintes nécessaires à l’enluminure d’un visage et du corps humain. Etudier les contenants des couleurs, les pigments qu’ils contiennent prend plus de sens si on les replace dans le contexte de l’Histoire de l’art médiéval.

Continuer la lecture de La Couleur Chair et le vase de cuivre ou de fer
  1. Théophile, Prêtre et moine. Essai sur Divers arts, Livre I, chapitre 1, Comte de l’Escalopier, Paris, 1977, p.11 []

Une Recette d’azurite utilisée avec une plume

La recette d’azurite que nous nous proposons d’étudier est contenue dans deux traités du XIVe siècle. La couleur bleu est utilisée avec une plume. Avec cet outil, elle est généralement contenue dans un cornet 1 lorsqu’on écrit ou on trace des fils à la plume.

Continuer la lecture de Une Recette d’azurite utilisée avec une plume
  1. Voir Claudine Brunon, « Le Cornet à encre et à couleurs », Pecia. Le Livre et l’écrit, volume 19, 2016, Brepols, 2018, p. 125-156, [en ligne] sous licence, https://www.brepolsonline.net/doi/abs/10.1484/J.PECIA.5.114332 []