Archives de catégorie : Dorure

LA Boîte de Colle de poisson

Au Moyen Âge, il n’y a pas une, comme aujourd’hui, mais des colles de poissons. Dans les traités techniques, les poissons sont principalement utilisés pour produire l’ichtycolle et l’isinglass, entrant notamment, dans la composition d’assiettes à dorer. Ces animaux sont assez nombreux. Ils donnent leurs os (le brochet et le loup), leurs peaux (anguille, brochet, carpe, congre, “esox“), leurs vessies (anguille, “esox“, esturgeon, morrue) pour fabriquer les colles.

La différence entre ichtycolle et isinglass pourrait être, pour la première, une colle à base de vessies de poissons et l’autre à partir de peaux et d’os.

Les recettes d’assiettes à dorer nécessitant de la colle de poisson sont largement répandues dans les réceptaires. D’autres usages de cette colle ont cependant été relevés. Par exemple, on utilisait la colle de vessie de morue pour réparer et consolider le parchemin déchiré ou troué. Ces “coleures” sont bien décrites par Inès Villela-Petit1. La colle de “stockfish” (vessie de morue), était très utilisée à la fin du Moyen Âge, en particulier en Angleterre. En italie, dans le Libro dell’Arte (chapitre XXV) de Cennino Cennini, on trouve une recette d’application de la colle de poisson pour fabriquer un calque.

Conserver la colle de poisson dans une boîte

Tournons-nous vers l’apothicairerie pour voir comment on conservait la colle de poisson. La silène ou laie, laye au Moyen Âge, était une boîte d’apothicaire en bois (tilleul, buis, châtaignier) dont le dessus était peint. A l’hôpital Saint-Roch d’Issoudun, 31 d’entre elles furent données par l’un des apothicaires de l’établissement en 1646. Hautes de 20,5 cm, longues de 27,5 cm et larges de 20,5 cm, le graphisme apposé dessus avait une fonction : « Les dessins extérieurs rappellent l’origine, l’aspect ou les propriétés de la drogue. […] Sur la boîte qui contient de l’ichtyocolle est peint un poisson-scie appartenant à l’espèce des squales qui fournit la colle de poisson »2. Cette pratique était déjà en vogue à l’époque de François Rabelais (en 1534). Pour avoir une idée de ces silènes, le musée de l’apothicairerie de l’Hotel-Dieu-le-Comte à Troyes en conserve un certain nombre3 .

Cennino Cennini achetait la plupart de ses pigments déjà fait à l’apothicaire et il recommande de faire ainsi à ses lecteurs. Les pigments n’étaient pas les seules denrées à être achetées chez ce marchand. La colle qui servait de liant aux couleurs étaient diluée avant d’amalgamer le pigment. Au chapitre XVI de son livre, Cennini expliquait : Comment on obtient la teinte verte sur du papier à dessiner et comment on la détrempe : “[…] Détrempe ensuite ces éléments avec de la colle, diluée ainsi et de cette force. Prends un morceau de colle4 chez les apothicaires ; <mais> pas de la colle de poisson ; mets-la dans une petite marmite […] ”5.

Toujours à propos de la colle, Cennini la recommande au chapitre XXV : Seconde manière de faire du papier à décalquer avec de la colle : “Si tu veux faire ce papier à décalquer d’une autre manière, prends une pierre de marbre ou de porphyre, bien polie, puis de la colle de poisson et de la colle en morceaux que vendent les apothicaires. […]”6.


Les peintres devaient sans doute découvrir chez l’apothicaire, ces sortes de boîtes peintes de poisson lorsqu’ils achetaient leur ichtycolle, tout du moins à la Renaissance, si ce n’est au Moyen Âge.

Pour obtenir des fiches ou dossiers sur
La Dorure : assiettes à dorer (ingrédients d’origine animale et minérale), outils de doreur, feuilles métalliques, vernis ;
Les Poissons qui produisent des colles ;
Les Usages des colles et particulièrement des colles animales et des colles de poissons ;
contactez-moi et consultez mon site claudinebrunon.fr.

  1. Inès Villela-Petit, L’Atelier de Christine de Pizan, Paris, BnF, 2020, p. 57-60 []
  2. Bernard Fiévet, « Deux exemples de conditionnement pour conservation des drogues aux XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles : silènes et tiroirs », Revue d’histoire de la pharmacie, 1998, n° 318, 86è année, p. 155. []
  3. Voir https://www.lamesure.org/article-apothicairerie-de-l-hotel-dieu-le-comte-a-troyes-121847349.html []
  4. Lara Broecke pense que cette colle en morceau est celle du chapitre CIX (Lara Broecke, Cennino Cennini’s Il Libro dell’Arte. A new english translation and commentary with italian transcription, Londres, 2015, p. 38 note 7) : “Comment on fait la colle de chevrette et comment on la dilue et à quoi elle sert. Elle se fait de museaux de chevrette, des pieds, des nerfs et beaucoup de fragments de peaux”, Colette Déroche, Il Libro dell’Arte, Paris, 1991, p. 207. []
  5. Colette Déroche, op. cité, p. 59. []
  6. Colette Déroche, op. cité, p. 71. []

Le Carnet de feuilles d’or

Aujourd’hui, le carnet de feuilles d’or destiné à la dorure pour l’enluminure se présente de la manière suivante. Les feuilles d’or libres sont placées entre des feuilles de papier de soie fines de couleur rouge-orangée. La feuille d’or étant plus petite que la feuille de soie, ce qui laisse un bord tout autour de l’or. Ces feuilles de soie sont reliées entre elles sur un côté pour former un carnet. Ce carnet est contenu dans une pochette plastique épousant au plus juste la forme carrée du carnet de feuilles d’or. Les dimensions sont de 8 cm de côté.

Cette présentation qui alterne feuilles d’or et feuilles rouges remonte au moins au XIIe siècle en Allemagne. En effet, on les disposait ainsi en vue de l’amincissement de la feuille d’or (ou d’argent) et dont l’usage servait le peintre. On trouve encore cette technique relatée dans un manuscrit italien écrit en latin au XIVe siècle1 .

Au XIIe siècle, le moine Théophile décrit dans son traité Essai sur divers arts, la fabrication des feuilles d’or. Voici la traduction du chapitre 23 (Livre I) de Charles L’Escalopier :

De La Feuille d’or
Prenez du parchemin grec, qui se fait de coton de bois, et vous le frotterez de chaque coté avec du rouge qui s’obtient par la combustion de l’ocre [jaune], broyé fort menu et sec : vous le polirez très soigneusement avec une dent de castor, d’ours ou de sanglier, jusqu’à ce qu’il devienne glacé, et la couleur adhère par le frottement le poli. Coupez avec les ciseaux le parchemin en parties carrées, également longues et larges de quatre doigts. Puis, dans les mêmes dimensions, vous ferez avec du velin une espèce de bourse fortement cousue, et assez ample pour que vous puissiez y placer un nombre de morceaux de parchemin teint en rouge. Cela fait, prenez de l’or ou de l’argent pur, faites-le amincir au marteau, sur une enclume d’un poli si parfait qu’elle n’ait aucune fracture, et coupez-le par morceaux carrés, à la mesure de deux doigts. Vous mettrez dans la bourse un morceau de parchemin teint en rouge, et sur le milieu, un morceau d’or ou d’argent, et ainsi de suite du parchemin et de l’or ou de l’argent. Vous ferez de la sorte, jusqu’à ce que la bourse soit remplie ; et que l’or ou l’argent se trouve toujours au milieu. Prenez un marteau coulé d’auricalque, étroit près du manche et large dans son plat. Vous en battrez la bourse sur une grande pierre unie, non à grands coups, mais à coups modérés. Regardant souvent, vous examinerez si vous voulez rendre l’or ou l’argent tout à fait mince ou médiocrement épais. Mais, s’il s’étendait trop en s’amincissant, et débordait la bourse, vous le couperiez avec des ciseaux petites et légers, faits seulement pour cet usage. Telle est la manière de fabriquer la feuille d’or. Lorsque vous l’aurez amincie à votre gré, vous en couperez avec les ciseaux des morceaux de telle grandeur que vous voudrez, et vous en ornerez les auréoles autour des têtes d’images, les étoles, les bords des draperies et d’autres choses, comme il vous plaira2.

L’édition du Liber diversarum arcium (LDA) de Mark Clarke permet de préciser quelques points pour ce traité qu’il a traduit. Le parchemin grec est du papier, et se fait au XIVe siècle, avec des tissus de lin tandis qu’au XIIe siècle, il peut être fait de coton, comme nous venons de le voir mais aussi de laine et de lin3. Ensuite, le traité italien précise qu’il faut frotter avec l’ocre rouge sur les deux côtés de ce parchemin grec. L’une des dents utilisée est une dent de sanglier, Mark Clarke précise qu’il s’agit d’un sanglier sauvage tandis que L’Escalopier traduit simplement par sanglier, le terme latin étant apri que l’on peut traduire par sanglier ou porc sauvage. Ensuite, nous pouvons déterminer la taille de ce parchemin grec. Mark Clarke traduit la coupe du parchemin grec en quatre partie tandis que L’Escalopier traduit par carré, le terme latin étant per partes quadras. Donc, si on le coupe en quatre, il a la largeur de quatre doigts égaux. Mes quatre doigts font 7 cm de large donc si je multiplie par deux ça nous donne 14 cm sur 14 cm pour obtenir quatre carrés de 7 x 7 cm. Comme le traduit Mark Clarke, l’enclume est plate, ce qui est bien noté dans les deux manuscrits. L’or affiné est coupé en quatre comme le parchemin grec mais dans des dimensions deux fois plus petites, soit deux largeurs de doigts, ce qui fait pour moi 3,5 cm de côté.  Ce qui veut dire que la feuille amincie mesure 7 x 7 cm et donc que l’enclume doit être large en conséquence. Une fois coupée en quatre, on obtient un carré métallique de 3,5 cm de côté ; il est placé dans le cahier de parchemin grec.  Pour intercaler vingt feuilles métalliques il faut vingt-et-une feuilles de parchemin grec, pour vingt-quatre feuilles métalliques, il faut vingt-cinq feuilles de parchemin grec, … On place une première feuille de parchemin grec, puis la feuille métallique, puis la feuille de parchemin grec, puis la feuille d’or, … une feuille de parchemin grec supplémentaire fermant le carnet et dans une quantité multiple de quatre. Les deux types de feuilles sont des multiples de quatre, il y aura toujours des feuilles de parchemin grec “en trop”. L’or et l’argent doivent se trouver au milieu du parchemin grec de manière à ce qu’une fois aminci de nouveau, le métal s’étale de manière homogène jusqu’aux bords du papier rouge. La pierre sur laquelle on aplatie encore le métal mis dans la bourse (ou petit sac, marsupium en latin) est large est plate, super lapidem magnum et equalem. La nature de la pierre, nommée lapide, est la même que certaines pierres à broyer les couleurs du peintre. On utilise des petites forces, forpice, les ciseaux réservés à l’usage de couper les feuilles d’or amincies.

  1. Voir [§1.31.1] dans Mark Clarke, Mediaeval Painters’ Materials and Techniques. The Montpellier Liber diversarum arcium. London, 2011, p. 131 []
  2. Théophile. Prêtre et moine. Essai sur divers arts, publié par le Comte Charles de l’Escalopier. Paris, 1848, (ré-ed. 1977), p. 39-41 []
  3. De Petula auri, Londres, Harley 3915, Schedula diversarum artium (De diversis artibus, Theophili Monarchi, de Chemia, Medicis praeparationibus, Mineralibus, & plurimis raris inventionibus, libri 3 []