Archives de catégorie : Recettes

La Cuculle italienne

Nous tentons de faire la lumière sur un objet utilisé par le broyeur de couleur : la cuculle. L’auteur du Liber diversarum arcium (LDA) de Montpellier l’utilise à plusieurs reprises pour contenir des couleurs1. L’iconographie d’un saint Luc nous le montre aussi. Ces deux sources sont italiennes et datent du XIVe siècle pour la première et du XVe siècle pour la seconde. Associer ces deux sources pour établir avec un certain aplomb que l’on est en présence de cuculles tombait sous le sens. En effet, cucullus en latin, n’est pas seulement le capuchon des moines, il est aussi, d’après le Dictionnaire Gaffiot, une enveloppe de papier, un cornet d’après le poète romain Martial2. Et le Dictionnaire français-latin de Quicherat, donne le sens de papier roulé, toujours pour Martial3. Le papier n’étant pas encore introduit en Occident à l’époque romaine, le cornet devait être en papyrus ou en peau fine.

Ce sens nous est bien utile pour connaître la forme de cucullus. Ce cornet ou cette enveloppe de papier était encore utilisée au Moyen Âge dans le domaine de l’apothicairerie4. Avant de voir l’usage fait en peinture, attardons-nous d’abord à voir le cornet dans un contexte médical.

L’Iconographie des cuculles

C’est encore en Italie, que l’on trouve ces cornets d’apothicaires dans la première moitié du XVe siècle. Le livre d’Albucasis, Observations sur la nature et les propriétés de divers produits alimentaires et hygiéniques, sur des phénomènes météorologiques, sur divers actes de la vie humaine, etc. contient quatre représentations de ces cornets5. Ce sont généralement dans ces traités appelés Tacuinum sanitatis que l’on trouve des cuculles d’apothicaire.

Cornet d’ail (“aunlum”), BnF NAL f. 49v
Cornet de sucre candi (“candi”), BnF NAL f. 81v.
Cornet de sucre (“zucharum”) BnF NAL 1673 f. 81r
Cornet de câpres (“capari”), BnF NAL 1673 f. 39r

Nous remarquons sur la seconde et troisième image, que le cornet est fermé par un noeud en bas. Il faut donc que la matière dans laquelle il est fait soit assez souple, comme le sont le parchemin ou le tissu. En outre, nous observons également que leurs tailles sont différentes. Le cornet de câpres semble être tout petit et de faible contenance.

Voyons maintenant l’iconographie de cuculles de peintres. Tout d’abord, allons en Italie, avec cette représentation de saint Luc peinte par Bonifacio Bembo au XVe siècle, à Crémone, sur le mur de la chapelle Cavalcado de l’église de saint Augustin6. Le broyeur de couleurs a à sa disposition une pierre à broyer et au dessus d’un petit portique, des couleurs en godets et une coquille, ainsi qu’un pannum (filtre) et deux cuculles très reconnaissables.

Deux cuculles en tissu, outils du broyeur de couleurs, Saint Luc peint par Bonifacio Bembo, fresque, église de saint Augustin, Crémone, Italie, XVe siècle

Nous remarquons que les cuculles semblent être enroulées d’un lac. Nous pensons que la matière est du parchemin si l’on en juge le retour du haut de celle de droite, et la fin recourbée de celle de gauche sans doute nouée comme celles vues précédemment avec les apothicaires.

Une autre source iconographique, elle aussi du XVe siècle mais flamande, montre ce qui nous semble être des cuculles plutôt que des plumes d’oiseau ou des pinceaux. Ils ne sont généralement pas représentés de cette manière. Et pour ce qui est des plumes d’oiseau de copistes elles ne sont pas figurées ainsi. En revanche la couleur noire de l’ouverture laisse perplexe quant au contenu. On pourrait penser au pigment noir de fumée, que Cennini recommande de récupérer sur une feuille. Il s’agit d’un tableau de saint Luc dessinant la Vierge conservé désormais au Bowes museum en Angleterre. 

Cuculles (?), détail de saint Luc dessinant la Vierge, Deric Bouts, XVe siècle, The Bowes museum, Durham UK

Le Contenu des cuculles

Après avoir vu à quoi ressemblent ces cuculles, il est maintenant bon de découvrir leurs mentions dans les textes. Si nous ne disposions que de l’iconographie, nous appellerions cornets ces contenants. Mais à la lumière des recettes, nous pouvons les nommer autrement.

Le mot cucullus se retrouve employé dans une recette [§1.18.2] de préparation d’orpiment dans le LDA. La recette dit ceci, après avoir broyé l’orpiment dans un moulin à poivre : 

“Ensuite, mouds à l’eau sur le marbre et recueille dans une cuculle sans l’affaisser et ensuite jète l’eau et détrempe avec la glaire … / et postea in marmore aqua molendum et colige in cucula et sine sedere postea prohice aquam et cum claro distempera … ”

On ressent ici, dans la description de l’auteur, que la cuculle n’est pas rigide et qu’elle peut s’affaisser. Ce qui correspond à une matière un peu souple, éventuelle de la peau. Un parchemin risque d’être trop fin et trop souple, au regard de l’eau avec laquelle il est en contacte ici (voir le commentaire de cet article de Paul Werner).

Le chapitre suivant du réceptaire propose d’utiliser la cuculle avec un autre jaune. Il s’agit  d’infuser du safran dans de la glaire d’œuf le tout dans une cuculle [§1.19.1.B] :

“Mets [du safran] dans une cuculle, couche dessus la glaire propre et laisse jusqu’à ce que la glaire devienne bonne et jaune et si elle devient trop forte applique de l’eau / eius distemperacio talis est. Mitte illum in cucula desuper iace claram et mundam et dine donec clara efficiatur bene glauca et si nimis fortis esset adhibe aquam”.

Ici, le contenu est aussi liquide puisque c’est de la glaire d’oeuf (du blanc d’oeuf préparé) qui est mêlée au pigment végétal.

Cucullus est aussi décrit comme étant en alliage cuivreux, cuculla enea dans la recette [§1.16.14] du LDA. Le vert-de-gris y est conservé avec du safran. Nous retrouvons encore ici la cuculle associée à la couleur jaune. La cuculle métallique pourrait être une feuille mince d’alliage cuivreux suffisamment fine pour qu’on puisse la rouler et en faire un cornet. Cela est possible car on faisait de fines feuilles d’or, d’argent ou d’étain pour la dorure. 

Voilà donc tout ce que nous pouvons dire à propos de ces cornets en parchemin utilisés par les apothicaires et par les peintres. Le terme cuculle en français semble bien approprié.

Nous apprenons ici, que la cuculle du peintre pouvait être en métal ou bien dans une matière blanche, sans doute de la peau ou du cuir. Dans ce cas, elle pouvait être cintrée par un lacet ou un fil. Quant au contenu, nous avons vu dans le LDA que deux couleurs jaunes étaient spécifiquement utilisées avec ce contenant ; que ce soit le jaune orpiment, minéral ou le jaune de safran, végétal.

  1. Mark Clarke, Mediaeval Painter’s Materials and Techniques : The Montpellier Liber Diversarum Arcium, London : Archetype Editions, 2011 []
  2. Dictionnaire Gaffiot  latin-français, 1934, [en ligne] : https://www.lexilogos.com/latin/gaffiot.php?q=cucullus []
  3. Dictionnaire latin-français de Quicherat, 1858, p.342, [en ligne] : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6489945v/f368.item.r=cornet []
  4. Nous remercions Perrine Mane de nous avoir donné accès aux images de cornets dans ce contexte []
  5. Conservé à Paris, BnF NAL 1673, [en ligne] : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b105380445 []
  6. Nous remercions le professeur Marco Tenzi pour la transmission de cette image en haute définition []

Les Pezzettes de l’enlumineur

Les pezzettes sont des morceaux d’étoffe imbibées de colorants (le suc de plantes). Elles servent de réserve durant l’hiver au peintre de manuscrit. Les textes les décrivent assez bien. Nous avons édité et traduit plusieurs de ces recettes dans un petit livret1

Le colorant, ou plutôt les trois colorants issus d’une même plante (la Chrozophora tinctoria) que le latin appelle folium, sont les plus emblématiques de cette technique. En effet, le mot même folium, qui désigne soit du bleu, du rouge ou du pourpre, doit sans doute son nom au fait que l’on conservait la pezzette dans les pages d’un livre. L’autre nom de la Chrozophoria tinctoria dans les textes est tournesol (tourné vers le soleil). Une recette anglaise du XVe siècle utilise le mot tournesol pour signifier la technique des pezzettes. Même si ce n’est pas cette plante qui est pour autant utilisée. Son nom est vraiment la référence en matière de pezzette.

Plusieurs utilisations sont lisibles dans les traités techniques. Nous en avons dénombré cinq : investir le champier, fleurir les lettrines (tracer les filigranes) et les vêtures, ombrer un dessin réalisé au stylet d’argent ou à la mine de plomb, ombrer une couleur, faire des feuillages.

Dans notre étude, nous donnons les recettes de colorants extraits de :

  • fleurs d’iris
  • fleurs de violettes
  • fleurs de coquelicots
  • baies de sureau ou de mûres
  • myrtilles2.
  • baies de nerprun
  • chou
  • amarante.

En toute fin de livret, nous indiquons une recette type pour qui veut fabriquer ses pezzettes.

 

  1. Voir sur notre boutique en ligne La Source des Arts []
  2. L’auteur de la recette emploie un produit toxique []

Les Contenants en métal des copistes, enlumineurs et peintres médiévaux

Nous pouvons établir avec certitude l’utilisation de contenants en métal pour la fabrication des encres et des peintures des copistes, enlumineurs et peintres médiévaux. Voici notre premier recensement de recettes qui les utilisent aux XIe, XIIe, XIIIe-XIVe, et XIVe siècles.

Les métaux dans lesquels sont faits les contenants de fabrication (ou de détrempe) des encres, des pigments et des couleurs sont, avant le XIVe siècle : le fer, le cuivre, l’airain ; puis après le XIVe siècle : l’argent, l’étain, le bronze, le cuivre, dans les manuscrits pris en compte1.

Nous avons pu identifier plusieurs récipients en métal parmi les vases métalliques mentionnés par les auteurs : une coquille en fer (XIe siècle), une casserole en fer, une marmite en fer (XIIe siècle), une ampoule de cuivre très pur, un petit mortier fait d’un métal très dur (fin XIIIe-début XIVe siècle), un cornet d’argent, un cornet d’étain, une ampoule de cuivre très pur (XIVe siècle).

Les contenants en métal servent à fabriquer des encres d’or, d’étain (pour écrire et pour peindre), de vert de cuivre. Pour les pigments et couleurs : des vert-de-gris (dont le vert d’Espagne et des verts de cuivre), un vert végétal (dont la plante n’a pas été identifié), du bleu azur (fabriqué à partir du contenant en cuivre pur). Pour les couleurs : un bleu d’argent (que l’on fait sécher), un bon bleu azur (que l’on détrempe). Dans le cas du bleu d’argent, le contenant est un petit vase, vasculo, en argent car le bleu est fait à partir de lames d’argent. Il sert à faire sécher le pigment. L’auteur qui mentionne ce contenant, en utilise aussi un autre, en cuivre, pour une encre de vert-de-gris. Le petit vase est ici utilisé pour épaissir l’encre verte, éventuellement sur le feu. Il pourrait s’agir d’un encrier de copiste pour le vert et d’une sorte de godet en métal à l’usage du peintre pour le bleu.

Manuscrit du XIe siècle, conservé à Leiden, Bibliothek der Rijksuniversiteit, Voss. lat. quarto 54 folio 98v Contenant en métal
Recette de préparation de l’or pour
écrire
Entre autres récipients, une coquille en fer, inposito conculae ferreae

Manuscrit d’Heraclius daté du XIe siècle, New York, Eastman school of music, Ms 1, ACC. 149667 p. 50-55 Contenants en métal
Recette de fabrication d’une couleur verte Entre autres récipients, un vase de cuivre, vas cupreum (2 occurrences)
Recette d’encre verte (vert de cuivre) Un seul récipient mentionné : un vase d’airain, in vase aereo

Manuscrit Codex Matritensis, écrit en Catalogne au XIIe siècle et conservé à Madrid, Biblioteca nacional Ms A.16, ff. 199-203 Contenants en métal
Recette I de chrysographie Entre autres récipients, une casserole en fer, in caza ferrea (2 occurrences)
Recette VI de confection de l’or Un seul récipient mentionné : une marmite en fer, fac caccabellum ferreum

Manuscrit Compendium artis picturae daté du XIIe siècle et conservé à Bruxelles, bibliothèque Albert 1er, Ms 10152 ff. 24r-26v Contenant en métal
Recette de vert d’Espagne (vert-de-gris) Entre autres
récipients, un vase d’airain, in vase eris                     

Manuscrit De Coloribus faciendis daté de la fin du XIIIe-début XIVe siècle rédigé par Pierre de Saint-Omer, conservé dans le Recueil de Lebè- gue, Paris, BnF latin 6749 Contenants en métal
Recette §151 pour faire le vinaigre (pour faire du vert-de-gris) Sont mentionnés des bacins et des patelles, ut de bacinis vel patellis incisis, que l’on découpe pour faire des bandes de cuivre servant à la confection du vert-de-gris
Recette §157 pour faire du vert de cuivre pour écrire Entre autres récipients, un vase de cuivre ou d’airain, in vase aero vel cupro (2 occurrences)
Recette §160 pour faire un vert de cuivre Entre autres récipients, un vase d’airain ou de cuivre, in vaso aero vel cupro et un vase d’airain, in vase aereo
Recette §170 pour faire un bleu azur Entre autres récipients, une ampoule de cuivre très pur, ampullam purissimi cupri, couverte et scellée, et ita cooperi et sigilla            
Recette §185 pour faire de l’étain pour écrire ou pour peindre Entre autres récipients, un petit mortier fait d’un métal très dur comme celui dont on fait les cloches, qui sera fait spécialement pour cet-te oeuvre (cette recette) et fixé sur du bois, in mortariolo pone quod de metallo durissimo sit, quo scilicet campanae fiunt ad hoc opus parato ; il faut aussi un pilon, molam seu pistillam
Recette §201 pour faire un vert des normands avec une plante nommée gremispect Sont mentionnés deux récipients : un bacin et en remplacement, un vase de cuivre, in baccino vel cupreo vase

Manuscrit Liber de Coloribus illuminatorum siue pictorum daté du XIVe siècle et conservé à Londres, British Library, Sloane 1754 Contenants en métal
Chapitre 1 pour faire un bon azur Sont mentionnés deux cornets en métal ; l’auteur recommande celui en argent mais si on n’en a pas, on en prend un en étain, in cornu argenteo ; si non habeas argenteum, quere stagneum
Chapitre 1 pour faire du vert Sont mentionnés deux vases : un en bronze, l’autre, en remplacement, en cuivre, in vase eneo vel cuprino
Chapitre 4 pour faire un bleu azur Un seul récipient est mentionné, un petit vase en argent, in vasculo argenti
Chapitre 4 pour faire un bleuazur Entre autres autres récipients, une ampoule de cuivre très pur, ampullam de purrissimo cupro
Chapitre 6 pour faire une encre de vert-de-gris Un seul récipient mentionné, un vase de cuivre, in vase cupreo
Chapitre 15 pour détremper une encre vert-de-gris Entre autre récipient, un petit vase en cuivre, in vasculo cupreo
  1. La lecture d’autres textes amènerait peut-être à revoir cette répartition []

Les Recettes d’une Encre verte

L’encre verte dont nous faisons ici le focus, a ceci de particulier : elle nécessite l’utilisation d’un récipient en métal comme principal agent de fabrication. En effet, la matière du contenant, le cuivre (ou un alliage cuivreux), est directement mis en contact avec un acide. Généralement, les recettes du pigment vert-de-gris décrivent une oxydation des lames de cuivre avec les vapeurs de vinaigre, mais sans que ce dernier soit en contact avec le métal. Ici, c’est tout l’inverse, le vinaigre dans lequel on ajoute du miel, est déposé dans le récipient en cuivre.

Nous avons recensé ces recettes d’encre verte du XIe au XVe siècle. Elles sont sensiblement les mêmes, avec quelques variantes. Les voici …

Au XIe siècle, en Allemagne, le plus ancien manuscrit d’Heraclius conservé à Rochester (USA) propose au chapitre c.13a la première recette de notre encre verte1 . C’est l’idée de Daniel Thompson qu’elle apparaisse pour la première fois dans ce manuscrit2 .

C.13a : « Colorem viridem qui vult ad usum scribendi sibi facere, in vase aereo mel cum aceto valde mixtum aequo pondere infundat, ac deinde in sterquilinio ubi plus calet illud abscondat »3 .

Cette recette d’Heraclius est reprise de manière quasiment identique par Théophile (dans le manuscrit de Londres4, daté de 1150-1200 et écrit en Allemagne, publié par Robert Hendrie en 18475 ) :

Chapitre C : « Colorem viridem qui vult ad usum scribendi sibi facere, in vase ereo mel cum aceto valdè immuxtum aequo pondere infundat, ac deinde in sterquilinio, ubi calet plus, illud abscondat »6 .

Les deux seules différences sont visibles : « inmixtum / incorporé » (chez Theophile) à la place de « mixtum / amalgamé, mêlangé » (chez Heraclius) et « vase ereo » (chez Theophile) à la place de « vase aereo » (chez Heraclius) pour vase d’airain7.

Nous pouvons traduire ainsi ces recettes :

« Qui veut faire une couleur verte pour l’usage de l’écriture, verse du miel avec du vinaigre [en poids] égal, bien incorporé, dans un vase d’airain, puis dans un tas de fumier où il est le plus chaud, cache cela [le vase] ».

Notons ici que la recette §11 de l’exemplaire d’Heraclius recopié par Jean Lebègue (1431) est tout à fait différente. La voici :

§11 : « De viridi colore ad scribendum
Si quaeris viridi scriptura colore notari
Acri commissum melli miscebis acetum
Hinc valde calido vas ipsum contege fimo
Sic et bissenis hoc extrahe solibus actis »8 .

§11 : « De la couleur verte pour écrire.
Si tu cherches à te procurer l’écriture de couleur verte d’un clerc / Incorpore fortement le miel mélangé au vinaigre / Cache le vase lui-même couvert, dans du fumier très chaud / Après 12 jours passés, sors [le vase] ».

Ici, le vase métallique n’est pas mentionné. En revanche, il est dit que le vase est lui-même couvert, ce qui n’est pas toujours dit ailleurs. Mary Merrifield précise en note que la couleur produite, un vert-de-gris, est un acétate de cuivre.

Au XIIIe siècle, le De Coloribus faciendis de Pierre de Saint-Omer propose aussi une recette de notre encre verte.

§157 : « Item de viridi eris quo modofit pro scribendo. Colorem viridem qui vult ad suum usum scribendi facere mel cum aceto valde mixtum equo pondere infundat ac deinde in sterquilinio equorum ubi plus calet in vase cuprea vel aereo cooperto posi tum sepeliat. Postea bis senis diebus transactis illud recipiet de vase ipsum colorem radendo et ad solum siccet et reservet pro usu »9 .

§157 : De même un vert-de-gris, de la manière dont on le fait pour écrire. Qui veut faire pour son usage d’écriture une couleur verte, mélange bien du miel à du vinaigre en égale quantité de poids, verse ensuite dans un vase de cuivre ou d’airain couvert, dispose en enterrant dans un tas de fumier de cheval où il est le plus chaud. Après douze jours passés, retire du vase cette couleur en raclant et sèche au soleil et conserve pour l’usage [de l’écriture].

Aux XIIIe-XIVe siècle, le manuscrit d’Erfurt, propose notre recette d’encre verte.

§19 : « Item de viridi. Sic fit color viridis.
Accipe mel cum aceto mixtum, et pone in vase eneo equali pondere, ac deinde in sterquilinio sive fimo, ubi plus calet, absconde ; et xii diebus tansactis, inde recipe »10 .

§19 : De même du vert. Ainsi se faire la couleur verte.
Prends du miel mêlé à du vinaigre en poids égal et mets dans un vase de cuivre [ou de bronze], et alors cache dans un tas de fumier ou dans des fientes, là où c’est le plus chaud ; et douze jours passés, et retire [ce vase].

Le manuscrit dit Sloane 1754 daté du XIVe siècle.

Ch. VI : « Item de viridi. Colorem viridem qui uult ad usum facere scribendi, in uase cupreo mel cum aceto ualde mixtum equo pondere infundat, ac inde in sterquilinio equorum, ubi plus ualet, illud abscondat, et bis senis diebus transactis illud recipiat »11 .

Ch. VI : “Qui veut faire une couleur verte pour l’usage de l’écriture, verse dans un vase de cuivre du miel avec du vinaigre bien mélangé, et ensuite, le cache dans un tas de fumier de cheval là où il est le plus chaud, et douze jours passés, il retire [ce vase]”.

Thompson précise bien que l’usage de la chaleur générée par la fermentation du fumier pour maintenir une température modérée et stable était une ressource courante de l’artisan médiéval.

Toujours au XIVe siècle, mais en Italie, la recette §1.16.23 du Liber diversarum arcium propose une autre version de notre recette.

§1.16.23 : « Distemperacio. Viridem colorem ad scribendum si vis temperare vas eneum vel cupreum vel vitreum accipe et ponatur intus viridis deistemperatus cum melle et aceto equo pondere et in sterquilino ponatur per duas septimanas poste tollatur et de lucido qui supernatat scribatur et fecis abiciantur »12 .

§1.16.23 : “Détrempe. Si tu veux tempérer la couleur verte pour écrire, prends un vase de bronze ou de cuivre ou de verre, et mets dedans le vert tempéré avec du miel et du vinaigre de poids égal et mets dans un tas de fumier pendant deux semaines, après enlève et écris avec le [liquide] clair qui surnage et la lie est jetée”.

Nous avons vu, à travers ces huit recettes, les variantes des auteurs. Parfois il est précisé de couvrir le récipient, parfois il est dit de prendre du miel et du vinaigre à poids égal, et dans la dernière recette, d’écrire avec le liquide clair qui surnage. L’écriture verte produite est celle qu’utilisent les clercs.

  1. John Richards, “A New Manuscript of Heraclius”, Speculum, 1940, Vol.15, N°3, p. 266 []
  2. Daniel Thompson, “De Coloribus, naturalia excripta et collecta, from Erfurt, Stadtbücherei, Ms. Amplonius Quarto 189 (XIII-XIV Century)”, Technical Studies in the Field of Fine Arts, III, 1935, p. 135 []
  3. John Richards, “A New Manuscript of Heraclius”, Speculum, 1940, Vol.15, N°3, p. 266 []
  4. British Library, Harley 3915 ff.2r-109v, [en ligne] : http://www.bl.uk/manuscripts/FullDisplay.aspx?ref=Harley_MS_3915, consulté le 30 juin 2018 []
  5. Robert Hendrie, An Essay upon Varius Arts, Londres, 1847, Chapitre C, p. 396 [en ligne] : https://archive.org/details/anessayuponvari00theogoog , consulté le 30 juin 2018 []
  6. Robert Hendrie, An Essay upon Varius Arts, Londres, 1847, Chapitre C, p. 396 [en ligne] : https://archive.org/details/anessayuponvari00theogoog , consulté le 30 juin 2018 []
  7. Un alliage cuivreux : du bronze ou du laiton []
  8. Mary Merrifield, Original treatises on painting…, 1849, p. 195 []
  9. Ibid, p. 127 []
  10. Daniel Thompson, op.cité, 1935, p. 135 []
  11. Daniel Thompson, “Liber de Coloribus illuminatorum Sive Pictorum from Sloane N°1754”, Speculum, 1926, Vol.1, p. 295-296 []
  12. Mark Clarke, Mediaeval Painters’ Materials and Techniques. The Montpellier Liber Diversarum Arcium, Londres, 2011, p. 258 []