Archives de catégorie : Encre

La bougie : outil du copiste et du peintre pour fabriquer un pigment

Les copistes et les peintres utilisaient au Moyen Âge plusieurs pigments. J’ai commencé à les étudier et à vous les présenter sur ce Carnet. Je vous renvoie au Billet que j’ai écrit “Une Palette médiévale de couleurs noires”. Je m’intéresse aujourd’hui au noir de lampe. L’appellation générique doit être précisée. En effet, le noir de lampe est le nom qui désigne l’outil avec lequel on fait du noir de fumée. Ce pigment est encore vendu dans le commerce au rayon Beaux-arts.

Je vais vous présenter ici le noir de chandelle. Pour rappel, voici les noms des couleurs qui sont produites avec cet outil de cire :

  • Atrament comme dit Lebègue dans sa Table des synonymes au XVe siècle :

Atrament” est une couleur noire avec laquelle on écrit, autrement appelée “incaustum” et voir à (l’article de la Table …) “incausto” ; et à partir de cela, c’est aussi utilisé pour peindre, tant que c’est fait à partir de la suie, d’une chandelle ardente ou d’une lampe ou d’un charbon tendre de bois ou de vigne.

  • Fumée comme dit plus loin Lebègue dans sa Table des synonymes :

Fumus” (la fumée) est une couleur noire, si, lorsqu’elle sort du feu d’une chandelle de suif ou de cire, ou de la lumière d’une lampe, on la recueille ; elle est autrement nommée “fuscus” et autrement “fuligo“.

On a donc ici un usage de la peinture qui est relatée à l’entrée Atrament de la Table de Lebègue dans les Libri colorum. Ceci semble relever d’une pratique si l’on tient compte du fait que le compilateur a copié des recettes qui ont été transmises par des artistes. Pour le noir de chandelle nommé atrament, il est écrit que pour peindre en noir, on utilise de la suie. Tandis que pour le noir de chandelle nommé fumée, il est écrit que la fumée sort du feu de celle-ci. Il y a des subtilités à découvrir.

Ce qui est intéressant est la distinction de plusieurs outils : la chandelle allumée, la chandelle de suif, la chandelle de cire et une lampe. Nous sommes d’accord que ce sont bien des objets différents qui méritent une attention particulière. La chandelle est faite de cire animale provenant de l’élevage d’abeilles, la chandelle de suif est faite à partir de graisse animale comme le mouton 1 et la lampe contient de l’huile végétale (huile de lin ou huile de chanvre, de colza ou huile d’olive). Comme les savants du Moyen Âge distinguaient bien dans leurs encyclopédies tous les règnes : minéraux, végétaux et animaux, il est pas anodin que les artistes distinguaient aussi les animaux des plantes en notant l’usage qu’il faisait des objets fabriqués avec des êtres vivants et respirants (plantes).

Notons aussi que vers 1300, dans le Secretum philosphorum, une recette d’encre noire est donnée et comme étant fabriquée avec de la fumée de chandelle :

§I.9.b Recipe nigrum faciendum de carbone vitis sive de fumo candele et distempera cum albumine ovi clarificato id est Glayr, et scribe cum eo.

§1.9.b Prends du noir fait de charbon de vigne ou de la fumée de chandelle et détrempe avec l’albumine d’oeuf clarifié qui est la glaire et écris avec.


Encre et couleur à peindre noires étaient faites en utilisant une chandelle. Il y a 3 types de chandelles mentionnées dans les recettes :

  • la chandelle de cire pure
  • la chandelle de suif
  • la chandelle de cire dans laquelle on a ajouté dedans de l’encens ou de la résine dont la cire des cordonniers est faite2.

Godefroy dans son Dictionnaire (Complément) donne la définition de la chandelle : “petit flambeau de suif, de cire ou de résine”.

Les marchands de chandelles étaient regroupés en confrérie. Les marchandises vendues par le craissier (graissier) sont : marchand de graisse, d’huile, de chandelles3. Par exemple, à Douai, où il y avait des craissiers en 1436-7, deux noms  nous sont restés : l’un de femme : Catherine le Flamenghe et l’autre, un homme, Jacquemard le Grumelier. Ils étaient marchands de chandelles mais rien ne dit qu’ils les fabriquaient, ils les importaient peut être. La Picardie est un pays où les mentions de craissiers sont étudiées dans des sources du Nord au détriment de celles du Sud et du Sud-Ouest de la France. Les mentions de craissiers du nord sont plus nombreuses. Il me reste à rechercher les mentions de craissiers dans le sud de la France et de l’Europe. Ainsi que l’éventuel commerce de cire depuis l’Algérie médiévale vers l’Europe car c’était un pays qui a une ville dont le nom a donné le mot bougie.

Il existe aussi des qualités de cire relatives aux chandelles. Ainsi, on disait chandelle de bougie (dès 1316, Godefroy), la bougie étant alors synonyme de cire. Il est à noter que le Dictionnaire historique de la langue française donne la définition suivante de la bougie :

“Bougie, n. f. est l’emploi comme nom commun (1300) de Bougie, nom d’une ville d’Algérie (en arabe Bugaya) qui fournissait au Moyen Âge de grandes quantités de cire pour la fabrication des chandelles.
Le mot a désigné la cire fine de bougie dont on faisait des chandelles, des cierges. […] il a pris un sens moderne (1493), sans se confondre avec cierge (spécialisé dans l’usage religieux) ni avec chandelle. […] bougie désignait le mode d’éclairage aristocratique et royal à la cire fine et non au suif”.
Quant au bougeoir nous dit Rey, il renvoie au rôle de “porte-bougie” que le roi faisait tenir à l’un de ses courtisans à son coucher.
En 1577, le roi Henri III possède un bougeoir, c’est le mot employé dans l’Inventaire de Saint Hilaire de Poitiers. Ce boujouer où l’on met les bougies sert la chapelle.

Susie Nash qui a étudié la comptabilité des ducs de Bourgogne à la fin du XIVe siècle a étudié le matériel des peintres utilisés sur les chantiers ducaux. Ainsi, une dizaine de chandelles de bougie sont utilisées par Malouel, peintre officiel et valet de chambre du duc Philippe II le Hardi de Bourgogne (Malouel fut précédemment au service de la reine Isabeau de Bavière) , pour travailler de nuit achetées à Perrenot Berbisey le 01.04.1399. Elle coûte 60 deniers pièce4.  Toujours pour Jean Malouel travaillant à la Grande Croix, une ystoire sur le portail du parloir et d’autres images du portail du parloir et autres choses, quatre chandelles de bougie aussi pour travailler la nuit achetées au même, le 24.08.1402 pour le même prix que les autres56

La future nécropole des ducs de Valois, est doté d’un scriptorium et d’une bibliothèque pour les moines chartreux. Il semblerait que le principal enlumineur qui était aussi écrivain de forme fut Jean du Moulin, un clerc actif à Dijon et à Champmol pendant 10 ans jusqu’en 1398. Parmi le matériel de copie et d’enluminure, se trouvent des chandelles pour travailler de nuit. Etaient-ce des chandelles de cire ?
On notera la présence sur le même chantier d’un peintre sur bois, Jean Malouel et de plusieurs enlumineurs dont Jean du Moulin. Peintres et enlumineurs-écrivains pouvaient se côtoyer, ce qui est je pense bien connu des historiens de l’art. Il est à souligner ici le travail de nuit de ces artistes. A n’en point douter, la chandelle servait aussi à fabriquer un pigment.


J’ai utilisé une chandelle de cire pure fabriquée par des artisans suisse de la Reconstitution historique que j’ai rencontré brièvement lorsque j’étais au château de Chillon pour une prestation. Je me suis inspirée d’une représentation de saint Luc, à la fois copiste-évangéliste et peintre dans une petite pièce attenante. On voit ici ce que pouvait être la demeure d’un prince qui employait un écrivain et un peintre à demeure. Cette image est unique à ma connaissance mais en cherchant bien on en trouvera peut-être une ou deux autres.

Dame Chlodyne et Saint Luc, évangéliste enluminé par Simon Bening (Flemish, 1483-1561). St. Luke Writing in Crown, 1521. Painting on parchment, 5 3_16 x 3 11_16 in. (13.2 x 9.3 cm). Brooklyn Museum, Bequest of A. Augustus Healy, 11.504 (Photo- Brooklyn Museum)

Le copiste sous les traits de saint Luc peint au début du XVIe siècle tient une bougie pour écrire alors qu’il fait jour. L’obscurité des pièces fait qu’il a besoin d’un éclairage. Cela veut dire, tout du moins à cette époque, que l’artisan du livre pouvait avoir jour et nuit à disposition une chandelle éclairée et qu’il lui était alors facile de fabriquer ce pigment s’il en avait besoin.

J’ai essayé de reconstituer les conditions de travail du copiste lors d’un festival à la cité médiévale de Pérouges dans l’Ain. Et écrire avec les deux mains prises est tout à fait possible. Généralement, c’est un canivet qui est tenu de la main droite. Mais là, ce n’est pas le cas. L’écriture du texte, soit la calligraphie, est un travail qui demande de voir ce que l’on écrit. D’où l’usage d’un moyen d’éclairage.

Usage possible : poncif : technique de dessin au poncif qui consiste à saupoudré un dessin sur parchemin ou papier piqué de trous par une aiguille ou un poinçon avec du noir de fumée. Les points sont ensuite reliés à main levée par le dessinateur. Voir mon site claudinebrunon.com.

Si cet article vous a plu, je vous propose un approfondissement sur ce sujet avec d’autres recettes et d’autres images. Contactez-moi sur chlodyne.brunon@gmail.com. J’aimerai aussi développer la technique de récolte de la cire médiévale et la fabrication, à partir de celle-ci, de chandelles. Je suis à l’écoute de toute information allant dans ce sens. Vous pouvez laisser un commentaire. Je vous lirais attentivement.

  1. Il y a une recette en anglais dont le manuscrit est daté du XVe siècle et qui propose de fabriquer de la cire fine avec de la cire de pollen, du suif de mouton et de la farine de haricots. Voir [§97] dans Mark Clarke, The crafte of lymmyng and The maner of steynyng: Middle English recipes for painters, stainers, scribes, and illuminators, Oxford University Press (2016), p. 180,
    Early English Text Society O.S. 347 []
  2. La résine pouvait être de la colophane. Ces techniques de noir de chandelle ainsi faites sont relatées dans la littérature technique anglaise []
  3. Saussus, L., Lier par le métier. Les professionnels du métal à Douai à la fin du Moyen Age, p. 276 []
  4. Susie Nash, « ‘Pour couleurs et autres choses prise de lui …’ : The Supply, Acquisition, Cost and Employment of Painters’ Materials at the Burgundian Court, c.1375-149 », dans Trade in Artists’ Materials. Market and Commerce in Europe to 1700, Jo Kirby, Susie Nash et Joanna Cannon (éd.), 2010, London :Archetype, n°53 tableau 1, p. 120 []
  5. Ibid []
  6. Jean Malouel travaille au chantier de la Chartreuse de Champmol en Bourgogne. À partir de 1398, il peint cinq retables destinés à la chapelle de la chartreuse, mesurant chacun 1,5 mètre sur plus de 2 m de large, ce qui lui demande plus de trois années de travail. Il réalise aussi la polychromie de plusieurs œuvres sculptées destinées au couvent. Le peintre, qui réside à Dijon pendant toute cette période, travaille aussi quotidiennement à la réalisation de décors pour le duc et sa famille. Par exemple, en 1401, il est payé avec Melchior Broederlam et Hugo de Boulogne pour la décoration des armures du duc et de son fils Antoine de Brabant, destinées au tournoi organisé pour le mariage de ce dernier à Arras. Il joue aussi le rôle de contrôleur des travaux des autres artistes du duc : il se rend ainsi dans les ateliers de Jacques de Baerze à Termonde en Flandre puis dans celui de Melchior Broederlam à Ypres pour vérifier la bonne réalisation de retables destinés à la chartreuse de Champmol. []

Une Palette médiévale de couleurs noires

Les couleurs noires ou leurs matières sont relativement bien connues. Nous nous proposons de démarrer cette étude par la Table des synonymes de Jean Lebègue contenue dans sa compilation les Libri colorum. Lebègue énumère et définit un certain nombre de couleurs noires de manière très précise. Nous apprenons ainsi les noms réels des teintes et on devine des nuances subtiles de ces dernières ; et de manière brève, à partir de quoi elles sont faites. La définition latine est donnée en premier, puis vient sa traduction en français moderne.

Nigri colores

“Nigri colores seu materie eorum sunt et nominantur ut et in hac tabula reperies in locis suis attramentum incaustum fuligo carbo lapis niger fuscus fumus sanctonicus”1.

Les couleurs noires ou leurs matières sont et sont nommées de telle sorte que dans cette table tu les trouveras à leurs places respectives : “atramentum“, “incaustum“, “fuligo“, “carbo” (charbon), “lapis niger” (pierre noire), “fuscus“, “fumus” (fumée), “sanctonicus2.

Atramentum

“Attramentum est color niger quo scribitur aliter incaustum dicitur et vide in incausto et de ipso quoque utitur pingendo dum fit de fuligine ardentis candele vel lampadis vel carbone mollis ligni vel vitis”3.

Atrament” est une couleur noire avec laquelle on écrit, autrement appelée “incaustum” et voir à (l’article de la Table …) “incausto” ; et à partir de cela, c’est aussi utilisé pour peindre, tant que c’est fait à partir de la suie, d’une chandelle ardente ou d’une lampe ou d’un charbon tendre de bois ou de vigne.

Atramentum” est bien connu pour être une encre noire avec laquelle on écrit mais il est bon aussi de savoir que ce mot désigne d’autres noirs qui eux sont utilisés pour la peinture. Ainsi, on peut peindre avec de l’atrament. Mais ce terme ne désigne alors plus dans ce cas, l’encre noire mais une peinture.

Incaustum

“Incaustum est color quo scribitur aliter attramentum dictum vide in attramento id est factum ex decoctione gallarum fractarum (noix de galle concassées) et vitriolo (sulfate de fer = vitriol) et gummi Arabico aut ex decoctione mirce (voir mirca ci dessous) que vulgariter genestra (= genêt) dicitur et dictis vitriolo et gummi Arabico et decoctio etiam corticis hoene ligni aut ceresi ligni posset convenire nec non cortex secundus nigri pruni arboris ad hoc per decoctionem adaptaretur cum addicione suprascriptorum vitrioli et gummi Arabici”4.

« Incaustum » est une couleur avec laquelle on écrit, autrement appelée « atramentum », voir à (l’article de la Table …) “attramento” ; c’est fait à partir d’une décoction de noix de galles concassées et de vitriol et de gomme arabique, ou à partir d’une décoction de « mirca » que l’on appelle vulgairement « genestra » (genêt) et des dits vitriol et gomme arabique, et une décoction d’écorce de bois de hoen (aulne ?) ou de bois de cerisier peut aussi convenir, ou encore la deuxième écorce d’un arbre prunier noir est adaptée pour cette décoction, avec addition du vitriol et de la gomme arabique susmentionnés.

La couleur noire avec laquelle on écrit est l'”incaustum“. Elle est faite de diverses décoctions.

Fuligo

Fuligo” est une couleur noire faite à partir d’un feu de cheminée ou d’une lumière de chandelle ou de lampe. Dans tous les cas, ce sont des flammes qui produisent ce noir. Notons l’environnement de ces flammes : un élément d’architecture (la cheminée) ou un objet de la vie quotidienne pour notamment veiller la nuit (la chandelle et la lampe). La première fournit en plus de l’éclairage, du chauffage collectif. Les flammes sont alors nombreuses tandis que pour les secondes, il s’agit d’une seule petite flamme, individuelle.

“Fuligo est color niger vel quasi niger ad croceum tendens et veniens a camino ignis aliter dicta caligo et est etiam fumus candele et lampadis nigerrimus recollectus ad scutellam vel aliud vas ferreum vel cupreum vel terreum”5.

Fuligo” est une couleur noire ou presque noire tirant sur le jaune et venant d’une cheminée où il y a eu du feu, autrement dite “caligo“, et c’est aussi une fumée de chandelle ou de lampe, très noire et recueillie dans une écuelle ou un autre récipient de fer, de cuivre ou de terre.

Caligo

Interrogeons maintenant la Table … de Lebègue pour savoir ce qu’est “caligo“. Cette couleur est mentionnée parmi les couleurs jaunes.

“Caligo est color videlicet materia illa crocea obscura quam fumus ignis generat sub caminatis sub quibus continue fit ignis decoquendo fercula”6.

Caligo” est une couleur, c’est-à-dire cette matière jaune obscure (suie) que la fumée du feu engendre sous les cheminées sous lesquelles se fait un feu continu quand on cuit un mets.

Carbo

“Carbo est color niger factus de lignis mollibus ustis ut salix populus vitis et similia”7.

Carbo” (charbon) est une couleur noire faite de bois tendres brûlés, comme du saule, du peuplier, de la vigne, et semblables.

Lapis niger

“Lapis niger est de quo si satis mollis sit utuntur pictores et carpentarii protrahendo ad siccum et de ipso pingitur terendo ad liquidum aliter terra nigra dicitur”8.

“Lapis niger” (pierre noire)9 est un ingrédient que, si elle est assez tendre, les peintres et les charpentiers utilisent pour dessiner à sec ; et on l’utilise pour peindre après l’avoir broyée avec un liquide ; on l’appelle autrement « terre noire ».

Fuscus

“Fuscus est color niger, ex carbone, vel ex fumo lampadis aut candele ardentis factus, et aliter dicitur fuligo, dicitur aliter fuscus sanctonicus dicitur”10.

Fuscus” est une couleur noire, faite à partir de charbon, ou de la fumée d’une lampe ou d’une chandelle ardente, et on l’on dit aussi “fuligo“, ou dite encore “fuscus sanctonicus“.

Fumus

“Fumus est color niger si cum ab igne candele sepi vel cere vel a lampadis lumine exit colligatur qui aliter fuscus et aliter fuligo nominatur”11.

Fumus” (la fumée) est une couleur noire, si, lorsqu’elle sort du feu d’une chandelle de suif ou de cire, ou de la lumière d’une lampe, on la recueille ; elle est autrement nommée “fuscus” et autrement “fuligo“.

Sanctonicus

“Sanctonicus color aliter fuscus dicitur qui color niger est”12.

Sanctonicus” est une couleur autrement dite “fuscus” qui est une couleur noire.

Couleurs / MatièresEncre noireCouleur pour dessinerCouleur pour peindre
Atramentum
Couleur noire avec laquelle on écrit
Atramentum” est appelé “incaustum– “Fuligo
– Chandelle ardente et lampe
– Charbon mou de bois ou de vigne
Incaustum
Couleur avec laquelle on écrit
Décoctions :
– de noix de galles (+ sulfate de fer, + gomme arabique)
– de “mirca” (genêt) (+ sulfate de fer, + gomme arabique)
– d’écorce de bois de hoen (aulne ?) (+ sulfate de fer, + gomme arabique)
– d’écorce de bois de cerisier (+ sulfate de fer, + gomme arabique)
– deuxième écorce de bois de prunier noir (+ sulfate de fer, + gomme arabique)
Fuligo
Couleur noire ou presque noire tirant sur le jaune
(voir “caligo“)
Bistre
Une couleur noire ou presque noire tirant sur le jaune et venant d’une cheminée où il y a eu du feu
Fumée très noire recueillie dans une écuelle ou un autre récipient en fer, en cuivre ou en terre d’une chandelle ou d’une lampe
Caligo
Couleur, c’est-à-dire matière (la suie) jaune obscure que la fumée du feu engendre
(voir “fuligo“)
Bistre
Une couleur noire ou presque noire tirant sur le jaune et venant d’une cheminée où il y a eu du feu
Lapis niger
Pierre noire (ou terre noire)
La pierre noire est utilisée par les peintres pour dessiner à secLa pierre noire est utilisée pour peindre lorsqu’on la broie avec un liquide
Fuscus
Couleur noire
(voir “fuligo” et “fuscus sanctonicus“)
Nom porté par des matériaux carbonisés :
– le carbone (ou charbon)
– la fumée d’une lampe
– la fumée d’une chandelle ardente
Fumus
Couleur noire
(voir “fuscus” et “fuligo“)
La fumée sort du feu de :
– une chandelle de suif ou de cire
– de la lumière d’une lampe
Carbo
Couleur noire
Fusain
Bois tendres brûlés :
– le saule
– le peuplier
– la vigne
Bois tendres brûlés :
– le saule
– le peuplier
– la vigne
Usages de quelques couleurs noires

Pour obtenir des fiches ou dossiers sur :
les pigments historiques des enlumineurs, qu’ils soient d’origine minérale, végétale ou animale ou bien encore artificiels,
les liants faits à partis de gommes d’arbres, de colles animales, ou d’oeuf,
contactez-moi et consultez mon site claudinebrunon.fr.

  1. Jean Lebègue, Libri colorum, 1431 (Paris, BnF latin 6741), édité par M. Merrifield, Original Treatises Dating from XIIth to XVIIIth Centuries … 1849 (reprint 1999), p. 32. []
  2. Traduction de Madame Nadia Pla, agrégée de lettres classiques et doctorante en histoire médiévale. Toutes les traductions suivantes sont le travail de la même autrice []
  3. Jean Lebègue, Libri colorum, 1431 (Paris, BnF latin 6741), édité par M. Merrifield, op. cité, p. 19. []
  4. Jean Lebègue, Libri colorum, 1431 (Paris, BnF latin 6741), édité par M. Merrifield, op. cité, p. 30. []
  5. Jean Lebègue, Libri colorum, 1431 (Paris, BnF latin 6741), édité par M. Merrifield, op. cité, p. 27. []
  6. Jean Lebègue, Table …, édité par M. Merrifield, op. cité, p. 24. []
  7. Jean Lebègue, Libri colorum, 1431 (Paris, BnF latin 6741), édité par M. Merrifield, op. cité, p. 25. []
  8. Jean Lebègue, Libri colorum, 1431 (Paris, BnF latin 6741), édité par M. Merrifield, op. cité, p. 30. []
  9. Une qualité de pierre noire est appelée ampélite et est utilisée à la Renaissance []
  10. Jean Lebègue, Libri colorum, 1431 (Paris, BnF latin 6741), édité par M. Merrifield, op. cité, p. 26-27 []
  11. Jean Lebègue, Libri colorum, 1431, Paris, BnF latin 6741), édité par M. Merrifield, op. cité, p. 27 []
  12. Jean Lebègue, Libri colorum, 1431 (Paris, BnF latin 6741), édité par M. Merrifield, op. cité, p. 36. []

Des Références de manuscrits sur les encres de couleurs médiévales

Voilà déjà une vingtaine d’années que le livre de Mark Clarke
The Art of All Colours: Mediaeval Recipe Books for Painters and Illuminators
London: Archetype Publications Ltd (2001)
(TAOAC) a paru. Il recense bon nombre de manuscrits qui contiennent des recettes de couleurs et d’encres ainsi qu’une riche bibliographie de mentions et d’éditions de ces textes. Nous complétons avec le Trial index … de Daniel Thompson1.

Voici la petite liste de manuscrits qui contiennent des recettes d’encres de couleurs2. Nous avons recensé quelques manuscrits datés des XIIIe, XIVe et XVe siècle.

XIIIe siècle

Des Encres vertes

On consultera ces manuscrits pour savoir comment on faisait une encre verte :

  • Londres, British Library, Ms. Cotton Julius D.V (TAOAC #1460, p. 83) ;
  • Londres, British Library, Ms. Egerton 840 A (TAOAC #1510 p. 83) ;
  • Oxford, Bodleian Library, Ms. Dighy 11 (TAOAC #2500 p. 97) ;
  • Paris, BnF, Ms. latin 6741 (De Coloribus faciendis [§153]) (TAOAC #2790 p. 101)

XIVe siècle

Des Encres vertes

On consultera ce manuscrit pour savoir comment on faisait une encre verte avec l’émeraude (Traité des pierres de Marbode, XIe siècle) : Paris, BnF, Ms. latin 6514 (TAOAC #2770 p.100).

On consultera ces manuscrits pour savoir comment on faisait une encre verte :

  • Londres, British Library, Ms. Cotton Julius D.V (TAOAC #1460 p. 83) (XIIIe ?) ;
  • Londres, British Library, Ms. Harley 273 (TAOAC #1540 p. 84) ;
  • Londres, British Library, Ms. Royal 12 B.XXV (TAOAC #1640 p. 85) ;
  • Londres, British Library, Ms. Royal 17 A.III (TAOAC #1680 p. 85) ;
  • Londres, British Library, Ms. Sloane 1754 (TAOAC #1900 p. 88)
  • Londres, British Library, Ms. Sloane 2584 (TAOAC #1960 p. 89) ;
  • Montpellier, Bibliothèque universitaire de médecine, MS. H277 [ §1.16.29] (TAOAC #2090 p. 91)
  • Paris, BnF, Ms. Latin 6514 (TAOAC #2770 p. 100).

Des Encres rouges

On consultera ces manuscrits pour savoir comment on faisait une encre avec du bois de brésil :

  • Londres, British Library, Ms. Sloane 1754 (TAOAC #1900 p. 88) ;
  • Naples, Biblioteca Nazionale Vittorio Emanuele II, Ms. XII.E.27 (TAOAC #2250 p. 93)
  • Paris, BnF, Ms. 7400A (TAOAC #2890 p. 102) (XIIIe s. ?)

XVe siècle

Une Encre bleue

On consultera ce manuscrit pour savoir comment on faisait une encre de bleu de lapis lazuli : Lehigh University, Bethlehem, Pennsylvany (USA) Ms. 57 (TAOAC #155 p. 62).

Des Encres vertes

Pour savoir comment on faisait une encre verte, on consultera ces manuscrits :

  • Cambridge, University Library, Ms. Ii. iii. 17 (TAOAC #420 p .66) ;
  • Florence, Biblioteca Medicea-Laurenziana, Ms, Ashburnhamiana 349 (TAOAC #630 p. 70) ;
  • Florence, Biblioteca Nazionale Ccntrale, Ms. Magliabecchi XVI 80 bis (TAOAC #690 p.71) ;
  • Londres, British Library, Ms. Sloane 4 (TAOAC #1690 p.86) ;
  • Londres, British Library, Ms. Sloane 122 (TAOAC #1710 p. 86) ;
  • London, British Library, Ms. Sloane 416 (TAOAC #1770 p. 87) ;
  • London, British Library, Ms. Sloane 962 (TAOAC #1840 p. 87) ;
  • Oxford, Bodleian Library, Ms. Ashmole 750 (TAOAC #2330 p. 95) ;
  • Oxford, Bodleian Library, Ms. Ashmole 1491 (TAOAC #2410 p. 96) ;
  • Oxford, Bodleian Library, Ms. Canonici Misc. 128 (TAOAC #2470 p. 96) ;
  • Oxford, Bodleian Library, Ms. e Museo 52 (TAOAC #2610 p. 98) ;
  • Paris, BnF, Ms. latin 7105 (TAOAC #2820 p. 101) ;
  • Vatican, Biblioteca Apostolica Vaticana, Ms. Vat. lat. 6852 (TAOAC #3300 p. 109).

Des Encres rouges

Pour faire une encre rouge vermillon, on consultera ce manuscrit : Londres, British Library, Ms. Sloane 122 (TAOAC #1710 p. 86).

On consultera ces manuscrits pour savoir comment on faisait une encre de bois de brésil :

  • Florence, Biblioteca Medicea-Laurenziana, Ms, Ashburnhamiana 349 (TAOAC #630 p. 70) ;
  • Florence, Biblioteca Nazionale Ccntrale, Ms. Magliabecchi XVI 80 bis (TAOAC #690 p.71) ;
  • Florence, Biblioteca Riccardiana, Ms.1247 (TAOAC #1000 p. 75) ;
  • Londres, British Library, Ms. Sloane 4 (TAOAC #1690 p.86) ;
  • Londres, British Library, Ms. Sloane 122 (TAOAC #1710 p. 86) ;
  • London, British Library, Ms. Sloane 416 (TAOAC #1770 p. 87) ;
  • London, British Library, Ms. Sloane 964 (TAOAC #1850 p. 87) ;
  • Rome, Biblioteca Casanatense, Ms 1793 (TAOAC #3050 p. 109).

Des Encres colorées

Pour ce XVe siècle, des recettes d’encres colorées sont données dans plusieurs manuscrits conservés à :

  • Cambridge, University Library, Ms. Ii. iii. 17 (TAOAC #420 p .66) ;
  • Leyde, Bibliotheek der Rijksuniversiteit, Ms. Voss. Chymicus octavo 6 (TAOAC #1330 p. 80) ;
  • Oxford, Bodleian Library, Ms. Ashmole 1491 (TAOAC #2410 p. 96) ;
  • Oxford, Bodleian Library, Ms. Ashmole 1494 (TAOAC #2420 p. 96) ;
  • Biblioteca Apostolica Vaticana, Vatican, Ms. Vat. lat. 244 (TAOAC #3280 p. 109) ;
  • Vatican, Biblioteca Apostolica Vaticana, Ms. Vat. lat. 6852 (TAOAC #3300 p. 109).
  1. Daniel V. Thompson, “AmericaTrial Index to Some Unpublished Sources for the History of Mediaeval Craftsmanship”, Speculum, Vol. 10, No. 4 (Oct., 1935), pp. 410-431 []
  2. Vous pourrez consulter le TAOAC pour vous référer aux feuillets des manuscrits et consulter la bibliographie []

Les Contenants en métal des copistes, enlumineurs et peintres médiévaux

Nous pouvons établir avec certitude l’utilisation de contenants en métal pour la fabrication des encres et des peintures des copistes, enlumineurs et peintres médiévaux. Voici notre premier recensement de recettes qui les utilisent aux XIe, XIIe, XIIIe-XIVe, et XIVe siècles.

Les métaux dans lesquels sont faits les contenants de fabrication (ou de détrempe) des encres, des pigments et des couleurs sont, avant le XIVe siècle : le fer, le cuivre, l’airain ; puis après le XIVe siècle : l’argent, l’étain, le bronze, le cuivre, dans les manuscrits pris en compte1.

Continuer la lecture de Les Contenants en métal des copistes, enlumineurs et peintres médiévaux
  1. La lecture d’autres textes amènerait peut-être à revoir cette répartition []

Une Recette d’azurite utilisée avec une plume

La recette d’azurite que nous nous proposons d’étudier est contenue dans deux traités du XIVe siècle. La couleur bleu est utilisée avec une plume. Avec cet outil, elle est généralement contenue dans un cornet 1 lorsqu’on écrit ou on trace des fils à la plume.

Continuer la lecture de Une Recette d’azurite utilisée avec une plume
  1. Voir Claudine Brunon, “Le Cornet à encre et à couleurs”, Pecia. Le Livre et l’écrit, volume 19, 2016, Brepols, 2018, p. 125-156, [en ligne] sous licence, https://www.brepolsonline.net/doi/abs/10.1484/J.PECIA.5.114332 []

Les Recettes d’une Encre verte

L’encre verte dont nous faisons ici le focus, a ceci de particulier : elle nécessite l’utilisation d’un récipient en métal comme principal agent de fabrication. En effet, la matière du contenant, le cuivre (ou un alliage cuivreux), est directement mis en contact avec un acide. Généralement, les recettes du pigment vert-de-gris décrivent une oxydation des lames de cuivre avec les vapeurs de vinaigre, mais sans que ce dernier soit en contact avec le métal. Ici, c’est tout l’inverse, le vinaigre dans lequel on ajoute du miel, est déposé dans le récipient en cuivre.

Nous avons recensé ces recettes d’encre verte du XIe au XVe siècle. Elles sont sensiblement les mêmes, avec quelques variantes. Les voici …

Au XIe siècle, en Allemagne, le plus ancien manuscrit d’Heraclius conservé à Rochester (USA) propose au chapitre c.13a la première recette de notre encre verte1 . C’est l’idée de Daniel Thompson qu’elle apparaisse pour la première fois dans ce manuscrit2 .

C.13a : « Colorem viridem qui vult ad usum scribendi sibi facere, in vase aereo mel cum aceto valde mixtum aequo pondere infundat, ac deinde in sterquilinio ubi plus calet illud abscondat »3 .

Cette recette d’Heraclius est reprise de manière quasiment identique par Théophile (dans le manuscrit de Londres4, daté de 1150-1200 et écrit en Allemagne, publié par Robert Hendrie en 18475 ) :

Chapitre C : « Colorem viridem qui vult ad usum scribendi sibi facere, in vase ereo mel cum aceto valdè immuxtum aequo pondere infundat, ac deinde in sterquilinio, ubi calet plus, illud abscondat »6 .

Les deux seules différences sont visibles : « inmixtum / incorporé » (chez Theophile) à la place de « mixtum / amalgamé, mêlangé » (chez Heraclius) et « vase ereo » (chez Theophile) à la place de « vase aereo » (chez Heraclius) pour vase d’airain7.

Nous pouvons traduire ainsi ces recettes :

« Qui veut faire une couleur verte pour l’usage de l’écriture, verse du miel avec du vinaigre [en poids] égal, bien incorporé, dans un vase d’airain, puis dans un tas de fumier où il est le plus chaud, cache cela [le vase] ».

Notons ici que la recette §11 de l’exemplaire d’Heraclius recopié par Jean Lebègue (1431) est tout à fait différente. La voici :

§11 : « De viridi colore ad scribendum
Si quaeris viridi scriptura colore notari
Acri commissum melli miscebis acetum
Hinc valde calido vas ipsum contege fimo
Sic et bissenis hoc extrahe solibus actis »8 .

§11 : « De la couleur verte pour écrire.
Si tu cherches à te procurer l’écriture de couleur verte d’un clerc / Incorpore fortement le miel mélangé au vinaigre / Cache le vase lui-même couvert, dans du fumier très chaud / Après 12 jours passés, sors [le vase] ».

Ici, le vase métallique n’est pas mentionné. En revanche, il est dit que le vase est lui-même couvert, ce qui n’est pas toujours dit ailleurs. Mary Merrifield précise en note que la couleur produite, un vert-de-gris, est un acétate de cuivre.

Au XIIIe siècle, le De Coloribus faciendis de Pierre de Saint-Omer propose aussi une recette de notre encre verte.

§157 : « Item de viridi eris quo modofit pro scribendo. Colorem viridem qui vult ad suum usum scribendi facere mel cum aceto valde mixtum equo pondere infundat ac deinde in sterquilinio equorum ubi plus calet in vase cuprea vel aereo cooperto posi tum sepeliat. Postea bis senis diebus transactis illud recipiet de vase ipsum colorem radendo et ad solum siccet et reservet pro usu »9 .

§157 : De même un vert-de-gris, de la manière dont on le fait pour écrire. Qui veut faire pour son usage d’écriture une couleur verte, mélange bien du miel à du vinaigre en égale quantité de poids, verse ensuite dans un vase de cuivre ou d’airain couvert, dispose en enterrant dans un tas de fumier de cheval où il est le plus chaud. Après douze jours passés, retire du vase cette couleur en raclant et sèche au soleil et conserve pour l’usage [de l’écriture].

Aux XIIIe-XIVe siècle, le manuscrit d’Erfurt, propose notre recette d’encre verte.

§19 : « Item de viridi. Sic fit color viridis.
Accipe mel cum aceto mixtum, et pone in vase eneo equali pondere, ac deinde in sterquilinio sive fimo, ubi plus calet, absconde ; et xii diebus tansactis, inde recipe »10 .

§19 : De même du vert. Ainsi se faire la couleur verte.
Prends du miel mêlé à du vinaigre en poids égal et mets dans un vase de cuivre [ou de bronze], et alors cache dans un tas de fumier ou dans des fientes, là où c’est le plus chaud ; et douze jours passés, et retire [ce vase].

Le manuscrit dit Sloane 1754 daté du XIVe siècle.

Ch. VI : « Item de viridi. Colorem viridem qui uult ad usum facere scribendi, in uase cupreo mel cum aceto ualde mixtum equo pondere infundat, ac inde in sterquilinio equorum, ubi plus ualet, illud abscondat, et bis senis diebus transactis illud recipiat »11 .

Ch. VI : “Qui veut faire une couleur verte pour l’usage de l’écriture, verse dans un vase de cuivre du miel avec du vinaigre bien mélangé, et ensuite, le cache dans un tas de fumier de cheval là où il est le plus chaud, et douze jours passés, il retire [ce vase]”.

Thompson précise bien que l’usage de la chaleur générée par la fermentation du fumier pour maintenir une température modérée et stable était une ressource courante de l’artisan médiéval.

Toujours au XIVe siècle, mais en Italie, la recette §1.16.23 du Liber diversarum arcium propose une autre version de notre recette.

§1.16.23 : « Distemperacio. Viridem colorem ad scribendum si vis temperare vas eneum vel cupreum vel vitreum accipe et ponatur intus viridis deistemperatus cum melle et aceto equo pondere et in sterquilino ponatur per duas septimanas poste tollatur et de lucido qui supernatat scribatur et fecis abiciantur »12 .

§1.16.23 : “Détrempe. Si tu veux tempérer la couleur verte pour écrire, prends un vase de bronze ou de cuivre ou de verre, et mets dedans le vert tempéré avec du miel et du vinaigre de poids égal et mets dans un tas de fumier pendant deux semaines, après enlève et écris avec le [liquide] clair qui surnage et la lie est jetée”.

Nous avons vu, à travers ces huit recettes, les variantes des auteurs. Parfois il est précisé de couvrir le récipient, parfois il est dit de prendre du miel et du vinaigre à poids égal, et dans la dernière recette, d’écrire avec le liquide clair qui surnage. L’écriture verte produite est celle qu’utilisent les clercs.

  1. John Richards, “A New Manuscript of Heraclius”, Speculum, 1940, Vol.15, N°3, p. 266 []
  2. Daniel Thompson, “De Coloribus, naturalia excripta et collecta, from Erfurt, Stadtbücherei, Ms. Amplonius Quarto 189 (XIII-XIV Century)”, Technical Studies in the Field of Fine Arts, III, 1935, p. 135 []
  3. John Richards, “A New Manuscript of Heraclius”, Speculum, 1940, Vol.15, N°3, p. 266 []
  4. British Library, Harley 3915 ff.2r-109v, [en ligne] : http://www.bl.uk/manuscripts/FullDisplay.aspx?ref=Harley_MS_3915, consulté le 30 juin 2018 []
  5. Robert Hendrie, An Essay upon Varius Arts, Londres, 1847, Chapitre C, p. 396 [en ligne] : https://archive.org/details/anessayuponvari00theogoog , consulté le 30 juin 2018 []
  6. Robert Hendrie, An Essay upon Varius Arts, Londres, 1847, Chapitre C, p. 396 [en ligne] : https://archive.org/details/anessayuponvari00theogoog , consulté le 30 juin 2018 []
  7. Un alliage cuivreux : du bronze ou du laiton []
  8. Mary Merrifield, Original treatises on painting…, 1849, p. 195 []
  9. Ibid, p. 127 []
  10. Daniel Thompson, op.cité, 1935, p. 135 []
  11. Daniel Thompson, “Liber de Coloribus illuminatorum Sive Pictorum from Sloane N°1754”, Speculum, 1926, Vol.1, p. 295-296 []
  12. Mark Clarke, Mediaeval Painters’ Materials and Techniques. The Montpellier Liber Diversarum Arcium, Londres, 2011, p. 258 []